ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Concert : Deep Purple et Lynyrd Skynyrd

Concert : Deep Purple et Lynyrd Skynyrd (29 Juin 2003 - Zénith de Paris)

Avant même que la première note ne soit jouée, l’atmosphère était très, très chaude pour ce dernier concert européen de la tournée commune des deux géants Deep Purple et Lynyrd Skynyrd, dimanche 29 juin au Zénith de Paris. Une température absolument étouffante règne dans la salle sold-out (belle performance, soit dit en passant, vu la date), où l’on ruisselle tant et plus. La moyenne d’âge du public dépasse sans doute les 30 ans et les plus jeunes sont là accompagnés de leurs parents.

Lynyrd Skynyrd ouvre les amabilités. Ils sont neuf sur scènes, dont trois guitaristes, un pianiste, et deux choristes. Et tout de suite leurs intentions sont claires. Leur southern-blues-boogie-rock, qui fête ses 30 ans de carrière et le nouvel album "Vicious Circle", est là pour botter les fesses.

Mais l’ambiance a du mal à décoller. Lynyrd reste assez méconnu en France et souffre toujours d’une image ambivalente (et d’ailleurs mal comprise…), celle d’un combo qui affiche fièrement ses racines du sud des Etats-Unis. Le backdrop est d’ailleurs aux effigies mêlées des drapeaux confédérés et étoilés.


Les solos constituent souvent des moments où l’attention d’un public se relâche. Là, il en va tout au contraire. Les six-cordes (dont une customisée aux couleurs d’un célèbre whisky !) ne cessent de se renvoyer la balle et scotchent le public. Puis le tempo baisse au quatrième morceau et arrive la première grosse émotion : "Simple man", dédié au bassiste Leon Wilkeson, récemment décédé. Son remplaçant est une remplaçante et, au revers de son instrument figure un portrait du disparu.

Le chanteur Johnny Van Zant pointe plusieurs fois le ciel, geste qu’il effectuera encore souvent par la suite, et avec une émotion visible, en hommage implicite à Wilkeson, mais aussi à son frère Ronnie Van Zant (premier chanteur du groupe), au guitariste Steve Gaines et à Cassie, tous trois tués en 1977 avec leur tour manager dans un crash d’avion, ainsi qu’au guitariste Allen Collins, mort en 1990 des suites d’un accident de voiture. Ce qui n’empêche pas les rescapés de prendre plaisir à être sur scène, de blaguer entre eux. Sans pour autant sauter partout ni se départir d’un professionnalisme peut-être un poil trop marqué.

L’oiseau se déchaîne

Lynyrd Skynyrd ne se contente pas de jouer sur ses anciennes gloires ("Gimme three steps" ou "What’s your name" sont quand même de la partie) et montre que la gnack est toujours présente. Enfin, car un tube est un tube, "Sweet home Alabama" déchaîne le Zénith, qui chante le refrain à gorge déployée. Le groupe disparaît quelques minutes et nous offre l’autre titre de son répertoire qui a fait le tour du monde, notamment grâce à un des plus beaux solos du rock, le poignant "Freebird". Ça démarre comme une ballade, histoire d’une séparation ("Coz’ I’m free as a bird / And this bird you cannot chain"), puis les trois guitaristes se relaient et, sans toutefois retoucher la chose, offrent un feu d’artifice extraordinaire de puissance… hélas gâché sur la fin par un son défaillant, sans qu’on sache s’il s’agit d’un problème technique, ou si les hurlements et applaudissements de la foule ont fini par couvrir les enceintes et par saturer les micros. Commentaire après coup d’une fille de 18 ans, venue avec ses parents pour Deep Purple : "Je ne sais pas qui c’était mais c’était super !"

Johnny Van Zandt avait souhaité dans une récente interview à un magazine français bien du plaisir à Deep Purple pour passer après "Freebird". Malgré toute l’estime que l’on porte au bonhomme, il faut bien avouer qu’il s’est fourré le micro dans l’œil. En déboulant avec "Highway star", le quintet anglais lance la grosse cavalerie d’entrée et déchaîne un tout acquis à la cause de ce hard-rock classieux et aux longs passages instrumentaux. Comme quoi il n’y a pas que les groupes de djeunz pour foutre le feu à une salle. Renverser un Zénith en quinze secondes n’est pas à la portée du premier venu et Deep Purple est, justement, tout sauf le premier venu.

Le combo ne choisit pourtant pas la facilité. Il embraye sur un morceau issu de "Purpendicular" (1996), le premier album avec Steve Morse à la guitare. Un signe qui ne trompe pas. Car l’ex-Kansas et Dixie-Dregs est tout simplement devenu la pièce maîtresse de Deep Purple.

Et pourtant ! Le claviériste Don Airey, qui remplace Jon Lord, tient la forme -il s’offrira un solo sympathique mais dispensable avec notamment le thème de "La Guerre des Etoiles" et la sonate en la majeur "à la turque" de Mozart. La basse de Roger Glover se passe allègrement de guitare rythmique tant son relief et sa présence dépassent les bornes (ceux qui voyaient en Steve Harris, d’Iron Maiden, le bassiste ultime, ont dû rentrer à la maison sur les genoux).

C’est le jeune qui tricote

La voix de Ian Gillan est tout simplement extraordinaire de puissance, dans les graves comme dans les aigus. Aussi lui pardonnera-t-on ses escapades backstage pendants certaines parties instrumentales (ça lui permet de changer de chemise !), ou ses prises de tambourin alors qu’il ferait mieux de jouer de l’air-guitar. A la batterie, Ian Paice, qui fête ce soir ses 55 ans, assure l’air décontracté, sans frapper comme un sourd.

Quant à Steve Morse, c’est le grand huit, space-mountain et le train fantôme à lui tout seul. Les anciens ne sont que sourires et sollicitude pour le jeunot (48 balais). Il respecte les parties originelles de Richie Backmore (qui, soit dit en passant, sort un nouvel album de folk médiéval avec sa dulcinée Candice, sous le nom de Blackmore’s Night) et tricote en plus et sans arrêt des solos renversants, tirant de sa guitare des sons venus d’ailleurs. C’est lui qui prend le relais pour laisser souffler ses compères, insère des tas de références, tripatouille comme si sa vie en dépendait, avec une fluidité et une facilité écœurantes.

Avec le risque d’en faire trop. Ainsi de ce pot-pourri durant lequel il aligne des riffs piqués aux Beatles, aux Who, aux Gun’s’Roses, à AC/DC, aux Blues Brothers, à Hendrix et même quelques notes de "La Marseillaise"… Est-ce-ce vraiment utile ? Quand on a Deep Purple sur scène, on a envie d’entendre du Deep Purple.

Peut-être faut-il y voir une stratégie ? Car après cette démonstration qui, au passage, assure un facile succès public, le groupe semble vouloir dire : "Bon, ça, vous connaissiez, c’était sympa. Mais nous, on a ça en réserve…" Le "ça" en question désignant rien de moins que l’un des (le ?) riffs les plus célèbres de tout le rock, celui de "Smoke on the water".

Comment décrire l’état dans lequel ce morceau plonge Zénith ? Pourtant mille fois entendu (et même sans doute trop), il est repris en chœur, chanté, que dis-je ? hurlé, scandé. Et Ian Gillan ne se prive pas d’encourager le public. Une fois encore les bras se lèvent pour taper des mains. Diantre ! Si le baron Seillière voyait ces types sur scène, c’est à 80 ans qu’il nous foutrait la retraite…

Râlons un coup

On en dira pas autant du titre du prochain album (intitulé "Bananas") présenté en avant-première. Heureusement, Steve Morse commence par soliloquer quelques minutes. Vous en connaissez beaucoup, des gratteux capables d’imiter le chant des baleines puis de fracasser un solo détonnant ? Après… aïe… Une espèce de mièvrerie slow-rock qui semble calibrée pour cartonner aux Etats-Unis, sans originalité. Sacrilège ! La salle accueille poliment, sans plus. A la différence d’un "Speed King", qui permet à Ian Gillan de montrer qu’avec son air débonnaire de quinqua, il dévorerait tout cru en une seule bouchée tous les candidats au concours de l’Eurovision et se curerait les dents avec les L5.

Le seul rappel s’appuiera sur deux autres titres d’anthologie, "Hush" et "Black knight". La messe est dite et c’est le diable en personne qui est monté en chair pour le sermon.

Bref, un très bon concert. Seulement. J’attendais mieux. Plus long : 1h30 quand on s’appelle Deep Purple et qu’on cloque ci et là des interludes solos, c’est beaucoup trop court. De plus, comme avec Lynyrd, tout cela donne le sentiment d’être un peu trop rôdé (érodé, dirons les mauvaises langues). Ils sont souriants, ils s’amusent. Très bien. Mais ils ont en face d’eux un public fidèle, qui a tout de même craqué au minimum 40 euros (pour une place dans la fosse) -sans qu’un quelconque matériel de scène justifie ce prix. Au rayon arnaque, signalons aussi le t-shirt spécial 30ème anniversaire de Lynyrd à 50 euros au stand de merchandising.

Le son non plus n’a pas été à la hauteur. Au début du set de Lynyrd, le piano est sourd et la grosse caisse bien trop en avant. Une sonorisation inadaptée, qui aurait mieux convenue à un concert de métal, ce dont il ne s’agissait pas. Même topo avec Deep Purple. Bien que l’on entendît distinctement chacun des instruments, le tout crachait et restait très brouillon, au point d’agresser au lieu d’être simplement énergique. Et j’ose à peine parler des lights.

L’ensemble me laisse donc un petit goût d’inachevé. Même si entendre le même soir le solo de "Freebird" et "Black knight" tient quand même un peu du rêve éveillé.


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 14.07.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés