ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Chimaira : The impossibility of reason

Chimaira : The impossibility of reason (Roadrunner)

Amb est heureux de vous présenter sa toute nouvelle rubrique bricolage. Aujourd’hui: comment trouer un mur sans perceuse. Prenez d’abord un cd de métal et vérifiez qu’il a été mixé ou produit par Colin Richardson. Disposez une enceinte de votre chaîne face au mur à percer. Puis, devant le haut-parleur, placer un projectile, de la taille du trou à pratiquer. Ainsi, pour tailler une porte, vous vous mettrez vous-même en position. Enfin, lancez le cd. Pas besoin de poussez le son à fond. Au premier riff de guitare, vous (ou le projectile) serez catapulté à travers le mur. Attention toutefois, cette méthode est peu recommandée si vous habitez en étage donnant sur rue, surtout s’il s’agit de percer une porte.

Quel rapport avec Chimaira? Justement, l’album de ce sextet de power-métal a été mixé par Richardson. Et ça s’entend. Carbonisation des conduits auditifs garantie dès le premier titre. Les fans de Machine Head (dont le premier album fut produit par Rick Rubin. Non, je déconne : par Colin Richardson) et autres Pantera se sentiront comme chez eux.

Chimaira a même un côté hardcore, voire limite death par instants, tant ce disque se veut haineux. Ces gars là ne se sentent pas aimés et ils le rendent bien. «What do you expect from me/ Will I ever be who you want me to be», interroge le hurleur Mark Hunter dès le début du premier titre, Cleansation. Morceau qui peut se lire comme la relation d’une séparation revendiquée d’avec un ex-amour... ou d’avec la société.


Dans le livret, les six membres du groupe sont présentés comme assurant les «lead». On a ainsi droit à un «lead drums» ou à un «lead bass», alors qu’il n’y a qu’un batteur et un bassiste. Peut-être s’agit-il de renforcer l’image de groupe soudé? Sur les photos, c’est le concours à l’air le plus sombre. Le livret est d’ailleurs en noir, blanc et rouge. Rouge sang, bien entendu.

Carré et violent, cet album pèche par son côté répétitif. Vocaux, batterie, guitares fonctionnent sur le même modèle sur la quasi totalité des morceaux. C’est un peu la loi du genre. Mais ça n’aidera pas le néophyte à plonger dans le bain power; il trouvera sans doute une certaine ressemblance avec le buzzer d’un réveille-matin après une nuit trop courte. En même temps, Chimaira baigne d’évidence dans une mouvance métallique (pour ne pas dire dans le cas qui nous préoccupe, «un marché bien markété») très actuelle, celle du plombé sauce carnivore.

Portes ouvertes

Ces types ont la haine, la rage, prennent la mort aux dents, et c’est d’ailleurs la thématique de tous les titres. «I hate everyone», clame le refrain de Pure hattered. Deux morceaux sont consacrés aux envies de meurtre. Et le minimum syndical de «fuck» est respecté.

Deux titres s’écartent de cette route tracée sans virage. Down again, avec son intro au piano et son refrain mélodique (le morceau est judicieusement placé au milieu du disque) n’est pas sans rappeler le death à la suédoise (In Flames, Dark Tranquillity, Soilwork…).

Implements of destruction, l’instrumental qui clôt l’album, laisse enfin s’exprimer Chris Spicuzza («lead electronics»), dont on commençait à se demander s’il ne s’était pas enfermé dans les toilettes durant l’enregistrement. Tentant de créer des ambiances, de développer des mélodies, ce titre met toutefois encore en avant un sentiment d’oppression. Etiré à l’excès (plus de 13 minutes, peut-être bien pour pouvoir afficher une durée totale d’album approchant l’heure), avec ses riffs qui tournent en rond et ses bidouillages électroniques, il finit par lasser, alors qu’il semblait ouvrir des portes vers une espèce de power-power-prog’.

Avec ce cd, agrémenté de deux plages vidéo, les Chimaira ont prouvé qu’ils sont très en colère, non sans efficacité. On attend maintenant qu’ils expriment plus leur personnalité propre, et plus de diversité, sur leur prochaine réalisation.

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 08.09.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés