ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Corneille : Quelle classe !

Corneille : Quelle classe !
(Angel Dust Prod / Wagram)

Ca y est ! Elle est arrivée la révélation Nu-Soul qu’on attendait tous. Son nom ? Corneille. Du haut de ses 25 ans, Corneille nous donne à tous une belle leçon : il nous montre qu’il est possible de faire de la bonne musique, avec de beaux textes, sans tomber dans le cliché commercial. En plus sur son album, « Parce qu’on vient de loin », Corneille écrit et compose, arrange et co-réalise la totalité des titres. Enervant, non ? Flash-back sur ce qu’il convient d’appeler le « phénomène Corneille ».

Corneille (NDR : Son vrai prénom est en fait Cornelius, mais comme les enfants se moquaient de lui à l’école, il a décidé de se rebaptiser Corneille) commence la musique en 1993, au sein d’un groupe R'n'B au Rwanda. C’est avec ce groupe qu’il s’initie à l’écriture de textes et à la composition musicale. Comme tous les amateurs de soul music, nous retrouvons, parmi ses influences, les plus grands : Prince, Marvin Gaye ou Stevie Wonder. Le groupe enregistre une démo puis remporte le concours "Découverte 1993" de la télévision Rwandaise. Mais la guerre éclate et Corneille se réfugie en Allemagne.

En juillet 97, il quitte l’Allemagne pour poursuivre ses études en communication à l’Université Concordia de Montréal. Il monte le groupe O.N.E, et leur premier single, « Zoukin » se classe très vite numéro 1 de l'Airplay canadien. Et, preuve qu’il est sur la voix (voie ?) de la réussite : le Directeur Général de Wagram était au Québec. Lorsqu’il voit le clip à la télé, il contacte Corneille pour sortir un album en France…


En janvier 2001, Corneille quitte le groupe pour poursuivre sa carrière solo. Il recentre son écriture sur son vécu et prépare son premier album. En 2002, il participe à plusieurs projets : il compose et écrit le titre "Ce Soir" pour la compilation "Cocktail R&B 2", ainsi que le titre "Si on s'aimait" pour l'album "Hip Hop Folies" avec les featurings de Passi, Daddy Mory, K-mel, Sniper, Nadya, Sheraz, EJM, Nathalie Loriot…

Coté scène, en juillet 2002, il se fait remarquer en formation acoustique sur la grande scène des FrancoFolies de la Rochelle en première partie de Burning Spear. Il enchaîne avec son premier showcase au Réservoir à Paris, salle qu'il retrouve en octobre 2002, invité par Dave Stewart où il chante en featuring avec la légende vivante, Jimmy Cliff. En janvier 2003, il est invité à faire la première de Cunnie Williams à l'Olympia...

Fin 2002, Corneille sort son premier single, « Avec Classe ». Très vite remarqué par les professionnels et les médias (NDR : snif…), le phénomène Corneille commence à prendre de l’ampleur, jusqu’à ce qu’il se retrouve en couverture de la bible des professionnels du disque : Music Info Hebdo. (NDR : Ceux qui pensaient à Télé 7 Jours, dehors !). Et ce qui devait arriver arriva : l’album est dans le bacs depuis le 10 février 2003, précédé par le deuxième single : « Ensemble », que j’écoute en boucle depuis que Wagram m’a fait parvenir l’album !

Première remarque concernant l’album : les textes. C’est bizarre comme les textes de Corneille sonnent authentiques. En fait, le but avoué de Corneille est de décrire « l’enfer sur la Terre qu’on appelle mon pays » (NDR : Le Rwanda). Et force est de constater que lorsqu’il nous parle des « cauchemars de son passé » ou de « femmes enceintes et éventrées », ça nous fait froid dans le dos ! Mais attention ! En ce qui concerne la rage dans les textes, et les problèmes de la vie quotidienne, on est loin des textes pseudo-mélos des rappeurs à deux balles qui se torturent l’hémisphère gauche de leur demi-cerveau en se demandant quelle paire de baskets acheter…Non messieurs-dames, ici la douleur est réellement vraie, vécue, mais ce n’est pas pour cela qu’on tombe dans le slow mielleux super triste. En plus, Corneille est paradoxalement fier de son parcours, et clame à qui veut l’entendre « (qu’il) a horreur de (notre) pitié, (et) prends très mal (notre) générosité.» C’est clair pour tout le monde ? Corneille a souffert, mais maintenant, « tout va bien ». Et ça s’entend.

Car l’album est un pur moment de bonheur. Je dois avouer que lorsque j’avais reçu le premier single, « Avec classe », je l’avais écouté (trop) rapidement et classé dans un coin. Quelle erreur ! Mea maxima culpa ! Bon, passons… Je mets donc la galette dans ma platine, et après m’être extasié sur la qualité des textes, qu’on peut d’ailleurs télécharger sur son site web, parlons un peu de la musique…

Première écoute : les mélodies se retiennent super facilement, ce qui est indispensable s’il espère que son album se vende. Et là, une question : pourquoi tous les artistes de R’n’B utilisent tant de machines ? C’est quand même un peu froid, non ? Je signale à la production que les batteurs existent encore… Mais, quoiqu’il en soit, ça sonne beaucoup moins froid que les productions R’n’B à la française du style Jalane ou Lââm… En plus, on s’habitue progressivement au son, et ça devient agréable. Surtout qu’à côté des programmations, on trouve, quand même, des musiciens… Enfin, un musicien principalement : Corneille himself ! La liste des crédits, en dernière page du livret, est d’ailleurs assez impressionnante. Quand j’vous disais qu’il aimait Prince !

En conclusion, Corneille est en train de vivre son « rêve de star » pour de vrai, et prouve une fois de plus que « la valeur n’attend point le nombre des années. » (NDR : Jeu de mots vaseux me rappelant mon année de khâgne…)

Album : Parce qu’on vient de loin (Angel Dust Prod / Wagram)
Note globale : 8 / 10
Point positif : Les textes. Les mélodies.
Point négatif : Les machines. Un peu trop présentes.
Site officiel : www.corneille.mu
Téléchargez les paroles : www.corneille.mu/les_paroles.pdf

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 17.02.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés