ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

FEAR FACTORY ‑ "DIGIMORTAL"

FEAR FACTORY - "DIGIMORTAL"

  L'homme face à la machine… Le thème n'est pas nouveau mais il ne cesse de susciter peurs et interrogations, notamment au sein de Fear Factory. Le premier album, "Soul Of A New Machine", apparaissait comme le prologue de ce qui allait devenir un imposant ouvrage dédié au clivage opposant l'être humain et la technologie, chaque album suivant constituant un chapitre développant une facette du problème. C'est ainsi que son successeur, "Demanufacture", décrivait un monde dans lequel la machine opprimait et avilissait l'homme. "Obsolete" était consacré au refus d'une telle fatalité et contait le combat de la race humaine contre ce qu'elle avait créé. Le débat n'était pas clos puisque "Digimortal" nous arrive tout droit de l'esprit du cyber-groupe. L'homme et la machine ont désormais fusionné, donnant vie à un être hybride.  Avant toute chose, je voudrais m'insurger contre les artistes (et par dessus tout ceux que j'apprécie ) qui ont depuis peu une fâcheuse tendance à nous livrer des albums n'arrivant pas à dépasser les 50 min, ce qui me paraît être un minimum pour tout CD digne de ce nom.. Digimortal ne fait pas exception à la règle, affichant péniblement 43 minutes et 21 secondes au compteur de ma chaîne hi-fi. Il serait quand même bon de rappeler que l'ère du vinyle est révolue et que les 80 minutes que peut contenir un CD ne demandent qu'à être remplies ! Surtout quand il s'agit d'un groupe capable de produire un album de cette qualité !  Les hostilités débutent avec un "What will become" rageur et sans compromis, plus énergique que jamais. Pas de virage artistique à 180° afin de conquérir un public plus large. Les quatre digi-mortels nous présentent ce qu'ils savent faire le mieux, à savoir un métal précis détruisant tout sur son passage, assénant de véritables rafales sonores. Il n'est donc pas étonnant de voir le batteur, Raymond Herrera, crédité en tant que joueur de "Automatic Rythmic Attacker" ! Cet album ne surprendra donc pas. Les fans du groupe retrouveront vite leurs marques (un peu trop vite, peut-être ?). On ne peut cependant taxer Fear Factory de statisme. En effet, si les changements n'apparaissent pas à la première écoute, ils n'en sont pas moins présents. Le son est plus précis et plus percutant que sur leur précédent opus. Les coups de grosse peuvent être assimilés à d'énormes coups de massue parvenant jusqu'à nos tympans, la basse est beaucoup plus présente et ne se noie pas dans un flot de guitares saturées. On peut également dire que le concept d'hybride humain/machine est appliqué à la musique. Les sons synthétiques sont omniprésents, mais pas superflus. Il s'intègrent remarquablement à l'ensemble et contribuent grandement à l'homogénéité de l'album. Beaucoup de sonorités ne s'offrent d'ailleurs à nos oreilles qu'après plusieurs écoutes. Les compositions sont toujours aussi travaillées, même si elles sont plus condensées, ce qui n'est pas toujours évident à réaliser ( Dave Matthews devrait prendre des cours auprès du groupe en la matière ).    Cet album tant attendu ne déçoit donc pas. Un nouveau chapitre est désormais écrit. L'aventure Fear Factory continue lentement mais sûrement pour notre plus grand bonheur. Pour les fans frustrés partageant mon avis concernant la durée de l'album, une magnifique version digipack contenant quatre titres bonus est disponible, allongeant le plaisir d'une dizaine de minutes environ. C'est toujours ça !

Site officiel :


http://www.fearfactory.com



Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés