ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Saint Germain des Prés 3

Saint Germain des Prés 3 (Wagram)

Le jazz est une musique en perpétuel mouvement. Depuis ses origines jusqu'à nos jours, elle n'a cessé d’évoluer, soit en réagissant en contraire par rapport à un style existant, soit en se mélangeant avec d'autres styles (on pense dans ces cas-là au Jazz-Rock). C'est peut-être en pensant à cet état d'esprit que certains producteurs d'électro se sont tournés vers le métissage. S'agit-il pour autant de jazz ? Rien n'est moins sûr.

Si on se penche quelques secondes sur le sujet, on s'aperçoit que l'on se trouve en face de deux cas de figures : soit des musiciens de jazz qui tentent l'aventure électro, soit des producteurs qui incluent des sonorités jazzy dans leurs morceaux. Si la nuance peut sembler anodine pour certains, elle s'avère fondamentale quand on écoute le résultat. Et, là encore, on voit deux modèles émerger : des morceaux très riches harmoniquement mais souffrant d'un choix de sonorités approximatif pour les premiers, et des titres très bien produits mais manquant cruellement de la touche nécessaire pour prétendre à faire du jazz.

Cette entrée en matière peut paraître longue et académique, mais le problème reste entier, surtout lorsque certaines compilations telles que "Saint Germain Des Prés 3 " se présentent comme du Nu Jazz, ou encore comme de l'Electro Jazz. Beaucoup trop de compilation surfent sur cette vague depuis le phénomène Saint Germain (qui fait tout sauf du jazz, à mon humble avis). En gros, on ne sait plus trop où on va.


Cette compilation se situe en fait entre les deux catégories citées ci-dessus. La production est bien maîtrisée sans étouffer l'esprit jazz, puisque la part belle est laissée aux chorus en tous genres. Il faut dire qu'on retrouve des noms qui ne sont pas inconnus : Truby Trio, Llorca ou encore Moloko. Ceci explique peut-être cela. On ne va d'ailleurs pas s'en plaindre. Les signatures permettent à l'auditeur de s'y retrouver dans cet océan d'artistes et au label de booster ses ventes. Tout le monde y gagne… Sauf celui qui a pensé voir le mot Jazz quelque part. On s'approche de l'esprit avec Crusho et son "Cool Bavaria", ou encore avec "Un été à Paris" de Cam, mélangeant samples, scratch et chorus de guitare, de flûte,… On est quand même loin des véritables moments magiques que seul le jazz permet de vivre.

"Saint Germain Des Prés 3 " souffre également d'un syndrome trop répandu dans les compilations de ce genre : la baisse de régime du milieu d'album. On pouvait pourtant s'attendre à une heureuse surprise puisque la playlist annonce le morceau de Llorca au moment crucial. Le mauvais goût (accompagné de sa meilleure amie la médiocrité) pointe malgré tout le bout de son nez avec Briskey et Variety Lab. On remonte un peu puis on retombe tête première avec Fertile Ground qui nous livre une soupe réchauffée dont on se serait bien passé.

De Phazz parvient à tirer son épingle du jeu, de même que 4Hero, qui rappelle (un peu trop peut-être) The Brand New Heavies. Le titre de Moloko n'est qu'une reprise ragtime du hit " Sing It Back ". Pas de quoi fouetter un chat…

Pour résumer, ce disque aurait tiré son épingle du jeu si les programmateurs avaient maintenu la barre assez haute du début à la fin, ce qui n'est malheureusement pas le cas. Les deux morceaux cités précédemment n'arrivent pas à sauver une seconde partie qui traîne la patte. Dommage car ce n'est pas avec cela que les amateurs de jazz vont se tourner vers ces compilations. Mais, après tout, le but est peut-être de faire croire aux Electro-addicts qu'ils écoutent du jazz ou d'accorder un certain cachet à un lieu à la mode. Ce qui tuerait le débat dans l'œuf, arrangeant par la même occasion tous ceux qui ne tiennent pas à ce que les consommateurs…Pardon, les auditeurs se posent trop de questions.

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 07.04.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés