ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Gaël Féret

Gaël Féret

Le métal extrême. Voici un genre un peu à part dans le monde de la musique. Tout d’abord parce que c’est une musique sans concession qui ne court pas après les charts. Les musiciens vont au bout de leurs idées sans complexe, ce qui en fait fantasmer plus d’un. Sujets brûlants, thématique mythologique, textes enrobés de satin ou purement sanglants, tout cela nourrit les rumeurs les plus folles sur les groupes concernés.

Misanthrope est un des plus fidèles représentants du genre dans l’hexagone, possédant son noyau dur de fans et gagnant à être connu par les métalleux de tous bords. C’est entre deux séries de concerts assurant la promotion de leur dernier opus, « Sadistic Sex Daemon », que le batteur du groupe, Gaël Féret nous a accordé une interview.

Avant toute chose, bonjour.


Bonjour.

Peux-tu nous résumer en quelques mots ton parcours de musicien avant ton arrivée dans le groupe ?

J’ai appris à jouer de la batterie et je suis entré dans Misanthrope.

Bon, d’accord. Quelques mots sur ton entrée dans Misanthrope ?

Ils avaient besoin d’un batteur pour la tournée de « Misanthrope Immortel », Sur les chemins des immortels. J’ai eu l’info par l’intermédiaire d’un ami qui m’a donné leur contact. Je les ai appelé et j’ai passé une audition avec Jean-Jacques Moréac (le bassiste). C’est de cette manière que j’ai intégré le groupe. Tout s’est très bien passé.

Il y a une bonne ambiance au sein du groupe ?

Oui, oui. On se marre bien. C’est vrai que c’était un peu dur au début parce que les morceaux étaient un peu durs à apprendre. J’apprenais trois titres par semaine environ. Il y en avait quatorze en tout à savoir, mais j’avais largement le temps de tout assimiler : je suis entré en avril alors que la tournée ne débutait qu’en octobre.

Parlons justement de cette tournée. De bons souvenirs ?

Oui, dans l’ensemble. On a notamment connu des groupes finlandais très sympas qui s’hydrataient beaucoup avec toutes sortes d’alcools… Ca ne sentait pas très bon dans le bus mais on s’est quand même bien marré.

Et le nouvel album ?

Il s’intitule « Sadistic Sex Daemon ». Rien que ça. La plupart des compositions sont de Jean-Jacques, le bassiste. Je recevais les maquettes des nouveaux morceaux. En général, on le voyait arriver avec un morceau terminé par semaine. On se retrouvait donc avec un titre en plus à répéter à chaque fois. Il me programmait d’une manière assez basique des boîtes à rythme pour me donner une idée de ce à quoi il avait pensé. J’ai changé certaines parties parce que ça sonnait mieux mais d’autres sont restées en l’état, vu qu’elles collaient déjà très bien au morceau. Mais d’une manière générales, j’étais libre de faire ce que je voulais.

Et si un morceau ne te plait pas ?

C’est vrai qu’il y a certains morceaux que j’aime moins que d’autres, mais on s’est débrouillé de les retravailler pour que ça plaise un peu à tout le monde. Quand une seule personne n’accroche pas, on fait avec, mais cela ne nous est encore jamais arrivé de voir un membre du groupe s’opposer catégoriquement à une composition. On arrive toujours à trouver un compromis. De toute façon, même si je dois avouer que j’ai mes préférés, tous les titres de l’album me plaisent.

Justement, lequel est ton préféré ?

« Sans Complaisance », parce que c’est celui sur lequel j’ai passé le plus de temps. A l’époque, quand je l’ai enregistré, il était assez difficile à jouer. Je n’ai maintenant plus aucun problème car cela fait un bout de temps que je le travaille. Dans un autre style, j’aime également « L’Extinction d’une Etoile ». Sans oublier « Grand Démonologue », qui est bien speed.

A ce propos, pas trop dur d’assurer des tempos si élevés ?

Non, vu que j’ai eu le temps de m’entraîner durant la tournée qui m’a donné l’occasion de bien me faire les pieds (ndr : en parlant de la technique relative à la double grosse caisse). Je me suis également mis à travailler des morceaux très rapides dont le tempo est largement supérieur à ceux que l’on peut trouver dans les chansons de Misanthrope. D’ailleurs, les prochains morceaux seront encore plus rapides !

Déjà des nouveaux morceaux ?

Oui. Une surprise attend les fans pour les quinze ans du groupe.

Concernant l’enregistrement, tout s’est bien passé ?

Oui. J’avais largement le temps de tout faire puisqu'on avait réservé le studio pour cinq jours afin d’enregistrer la batterie et les voix anglaises (ndr : une version anglaise est prévue pour le marché international. Elle sort tout de même en France), de 10h à 20h. J’ai enregistré quinze titres en tout, dans de très bonnes conditions.

Et les concerts ?

On ne procède pas comme sur les précédentes tournées. On ne fait pas cette fois-ci beaucoup de dates d’affilée. C’est fatiguant et quand même très cher. La précédente tournée ne nous a rien rapporté. Pour cet album, nous avons préféré organiser des concerts bien séparés afin de bien pouvoir se préparer : changer la set list, bien répéter les titres pour pouvoir donner le meilleur de nous-mêmes au public. Quand tu es en tournée, il arrive que tu sois fatigué. Il y a forcément un ou deux concerts qui se passent moins bien que les autres, ce qui est dommage pour les gens qui ont payé leur place pour ce soir-là.

Pour l’instant, on a fait quelques concerts à Paris, Marseille, Rouen, en Haute-Savoie. On a également participé à un festival avec Paradise Lost, Saxon. Cela s’est mal déroulé. Le public était content, à l’inverse de nous. Pas de retour, ce qui veut dire que tu ne t’entend pas jouer…. Cela arrive.

Pour les concerts à venir, on a une date en Belgique, une à Lille, une autre en Bretagne, à Lyon,… De toute façon, tout est sur le site.

Tout cela doit te prendre pas mal de temps ! As-tu une vie à côté de Misanthrope ?

Oui ! Je fais partie de Lysanxia, groupe qui a déjà sorti deux albums. C’est un groupe qui mêle voix claires, saturées et samples. Même si on peut dénoter une inspiration suédoise, il possède une forte identité. J’ai fait un second clip avec eux qui devrait sortir sous peu. On va également s’attaquer à la composition du prochain album.

A côté de cela, j’ai un groupe de métal instrumental, « Triple Effect », plus cool, qui n’a rien à voir avec Misanthrope ! On recherche d’ailleurs un label (avis aux professionnels). Je dépanne également quelques groupes qui sont en pénurie de batteur. Je suis donc occupé… Tant mieux !

Un dernier mot pour conclure ?

Soutenez la scène métal ! Et bougez quand vous venez voir les concerts ! Et, point important : arrêtez de dire que j’ai l’air de me faire chier quand je suis derrière ma batterie ! J’ai un casque. Je ne peux pas bouger !

Le message est passé ! Merci pour ces quelques minutes.

Mais de rien.

Site officiel : http://misanthrope.darkriver.net/
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 22.09.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés