ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Gilberto Gil : Kaya N’Gan Daya vs. Best Of 2002 (Warner Jazz)

Gilberto Gil : Kaya N’Gan Daya vs. Best Of 2002
(Warner Jazz)

Il est l’une des figures les plus marquantes de la musique brésilienne depuis maintenant une quarantaine d’années : Gilberto Gil nous offre deux albums qui s’affrontent dans un combat inégal. Le premier, Kaya N’Gan Daya, est un hommage de seize reprises au grand Bob Marley ; le second est un Best Of des dix-huit meilleurs titres de l’auteur-compositeur-interprète brésilien. Ainsi, l’on a, face à ce que l’on pourrait appeler une "curiosité", tout ce que Gil a pu écrire et chanter de plus beau : pas évident l’exercice de la reprise, surtout quand on a mis la barre très haut par sa propre production…

Gilberto Passos Gil Moreira est né le 26 juin 1942 à Salvador, au Brésil, dans la province de Bahia. C’est très jeune qu’il manifeste ses dons et envies musicaux : les sonorités de la formation locale de la petite ville d’Ituaçu, l’accordéoniste Cinézio et les chanteurs-guitaristes des rues amènent le petit Gilberto, dès ses trois ans, à exprimer le désir de devenir musicien. Il écoute avec avidité les hits diffusés sur les stations de Rio de Janeiro, et s’imprègne de cette musique qu’il saura plus tard si bien réinventer.

En 1952, âgé de 10 ans, Gilberto est envoyé à Salvador avec sa sœur pour continuer leur scolarité : il entre au "Colégio dos Irmãos Maristas" et, la même année, s’inscrit à l’académie d’accordéon. Il commence à cet âge d’être fasciné par les nouveaux styles musicaux qui ont cours à Rio, et par les sonorités du Jazz, toutes nouvelles pour lui. Quelques années plus tard, à dix-huit ans, il monte avec des amis une formation dans laquelle il tient l’accordéon et le vibraphone.


C’est la fin des années 50, et bien que Gilberto soit tout à fait imprégné des harmonies de la nouvelle musique, c’est en écoutant l’un des artistes de musique populaire brésilienne les plus importants que se produit véritablement le déclic : la Bossa Nova est LA révolution de la musique brésilienne, et Gil écoute João Gilberto sur les stations de radio nationales. Le jeune musicien est tellement impressionné - aussi bien au sens figuré qu’au sens étymologique - par João Gilberto qu’il décide d’abandonner l’accordéon pour la guitare.

Ainsi, dès le début des années 60, Gilberto s’est déjà attelé à ses propres compositions : à cette période de sa vie, il écrit également des jingles et chante sur les chaînes de télévision locales, tout en étudiant les sciences économiques et l’administration à l’Université de Bahia, en vue de devenir cadre directeur d’entreprise... En 1962, sa première chanson à être enregistrée est " Bem Devagar " (" Très Lentement ") et l’année suivante, il enregistre un "quatre-titres" avant l’heure : Gilberto Gil - sua música, sua interpretação (Gilberto Gil - sa musique, son interprétation).

À São Paulo, Gil profite des soirées pour fréquenter les clubs, et il y rencontre d’autres artistes, comme notamment Chico Buarque, au João Sebastião Bar. On est en 1965 : Gilberto ne va pas tarder à lâcher définitivement ses activités administratives et financières…

Il sort un premier single, " Procissão " (" Procession ") chez RCA, alors l’une des plus grosses maisons de disques, puis un second, " Roda ". La reconnaissance ne se fait pas tarder, et Gilberto Gil devient le nouveau grand compositeur de musique populaire brésilienne : après un contrat signé chez Philips pour un album, Gil, fort de son succès, abandonne son poste administratif, bien décidé à vivre de sa musique, et part s’installer à Rio avec femme et enfants...

Une ascension fulgurante pour un jeune homme d’à peine 25 ans, et un succès public qui ne sera jamais démenti. C’est un échantillon des titres qui ont propulsé Gil au sommet qui constitue le Best Of édité par Warner : des titre aussi célèbres que " Realce ", " Rebento ", " Tode menna baiana " ou " Palco ", un enchantement pour les oreilles que cette musique qui va chercher le bonheur au plus profond du cœur de l’auditeur, même pour les sonorités les plus mélancoliques de certains titres… Que dire de ces chefs-d’œuvre de la musique brésilienne ? Pas de mots pour exprimer la vie qu’ils recèlent ni pour les qualifier, excepté pour préciser qu’en les réécoutant ou qu’en les découvrant, l’on comprend on ne peut mieux les raisons du succès de Monsieur Gilberto Gil…

Et c’est à vrai dire la raison de la petite déception qui vous saisi quand vous écoutez Kaya N’Gan Daya : certes, il y a la patte de Gil, il a pris la peine de réécrire certaines des paroles en portugais, de mettre au point quelques arrangements nouveaux. Mais, malgré cela, malgré la qualité de la réalisation, l’on ne peut s’empêcher de penser : " Ce n’est jamais que de la reprise "… Finalement, Gil n’apporte rien de vraiment neuf aux titres de Marley, et c’est justement là la déception. Bref : un petit sentiment d’ "à quoi bon ?" laisse un goût un peu âcre après l’écoute de cet album. Peut-être les inconditionnels de Gil et /ou de Marley le trouveront absolument fabuleux, peut-être les amateurs éclairés apprécieront la performance, mais en tous les cas, il n’y a pas photo : c’est le Best Of qui gagne !

Discographie : on ne fera jamais aussi complet que la discographie du site officiel !

Site officiel : http://www.gilbertogil.com.br

Merci à Warner Jazz d'avoir permis la rédaction de cet article…
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 19.08.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés