ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Les Talents du Sud 2004 : L’année de la consécration

Les Talents du Sud 2004 : L’année de la consécration

La quatrième édition des Talents du Sud s’est déroulée du 26 au 29 Janvier 2004, à l’Espace Miramar de Cannes. L’objectif de cette manifestation est de faire jouer des groupes en développement au bon endroit au bon moment. En effet, pour la quatrième année consécutive, les Talents du Sud se déroulent en marge du MIDEM, salon professionnel rassemblant les décideurs de l’agonisante industrie du disque. Chacun des groupes sélectionnés cultive donc l’espoir de se faire remarquer et, pourquoi pas, de signer un contrat qui changerait radicalement son avenir…

Cette année, le constat est accablant : les concerts Midem ont été médiocres. Seuls le dj Grand Master Flash et le cubain Raul Paz ont su tirer leur épingle du jeu. Kesiah Jones, faisant office de tête d’affiche dans un salon plus que morose, en a fait fuir plus d’un.

C’est sûrement cette conjoncture qui, cette année, a favorisé les Talents du Sud, en les propulsant en haut de l’affiche et en les transformant à juste titre, en un événement incontournable de cette période.


Contrairement aux années précédentes, c’est dans une vraie salle de concert, l’Espace Miramar, que se déroulent les Talents du Sud. Certes le lieu n’est pas aussi intimiste que le Grand Bleu (NDR : bar de l’hôtel Noga Hilton dans lequel se déroulait jusqu’à maintenant cette manifestation), mais cette série de showcases a gagné en professionnalisme : une vraie salle, une vraie scène et des groupes très intéressants…

Tout comme l’année dernière, je ne vous parlerais de tous les groupes (douze au total), mais uniquement de ceux qui m’ont tapé dans l’œil.

Et on commence fort avec le groupe de reggae/ska Ektola et la Bouleg’s Brigade. Originaires du Var, les 7 musiciens du groupe prônent le grand métissage : des races, des idées, des sons, des goûts et couleurs. D’un point de vue musical, c’est de la « fusion reggae » : la base est reggae, mais on y retrouve du hip-hop, du rock, du ragga et du ska. Très dynamique, Ektola et la Bouleg’s Brigade a une solide réputation dans le Sud. Ayant encore la fougue de la jeunesse, ils représentent une valeur sûre dans leur style. A découvrir.

Dans un autre registre, le lendemain, Jérôme Attal a laissé son double auditoire bouche bée. Je dis « double auditoire » car après avoir enchanté le forum de la Fnac de Cannes dans l’après-midi, il nous a autorisé à pénétrer dans son univers le soir, sur la scène de l’Espace Miramar. Sensibilité à fleur de peau, voix douce mais non monotone, aspect théâtral exacerbé, l’artiste Jérôme navigue entre chanson française aux textes sublimes et sonorités un peu plus modernes, teintées de samples et boite à rythmes. Venant de la région parisienne, c’était son premier concert sur la Côte, et le public en demande encore ! Surtout qu’il est doté d’un humour particulièrement corrosif, ce qui ne gâche rien, bien au contraire…A suivre de près.

Le troisième soir a été celui des surprises. En arrivant vers 21h15, je me suis demandé pourquoi il n’y avait encore personne sur scène. Les deux premières soirées m’avaient laissé penser que le timing était respecté, mais ce soir, le public attend, encore et toujours… Renseignements pris, l’artiste N-Jay ne nous gratifiera pas de sa présence. Alors qu’il est totalement inconnu dans la région (je ne parle même pas du reste de l’hexagone…), « l’artiste » semble être habitué à se produire devant des foules en délire (où ? Mais dites-moi où ? Je veux savoir…). Arborant le plus profond mépris pour la cinquantaine de personnes présentes (parmi lesquels nous retrouvions des professionnels présents au midem venus spécialement pour le voir…), « l’artiste » ne viendra pas. Il aura réussi l’exploit de faire patienter une heure entière le public présent. Félicitations ! Il a déjà l’ego de Robbie Williams. L’ego seulement…

Heureusement le meilleur reste à venir… Venue de Paris, l’incroyable Jacques Daoud Revue m’a littéralement scotchée. Je l’avoue, la première fois que j’ai lu le dossier de presse et que je suis tombé sur ce nom, je me suis dit : personne ne les connaît et ils ont déjà la grosse tête. Et ben… Que nenni ! La Revue est composée de 8 musiciens, qui sont tous, sans exceptions, gentils au possible. Et lorsque je les ai vus sur scène, j’en suis venu à maudire les groupes locaux de ne plus nous donner à entendre du funk de cette qualité. Tout y est : les musiciens extrêmement talentueux, les arrangements frisants la perfection, les chœurs, les chorégraphies. Tout. D’un point de vue musical, comme le public français est habitué à coller des étiquettes sur les groupes pour mieux les différencier, je dirai que l’Incroyable Jacques Daoud Revue est un mélange de Sinclair et de Corneille… C’est véritablement LE groupe que j’ai préféré dans cette sélection des Talents du Sud 2004. S’ils passent dans la région (ce que j’espère vivement…), ne les ratez pas !

Le dernier soir m’a enfin permis de voir le groupe de ska festif dont tout le monde parle : Sinké Zakéou. Avec eux, « la valeur n’attend point le nombre des années » (comme dit l’autre). Avec leur premier album autoproduit en poche, ils écument toutes les scènes de la région. Première réaction : les arrangements super tordus ont dû demander des heures, des jours, des mois de travail. Jeunes peut-être, mais pas inexpérimentés. Deuxième réaction : la bonne humeur. L’aspect festif est primordial dans la musique des Sinké, comme on les appelle par chez nous. Musicalement, il y a tellement de styles et d’influences différentes qu’il me paraît absurde d’essayer de le réduire à un ou deux. Certes la base est ska, mais avec des relents de reggae, hip-hop, metal, funk, zouk, et même… classique (oui, oui, je connais Peer Gynt)… Bref, pour eux aussi, fusion et éclectisme constituent des valeurs maîtresses. A noter que vous pourrez bientôt les retrouver sur scène. Tout d’abord le 7 Février à Valbonne, puis le 12 Février à Cagnes-sur-Mer, en première partie de Kana.

Organisés par l’association A Capella, qui fait désormais partie de tous les bons plans de la Côte, et Phonopaca, avec la collaboration de l’Adem06, les Talents du Sud font désormais partie des événements à ne pas manquer dans la région. Le changement de lieu y fait pour beaucoup. Alors que les gens passaient par hasard au Grand Bleu lors des Talents du Sud 2003, ils se déplacent exprès à l’Espace Miramar, pour écouter les meilleurs groupes de la région (et même de plus loin). J’attends l’année prochaine avec une grande impatience !

Site web : www.talentsdusud.com

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 02.02.2004

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés