ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

David Bowie en concert à Nice

David Bowie en concert à Nice
Palais Nikaïa - 10 Novembre 2003
La légende nous laisse sans voix…

Je l'avoue, c'est par curiosité que je me suis rendu au Nikaïa pour assister au concert d'une des dernières légendes vivantes du rock : David Bowie. Curiosité car je connais uniquement ses "tubes" et son dernier album, "Reality", que j'écoute en boucle depuis sa sortie. Aux abords de la salle de concert, tous les parkings sont pleins; je ne me fais donc aucun souci pour la star et me prépare à affronter un public venu en masse…

Surnommé le "Dorian Gray du Rock" par la presse locale, Bowie donne indubitablement le même sentiment à tout ceux qui le regarde, l'observe, le scrute dans ses moindres détails en essayant de croiser son regard paradoxal : David Bowie rajeunit à vue d'œil. Est-ce depuis qu'il a joué dans une pub pour une eau minérale, mais David Bowie, 56 ans cette année, s'accapare la scène tel un "jeunot" de 35 ans.

Fidèlement accompagné de ses musiciens fétiches (Mike Garson aux claviers, Earl Slick et Gery Leonard aux guitares, Gail Ann Dorsey à la basse, Sterling Campbell à la batterie et une charmante claviériste, guitariste, percussionniste dont j'ai oublié le nom…), le groupe fait son entrée sur scène de manière "originale". Une animation, projetée sur l'écran géant de fond de scène, présente le groupe en train de jouer, avec Bowie à l'harmonica. Puis, les musiciens font leur apparition, les uns après les autres, et s'installent derrière leurs instruments respectifs. Tout le monde est prêt ? C'est parti !


Le riff de guitare de "Rebel Rebel" résonne et la légende débarque sur scène. Le son est d'une qualité irréprochable, et les effets visuels, projetés sur différents écrans, sont un ravissement. En passant, un grand merci aux écrans géants, car placé comme je l'étais (à l'avant dernier, tout en haut, à plus de 120 mètres de la scène), Bowie et ses musiciens ressemblaient à des fourmis s'agitant dans tous les sens…

Bowie en chaîne sur les deux uniques titres extraits de son dernier opus, "Reality" : "A new killer star" et "Reality". Fini, on en parle plus. Dommage, j'aurai bien aimé écouter la reprise de George Harrison ("Try some, buy some").

Place aux anciens morceaux… "Fame", "Cactus". Puis arrivent deux morceaux de choix : "China Girl" (dans une version heureusement beaucoup plus rock que l'original) et "The man who sold the world", qui provoque un tonnerre de cris et d'applaudissements.

Après avoir présenté ses musiciens, arrive le premier moment d'émotion de la soirée : "Under Pressure" chanté en duo avec Gail Ann Dorsey, la bassiste. A l'origine, cette chanson avait été co-interprétée avec Queen. Lors du concert hommage à Freddy Mercury, en 1992, Bowie l'avait chantée avec Annie Lennox. Très bonne idée de l'inclure dans le répertoire de la tournée. Le public est en transe, et reprend en cœur la fin du morceau ("cause love's such an old-fashion word, and love dares you to care for the people on the edge of the night"… Je suis un mega fan de Queen, j'étais donc aux anges).

A partir de ce moment, l'émotion est à son comble, mais la légende Bowie commence à avoir de plus en plus de problèmes de voix : les notes ne sont plus assurées, et il se paie même le luxe de ne pas chanter, et de laisser défiler le morceau en version instrumentale. Il essaie de meubler, mais c'est de pire en pire. Il réussit même à massacrer son fameux "Ashes to ashes" et peine à interpréter "The motel", chanson intimiste s'il en est. Les morceaux durent 2 minutes et s'arrêtent net. Il faut faire quelque chose…

A situation radicale, solution radicale : Bowie improvise et change sa set-list. Il annonce le titre du prochain morceau à ses musiciens à la fin du précédent, d'où de longs flottements et une certaine tension sur scène et dans le public. C'est reparti, mais pour combien de temps ? "Be my wife" (NDR : je ne connais pas le titre…), "I'm afraid of Americans", "Heroes" qu'il massacre aussi allègrement.

A partir de là, Bowie prend la seule décision qui s'impose : il écourte le concert. Résultat ? Le "Ziggy Stardust" qu'il devait jouer en rappel sera joué maintenant, tout de suite, car Bowie n'en peut plus (NDR : du coup il ne jouera pas "Never get old", "Changes", "Five years" ou "Suffragette city", comme prévu…). Le temps que le guitariste aille chercher la bonne guitare en back-stage (et oui, ça n'était pas prévu…) et il entame le riff guitare bien connu. La dernière phrase de la chanson est un vrai calvaire : "Ziggy plays guitar". On arrête le massacre. Bowie s'échappe de scène. Il n'y aura pas de rappels ce soir. La salle se rallume, le public hurle et reste incrédule et surpris face à une telle fin de concert. Le son était parfait, les effets visuels époustouflants, mais le public ne peut s'empêcher de repartir très déçu…

A la fin de ce concert, Bowie est allé consulter un médecin en urgence. Ce dernier lui a diagnostiqué une laryngite. Il a donc été contraint d'annuler le concert du 12 Novembre, prévu à Toulouse. Heureusement, il était rétabli et en pleine forme pour son concert marseillais, le 14, dans lequel il a chanté un peu plus de chansons…

Site officiel : www.davidbowie.com

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 17.11.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés