ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Dignity : L’album au profit de Reporters sans Frontieres

Dignity : L’album au profit de Reporters sans Frontieres
(Naïve)

L’album Dignity, dont les bénéfices seront reversés à Reporters sans Frontières, est en vente depuis le 15 octobre 2002. L’association de défense pour la liberté de la presse a fait appel à 15 artistes de tous horizons qui ont accepté de se mobiliser à ses côtés afin de sensibiliser un plus large public sur la nécessité de son engagement en faveur de la liberté d’expression.

Ainsi, LKJ, Positive Black Soul, Indochine, Joao Bosco, Elliott Murphy et bien d’autres, pour donner naissance à ce disque, ont offert des titres ou interprétés des morceaux qu’ils n’avaient jamais (pour la plupart) inclus dans leur répertoire.


Aujourd’hui, il faut savoir que 150 journalistes sont emprisonnés dans le monde et 26 ont péri cette année dans le cadre de leur profession, et que la liberté de la presse est malmenée (c’est un euphémisme) dans plus de 50 pays à travers le monde.

L’album frappe, évidemment, par son hétérogénéité puisqu’il tire sa richesse de cette réunion d’artistes aux univers si différents. D’ailleurs, au-delà de la variété musicale, ces chanteurs et musiciens ont en commun leur attachement aux libertés humaines et leur désir à le partager. C’est pour cela que nous ne parlerons pas de compilation, terme à la connotation bien trop commerciale, mais d’album, puisqu’il se dégage une philosophie de vie très forte de celui-ci.

Pour n’oublier personne et dans le but de vous donner un aperçu d’ensemble le plus juste possible, je vous propose de traiter toutes les chansons une par une, l’astérisque (*) précisant les inédites :

1/ Elliott Murphy, l’auteur-compositeur culte new-yorkais, possède le double honneur d’ouvrir cet album avec « Dignity » (*) et par-là même de donner ce titre au disque. Cette fidèle reprise de Bob Dylan est emplie de respect et la poésie des paroles en est exacerbée.

2/ L’artiste congolais Lokua Kanza décrit quant à lui l’angoisse du parent sans nouvelles de son enfant dans sa chanson intitulée « Eteni Na Ngaï » (*). La trame musicale, fine et discrète, met superbement en valeur la sensibilité artistique du chanteur ainsi que la douceur des voix.

3/ « Ophelia » (*), la balade rock de Jean-Louis Murat, est un bijou. Ce farouche et énigmatique défenseur des droits humains pose une ambiance en quelques notes puis y tisse des textes poétiques de sa voix chaude et grave presque parlée. Un souffle plaintif qui n’est pas sans nous rappeler un certain Gainsbourg.

4/ Indochine n’en finit pas d’étonner avec une reprise très personnelle des Talking Heads : « Road to Nowhere » (*). Le groupe reste fidèle à lui-même, les amateurs seront ravis.

5/ Le rap est représenté dignement avec le titre « Gold and Diamonds » de Positive Black Soul & Princess Erika. En effet, l’habituelle boite à rythmes est ici délaissée au bénéfice de guitares, percussions et voix chantées dont les scansions dénoncent la politique occidentale d’étouffement du patrimoine africain et appellent à l’union du peuple concerné.

6/ Si la fraîcheur et la véracité de l’engagement des Fabulous Trobadors n’étaient pas au rendez-vous, j’aurais sûrement condamné leur mauvais plagiat de Massilia Sound System.

Mais bon, écoutez tout de même le message de « Fais de la politique ».

7/ LKJ, fer de lance du reggae "intellectualisé" (il possède une maîtrise en psycho) nous sert un « Reggae Fi May Ayim » superbe : ce poème dubb rend hommage à May Ayim, poète afro-allemand qui s’est suicidé en 1996.

8/ Une ballade bien balancée, envoûtante, avec une magnifique correspondance contrastée entre les paroles lourdes de sens et la légèreté de la musique, c’est tout ce qui fait la richesse de « L’Autocensure » (*). Mon morceau préféré, composé et interprété par CharlElie.

9/ Baaziz se bat depuis des années pour la liberté d’expression en Algérie ; il est donc tout naturel de retrouver « Chaoui », mélange de chaabi et de folk-song, au sein de ce disque.

10/ La voix suave et profonde de Joao Bosco sert une bossa émotive aux vocalises originales et intéressantes : « Terra de Cego » (*) en est la preuve parfaite.

11/ La présence de Jean-Louis Aubert (« Les petits riens ») reste un mystère bien que son attitude ait toujours été résolument dénonciatrice et tournée vers l’extérieur. Il n’empêche que l’écouter est agréable.

12/ Entre Afrique et Caraïbes, « Djarabi » (*), le titre enjoué de Baaba Maal nous entraîne dans une musique sophistiquée où l’association d’instruments très différents est étonnante.

13/ La bossa est de retour avec Lenine qui se permet d’y additionner des rythmes électroniques. « Brejo Da Cruz » (*), la reprise de Chico Buarque, symbolise parfaitement ce besoin de retrouver nos racines pour pouvoir évoluer vers quelque chose de neuf.

14/ Fusion parfaite entre modernité et tradition musicale, le mixage électro de One Giant Leap met en évidence les liens profonds qui unissent des cultures supposées différentes.

15/ Enfin, la diva israélienne Chava Albertstein clôt de sa belle voix plaintive et ferme cet album avec « Leaves Fall », titre magnifique tiré d’un poème Yiddish où la lutte d’une feuille sur une branche pendant l’hiver symbolise l’acte de résistance.

Vous l’aurez compris, il y en a pour tous les goûts !

De tous les genres, de tous les continents, excepté l’Asie (et on peut le regretter car nombreux sont les pays de cette région du globe à ne pas respecter les principes élémentaires de la dignité humaine) ; l’éclectisme est de mise, on vous avait prévenu !

Cet album se destine donc à tous ceux et celles qui ont envie de se faire plaisir en soutenant une bonne cause. En effet, Reporters sans Frontières est la première association renommée à avoir compris que dans cette société où même le disque devient un objet de consommation, il n’est plus possible de simplement solliciter le bon cœur des gens ; d’où toute une série de produits de haute qualité à bas prix. A ce sujet, je vous conseille vivement les albums photos de Yann Arthus-Bertrand, « La Terre vue du ciel », et celui d’Edouard Boubat, chacun coûtant moins de 7 euros ! Il en existe bien d’autres disponibles sur le site de Reporters sans Frontières (http://www.rsf.org) … alors tous à vos claviers !

En définitive, et pour revenir à « Dignity », il faut avouer qu’il demeure parfois difficile de changer radicalement de style d’une chanson à l’autre.

Mais si vous n’êtes pas de ceux dont les oreilles se ferment trop vite, que vous aimer découvrir, partager et vous affirmer avec conviction dans un registre musical assez large… Bref, si vous êtes un véritable mélomane doué de curiosité, n’hésitez pas une seconde à vous faire du bien.

Il y a au moins 150 personnes qui vous en remercieront…

Site Officiel : www.rsf.org

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 16.12.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés