ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Nightfall : I am Jesus

Nightfall : I am Jesus
(Black Lotus/Adipocere)

Ce sixième album de Nightfall est… un concentré de Nightfall. Il offre une synthèse réussie de tous les éléments qui, jusqu’alors, avaient permis au groupe grec de sortir des ténèbres pour évoluer d’un métal paroxystique vers des expérimentations plus heavy-électro. Mais on retrouve surtout cette symbiose entre une virulence diabolique (bien que Nightfall soit très, très loin des clichés satanistes) et un sens de la mélodie raffinée et inquiétante. Ceux qui aiment à la fois Sup et (feu) Emperor ne resteront pas de glace.

Pour être franc, je n’ai pas simplement écouté les précédents opus du groupe. «Athenian echoes» fait partie de mon Panthéon (facile, celle-là…) personnel et m’a ouvert, de concert avec «The gallery» de Dark Tranquility, à ces étendues où la recherche mélodique rencontre son complément, son âme damnée, dans un mariage sismique avec la violence rythmique et les voix de cancéreux agonisant. Où l’on comprend que la brutalité, jusque dans le chant guttural, est capable de noueuses variations et d’une grande richesse émotionnelle, tandis que les aspects les plus évidemment sensibles de la musique sortent renforcés de cette confrontation entre forces, a priori, antagonistes.

«I am Jesus», titre qui pourrait paraître pompeux, renvoie aux thématiques chères à Nightfall, notamment les interrogations sur la concordance entre ses pensées et ses actes. Il ne s’agit donc pas de la pompeuse affirmation d’un messianisme musical, mais bien d’un message que l’on pourrait traduire ainsi : chacun est son propre dieu, à condition de suivre sa volonté propre et de ne pas bêler au milieu du troupeau, sur le chemin du grand abattoir final.


Dès le premier morceau, avec son intro orchestrale emballée par la rythmique, c’est l’esprit de «Lesbian show» (titre d’album qui fut trop pris au premier degré alors qu’il visait, selon le chanteur/bassiste Efthimis Karadimas, à pousser les auditeurs à s’interroger sur les raisons qui faisaient que certaines images provoquent une réaction de rejet/attirance…) qui prédomine. Celui d’un métal travaillé, mais noir et agressif.

La voix exprime une palette où se détachent le dégoût, la peur, le désespoir, la force, l’instinct, en même temps qu’une étrange attraction, quasi sensuelle, pour «le côté sombre de la force». Les amateurs des voix aiguës du heavy-speed à la Nightwish ou Hammerfall peuvent prendre leurs jambes à leur cou!

Les guitares créent une tension mélodique continue, par opposition à la batterie lourde, pesante, mais jamais uniforme. Nightfall fait partie de ces rares groupes qui accordent une attention primordiale à la batterie. Ce qui ne se résume pas à de nombreux breaks mais s’exprime aussi par la distribution, d’une part, entre le marquage rythmique, l’accroche binaire et, d’autre part, la partition autonome des fûts et des cymbales, mais procédant toujours d’une mise en valeur réciproque avec les autres instruments (y compris le clavier ou la voix). Pour la vitesse, les mid-tempo (selon les critères du métal…) restent en avant, avec parfois des passages de double pédale en background.

Enfin, les passages lancinants ne sont pas chiants: ils semblent ouvrir la voie, vouloir percer la boîte crânienne pour y incruster les sensations véhiculées par la musique. Pas besoin d’appuyer sur la touche «extra bass» de votre chaîne.

Une consanguinité improbable

Ce qui pourrait vite devenir par trop oppressant possède un scabreux effet hypnotique, grâce au travail extrêmement soigné du moindre son, de chaque intervention de clavier, de la façon dont chaque partie de chaque instrument fait échos aux autres.

Ce n’est pas une mince affaire que de donner des points d’ancrage à qui n’a jamais posé une oreille sur Nightfall. Du death? Il y en a. Du heavy? Il y en a. Du trash? Il y en a. Du doom? Il y en a. Et aussi des pincées de claviers 70’s, de riffs que l’on appellerait aujourd’hui stoner, des sons électroniques (beaucoup plus discrets toutefois que sur «Diva futura», le précédent album), des incrustations ethniques ou psychés, et des touches qui ouvrent des échappatoires, donnent de la lumière, de l’espace, avant de replonger.

En un mot : «I am Jesus» s’avère à la fois moderne et très personnel, tout en s’appuyant sur des bases parfaitement intégrées et d’une solidité inébranlable.

«I am Jesus» est un album exigeant. Les mélodies sont moins évidentes que par le passé ou, du moins, demandent plus d’attention, de compréhension de la structure de chaque morceau. Elles ressortent surtout par la façon dont elles s’intègrent dans un ensemble. Elles accrochent, mais sont impossible à fredonner!

En un sens, Nightfall a produit là son album le plus suggestif. Celui qui, après s’être ingénié des années durant à montrer la consanguinité improbable de la mélodicité et de la violence, trouve enfin la formule qui la traduit au mieux (tout simplement parce qu’elle en procède), et qui s’exprime plutôt dans un rapport sensibilité/intellect.

C’est, aussi, ce qui peut rebuter. «I am Jesus» apparaîtra trop travaillé à certains. Pas assez direct. On lui reprochera un manque de prise de risque, en combinant les recettes qui ont fait le succès de «Athanian echoes» (1995), «Lesbian show» (1997) et «Diva futura» (1999). Ou de ne pas proposer d’avancée dans l’univers musical de Nightfall, ce que le groupe s’était ingénié à faire à chaque album jusqu’ici.

Disons que, cette fois, au lieu de défricher, et sans céder une once de terrain aux modes, Nightfall a creusé. Qui oserait parler d’album commercial, facile? Nightfall s’est arrêté, a rassemblé ses forces et les a transcendées pour ce qui, au final, s’avère l’œuvre qui exprime sans doute le mieux l’objectif de son mentor. Il sera d’ailleurs très intéressant de voir si Efthimis, ayant posé ce jalon, tentera de creuser plus profond encore ou prendra un nouveau chemin, en conservant à l’esprit ce repère inamovible.

Car Nightfall est son groupe. Les autres membres l’ont quitté après «Diva futura». Et «I am Jesus» a été enregistré après la brouille avec Holy Records, mais avant de trouver un nouveau contrat avec Black Lotus. Pourtant, rien de cela ne se décèle sur «I am Jesus», qui poursuit l’édification d’une beauté monstrueuse et ambiguë, à l’image des gargouilles des cathédrales.

PS : Malgré tout le bien que je pense de Nightfall, cet album n’est peut-être pas le meilleur pour découvrir le groupe pour ceux qui n’ont aucune habitude de ce style. Pour les non-métalleux, on conseillera donc d’abord «Diva futura» (mélodique, heavy et électro, avec une voix moins barbare…), voire simplement le EP préalable «Electronegative». Et, pour les extrêmes-métalleux, «Athenian echoes» (rythmes ultra-rapides, voix caverneuse, ornements ethniques et au clavier, mélodies fabuleuses).

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 12.01.2004

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés