ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Dream Theater en concert: La dream team du heavy progressif

Dream Theater en concert: La dream team du heavy progressif

Dream Theater se produira à Paris (Mutualité) mercredi 23 et jeudi 24 octobre, puis à Nancy (Zénith) dimanche 27. On attend beaucoup de ces prestations. D’abord parce que D.T. joue, en général, dans les 2h30, entracte non compris…

Ensuite, pour donner une dimension plus humaine à un groupe que ses zélateurs croient composés d’extra-terrestres, quand ses détracteurs fustigent la branlette instrumentale. Dream Theater est la formation « brillante » par excellence, avec tout le côté ambigu du terme.

Le quintet a un temps mis plus de prise de tête que de feeling dans ses compositions. Après « Images and words » (1992). Grâce à ses deux dernières livraisons, il a repris la ceinture de maître du heavy progressif. Sur « Metropolis, part II : Scenes from a memory » (1999), concept album dont la « part I » remonte comme par hasard à « Images and words », Dream Theater est revenu à une musique au service des émotions.


Le double album « Six degrees of inner turbulence », en ce début 2002, a mis (presque) tout le monde d’accord. A Paris et Nancy, les fans espèrent que, comme à Lyon en juin dernier, le groupe interprètera le morceau titre de l’album, long de 42 minutes, qui remplit le second CD. Cette pièce représente un concentré de D.T., tout en ambiances. Les passages planants y alternent avec les montées d’agressivité, posés sur des claviers qui trouvent une vrai place sans se faire envahissants, le tout nimbé d’une voix claire et chaude.

On peut ne pas aimer ces grandes envolées instrumentales, ces morceaux à rallonge, l’emphase parfois à la limite de la grandiloquence qui fait penser à une musique de film. Mais impossible de nier que D.T. est devenu un groupe majeur.

Instrumentistes et chanteur font à peu près ce qu’ils veulent. Ils n’hésitent jamais à se taper une impro, à expérimenter. Mike Portnoy (batterie), John Petrucci (guitare), Jordan Rudess (qui a remplacé Derek Sherinian aux claviers en 2000), John Myung (basse) et James LaBrie (chant) multiplient d’ailleurs les projets parallèles, avec la crème du gratin du progressif.

Dans Transatlantic, Mike Portnoy a embarqué avec rien moins que Neal Morse (Spock’s Beard), Roine Stolt (Flower Kings) et Pete Trewavas (Marillion). Tandis que sur « Feeding the wheel », son effort solo qui vient de sortir chez Magna Carta/Musea, Jordan Rudess fait mumuse, outre Petrucci et Morse, avec Terry Bozzio (Zappa) et Billy Sheehan (Mr Big).

Il est de bon ton d’affirmer que l’on adore Dream Theater pour ne pas passer pour un idiot. Mais avouons que des musiciens aussi accomplis et libres, qui ont su prendre de la graine de leurs égarements passés, c’est rare. La musique de Dream Theater demande effort à l’auditeur -et à son porte-monnaie : 28 euros la place à la Mutualité !- Elle peut cependant rassembler les amateurs de rock « évolué » et de hard-rock classieux (que les fans de Mike Patton, Pink Floyd, Tool, Deep Purple, Marillion et autres Queensrÿche se lèvent), comme ceux de jazz à watts. Quant aux « progueux », on leur demandera juste de ramasser leur mâchoire qui traîne par terre avant d’entrer dans l’égl… euh... dans la salle.

Sélection discographique :

- « Live scenes from New-York » : sorti après « Metropolis, part II », pour se faire une idée de D.T. en live.

- « Six degrees of inner turbulence » : un premier cd plus heavy, un second plus tourné vers les ambiances.

- Le projet Liquid Tension Experiment 2, où Petrucci, Portnoy et Rudess fricotent avec Tony Levin (ex-King Crimson, Peter Gabriel). Beaucoup d’improvisation, entre jazz et heavy prog’.

Site :http://www.dreamtheater.net

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 21.10.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés