ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Comédies musicales : looking for Broadway

Comédies musicales : looking for Broadway ?…

C’est le Notre-Dame de Paris de Richard Cocciante et Luc Plamondon qui a mis le feu aux poudres : tactique commerciale très étudiée (sortie des singles et de l’album du spectacle presqu’un an avant la première, utilisation de la voix et de l’image de Noa qui n’endossera finalement pas le costume d’Esméralda…), recours à de nouveaux talents prometteurs (Patrick Fiori, Garou…) comme à des artistes plus chevronnés (Daniel Lavoie, Hélène Ségara…), promotion - pour ne pas dire matraquage - conséquente… Bref : tout cela pour arriver à une réussite égale sinon supérieure à celle de Starmania.

Il n’en fallait pas plus pour stimuler l’imagination et la créativité des   "auteurs-compositeurs-producteurs-metteurs en scène" de la scène française, qui se dirent - à juste titre - qu’il aurait été dommage de ne pas profiter de la vague… C’est pourquoi, pour la seule année 1999, nous avons vu fleurir plus de spectacles musicaux francophones que pour les quinze ou vingt dernières années ! Pour ne citer que les plus grosses productions : Les Dix Commandements, Roméo et Juliette - de la Haine à l’Amour, Les Mille et Une Vies d’Ali Baba.

Et toutes ces comédies musicales ont repris peu ou prou la même recette de campagne marketing et de fidélisation du public que Notre-Dame de Paris. Si Les Dix Commandements (Obispo/Florence/Guirao, Élie Chouraqui) et Ali Baba (Aboulker/Chatel/Doll/Lanty) sont d’ores et déjà visibles sur scène, il faudra attendre le 19 janvier 2001 pour apprécier la valeur scénique de Roméo & Juliette (Gérard Presgurvic, Petrika Ionesco, Rhéda). Et des projets abondent qui ne tarderont pas à s’imposer sur nos ondes et sur nos scènes : un exemple - un peu différent cependant : Verdi, une passion, un destin (Alain Duault), à tendance plus clairement lyrique.


Mais deux choses semblent pourtant choquantes lorsque l’on considère avec un peu plus de recul le phénomène culturel des spectacles musicaux : la première tient à la nature même du concept. Quand Gérard Presgurvic, le comparse de Patrick Bruel et l’auteur-compositeur de Roméo & Juliette, dit : « Aujourd'hui, il n'y a pas de raison pour que ne naisse pas dans ce pays une vraie culture de la comédie musicale », il est clair que personne ne peut le contredire ou contester au public français son droit à ce genre artistique. Mais si l’on analyse ce qu’est actuellement une comédie musicale en France, on se rend compte qu’avec cette stratégie commerciale qui consiste à "prévendre" par ondes radio et CD interposés, on n’a en réalité à faire qu’à ce qui pourrait s’appeler des "super-concerts", ni plus ni moins : si l’on imaginait distribuer les bandes-son des films avant leur sortie en disant « Écoutez comme c’est bien, imprégnez vous, et venez voir le "vrai" résultat en salle parce qu’avec l’image c’est encore mieux », on aurait plus vraiment affaire à des films, mais à des feuilletons radio mis en scène…

Le second problème tient à ce que tout se fait précipitamment, trop précipitamment ! En "pondant" sur un an trois ou quatre spectacles destinés, il ne faut pas l’oublier, à un public pour qui "comédie musicale" rime avec "exceptionnel" (dans le sens "peu ordinaire"), les créateurs brûlent la chandelle par les deux bouts ; ils jouent avec l’engouement du public, qui à ce rythme-là finira tôt ou tard par se lasser…

Quid alors de la « vraie culture de la comédie musicale » ? « Ça n’aura été qu’un "feu de paille de super-concerts" », peut-on craindre d’entendre dire les critiques et autres sociologues d’ici quelques années, si la veine se tarit. Pour le nouveau siècle et, pour le coup, le nouveau millénaire qui s’ouvriront le 1er janvier 2001 à minuit, il est à souhaiter que les "auteurs-compositeurs-producteurs-metteurs en scène" français redresseront la barre et tempéreront leurs ardeurs : Broadway ne s’est pas faite en un jour…
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés