ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Jil Caplan

Jil Caplan : encore meilleure toute crue…

On se rappelle l’émoi de la jeune femme alors qu’elle venait de recevoir une Victoire de la Musique, catégorie "Révélation Féminine de l'Année" : c’était en 1990, année de la sortie de son deuxième album La Charmeuse de Serpents. Avant ça, un premier opus, À peine 21, en 1997, réalisé avec le budget d’un single (100 000 francs), un DX7 et une boîte à rythmes, vendu à quelques 80 000 exemplaires…

Après deux autres albums, une compilation et un "Tout c’qui nous sépare" qui trotte encore dans pas mal de têtes et sur pas mal de lèvres, celle qui dans la vie porte le prénom de Valentine nous livre toute crue. Les cinq ans qui séparent Jil Caplan (1996) de ce dernier album nous ont fait un peu languir, mais ils nous donnent l’occasion de découvrir une artiste encore plus maître de sa voix, de ses textes, de ses ambiances.

Le single "Le lac" annonce la couleur : prosodie fluide, modulations suaves, arrangements subtils et rythmique étudiée, tous ces ingrédients font le bonheur des oreilles, et se retrouvent dans chaque titre. Le duo Jil Caplan et Jipé Nataf (leader des Innocents et ami de longue date) fonctionne diablement bien, c’est une évidence : les deux "J" n’ont pas peur des sons électroniques, des résonances "technologiques" ou "techniques", qu’ils ont su allier judicieusement aux instruments acoustiques…


L’album vous fait voyager aussi, dans le temps, avec des sonorités à la fois nouvelles et évocatrices - certains titres comme "toute crue" ou "La maison abandonnée" rappellent le meilleur Gainsbourg, celui des années 60.  La patte de Jipé Nataf est bien perceptible, d’une manière ou d’une autre, pour un geste, un son, sur tous les titres…

Mais la musique ne saurait masquer la beauté, la poésie des paroles. Jil sait écrire, c’est indéniable :

 « parfois un vieil ascenseur


   avec son miroir piqué
   me renvoyait quelques rougeurs
   sur mes lèvres trop embrassées » …

("Les escaliers")

Pour parfaire le tout, le livret, quoique déroutant au début, est très esthétique et d’une conception tout à fait originale (par Frank Loriou).

Cet album est une des meilleures surprises de l’année, à écouter absolument.
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés