ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Fantômas ‑ Delirium Cordia

Fantômas - Delirium Cordia

Mike Patton, ex-chanteur de Faith No More, a définitivement trouvé sa voie (et sa voix). Allant de plus en plus loin dans le concept d’un tout sonore, il semble s’être débarrassé de toute contrainte, qu’elle soit artistique ou commerciale. Ipeac, label sur lequel il signe ses méfaits, lui laisse le champ libre, d’autant plus que Tomahawk, son second groupe, est beaucoup plus vendable. Fantômas est de retour.

Après un concept-album éponyme composé de miniatures qui en ont dérouté plus d’un, le groupe s’était quelque peu formaté en reprenant des thèmes emprunté au cinéma (d’épouvante pour la plupart des titres). Toujours aussi déjanté, mais compréhensible par un public plus large. Fantômas gagne en notoriété, d’autant plus que ses prestations scéniques valent leur pesant de cacahuètes.

« Délirium Cordia », quant à lui, risque d’en laisser plus d’un sur le carreau. Car ce dernier opus n’est pas un album mais un recueil de « spécimen sonores chirurgicaux venant du musée de la peau ». Il suffit de regarder la pochette et de feuilleter le livret pour comprendre de quoi il s’agit. Des images prises par Max Aguilera montrant un chirurgien effectuant diverses opérations. Âmes sensibles, s’abstenir. Rien de neuf pourtant puisque Matmos avait déjà joué du bistouri pour « A Chance To Cut Is A Chance To Cure ». La comparaison s’arrête cependant là.


Tout ce qui a contribué à construire l’univers fantasmagorique de Fantômas est condensé en une seule pièce s’écoutant comme on regarde un film. Le groupe prend l’auditeur au piège en ne lui laissant pas le choix. C’est cinquante minutes ou rien. Une seule piste sur le disque comme un défi au monde entier, ce dernier étant condamné à subir la volonté de quatre musiciens beaucoup plus provocateurs qu’on pourrait le croire. Si on se méfie la première fois, on comprend vite et on se laisse faire, comme sur une table d’opération.

Quid de la musique ? Les musiciens servent le concept à cent pour-cent. L’imaginaire est sollicité du début à la fin. On pense pouvoir s’accrocher à un thème à fredonner par moments. Le temps que l’on s’en rende compte, il a déjà disparu. Les sons sont disséqués, torturés. Curieusement, l’ensemble est beaucoup moins violent que par le passé. On navigue d’ambiances en ambiances. On se demande finalement si tout cela a un sens. Certains diront que cette galette n’a ni queue ni tête. D’autres crieront au génie. Ceux qui restent salueront le courage et la rigueur artistique de ce groupe qui prouve que la musique est un art vivant. Tout n’a pas encore été dit et Fantômas nous le démontre. La musique expérimentale a de beaux jours devant elle.

Site officiel : http://www.ipeac.com

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 01.03.2004

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés