ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

DESTINY’S CHILD

DESTINY’S CHILD

DESTINY’S CHILD Que tous ceux qui se passent en boucle le tube « Say my name » se ruent sur « The writing’s on the wall », le second et nouvel album des Destiny’s Child ! Ils ne seront pas déçus : les 17 titres (intro incluse) sont une redite implacable de cet R’n’b électrique et systématique, tout de programmations, de pulsations basse et grosse caisse (les gros “boum-boum”), d’arrêts sur image au “gling” du triangle et de voix quantizées (ou nettoyées du moins), étonnantes de sécheresse, de propreté et de carré polyphonique, pas live pour un sou mais... rythmiques !  Charleys (affreusement quantizés eux aussi) exécutant des figures rythmiques presque toujours dédoublées, syncopes générales, minimum de réverb’ aux mixs - telles sont les caractéristiques de ce casting de choc made in Houston en 90. Pris dans cette logique de vélocité et de contre-temps accentués, le quatuor féminin nous débite donc au kilomètre un rap chanté automatique, mécanique, haletant, seulement entrecoupé de vocalises groovies et d’envolées solo attendues mais mélodieuses. Les voix, relativement plus charnues que celles de leurs concurrentes directes des TLC, font en vérité tout le charme du CD, lassant à la longue... Les programmations et les harmonies, trop évidentes et vides pour soutenir longtemps l’attention de nos braves oreilles, sont - dieu merci - servies par des voix expressives, pas forcément originales mais agréable. (Cf. : « Stay », qui a dû faire pâlir Mariah Carey tant la parenté musicale est patente et l’affinité des timbres de voix saisissante !... et « Outro », reprise a capella et franchement réussie du thème d’Amazing Grace, un Negro Spiritual des plus purs du genre.)

 Formées sur les bancs des chorales ecclésiastiques texanes, chacune de ces jeunes filles offre, en guise de présentation et de remerciement, un gloire à Dieu qui éclaircira certainement le nom même du groupe. Ce qui les réunit est avant tout l’amour du Seigneur, tout puissant Père des Hommes qui n’oublie pas de les combler !... Et c’est effectivement peu dire, vu le succès que remporte leur présent album, triple disque de platine aux Etats-Unis (ce qui représente un minimum de trois millions de ventes au pays... pas négligeable !), le triomphe respectif des deux singles « Bills, Bills, Bills » et « Bug a boo » (classés numéro 1 chez les amerlocs), et leur montée en flèche dans tous les pays d’Europe avec « Say my name »  bien évidemment premier aux States. Nos “serviteuses” de Dieu, en paillettes et jupons, ont certes de quoi se prosterner si c’est au Mister (mystère) du Tout-Haut qu’elles attribuent leur réussite...  Cela-dit, le groupe a ces derniers mois connu bien des remous juridiques (et bien sûr médiatiques) avec le départ de deux de leurs protagonistes - ça fait beaucoup sur quatre ! -Le Toya et La Tavia, lesquelles jugeaient le management sensiblement préférentiel... Et notons en effet pour l’anecdote-potin, que le manager et producteur exécutif, Mathew KNOWLES, se trouve être encore le père de Beyoncé, la dame blonde leader de l’équipe !... - hein, hein... Et tandis que les quatre ex- « meilleures amies du monde » attendent patiemment le dénouement du procès pour régler leurs litiges et liquider les questions de droits, le groupe s’est refait une santé autour de deux nouvelles venues fraîchement pêchées, Michelle et Farrah. Et la relève est si bien venue que pour un peu on ne verrait pas la différence ! Tout s’est déroulé en douceur dans une parfaite interchangeabilité soit-disant enrichissante artistiquement !... Nous verrons bien.  Pour l’heure, les filles profitent pleinement de leur montée au ciel hautement spirituel du show-biz et entament leurs sorties mondaines et autres tournées états-uniennes. Elles assureront de fin juillet à fin septembre la première partie de Christina Aguilera, mais nous pourrons en outre profiter de leurs mélopées dans l’adaptation cinématographique de nos Drôles de dames très seventies, « Charlie’s Angels ». A noter, la préparation d’un nouvel album prévu pour la fin de l’année 2000. Bref, du taf en vue...



Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés