ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Grandaddy : Sumday

Grandaddy : Sumday (V2)

Grandaddy, le groupe de Jason Lytle, est de retour pour un quatrième album : "Sumday", dans les bacs le 10 Juin. Cet album est certainement l'un des plus originaux de la décennie ! Alliant nostalgie et modernité, il convie l'auditeur à un voyage … au cœur des années 70.

Grandaddy est un groupe californien formé dans les années 90. Autour de Jason Lytle (auteur, compositeur, interprète, multi-instrumentiste, producteur, ingénieur du son et tête pensante du projet) , nous retrouvons Jim Fairchild (guitare), Kevin Garcia (basse), Aaron Burtch (batterie), et Tim Dryden (claviers). Les membres de Grandaddy ont tous grandi à Modesto ou ses environs, une ville agricole du centre de la Californie. Enfant, Lytle trouve refuge dans les Beatles, Pink Floyd et Alan Parsons qu'il écoute avec un casque dans le salon. Et c'est là où réside justement le tour de force du groupe : Grandaddy a réussi à recréer l'atmosphère de ces groupes, la naïveté; la pureté, la nostalgie qui émanent d'un "Dark Side of the Moon" ou d'un "Eye in the sky"... en 2003.

Deux ans et demi après l'album "The Software Slump", qui a enthousiasmé la critique, Grandaddy revient avec "Sumday", concocté dans une petite maison de banlieue achetée par Lytle : " la réalisation d'un rêve, un peu flippant, d'avoir une maison comme les autres en banlieue, qui soit totalement insonorisée et conçue comme un studio d'enregistrement ".


Cet album mûri dans la tête de son créateur depuis un certain temps : "J'ai le sentiment que nous sommes en quelque sorte arrivés, que tout ce que j'ai fait m'a emmené à ce disque. Cet album est le reflet de tout ce que nous avons entrepris. Pour moi, dans ma tête c'est un aboutissement." Vous l'aurez compris, c'est à Jason Lytle, et presque à lui seul, que l'on doit les albums de Grandaddy. Il écrit les textes, compose les musiques, chante, produit, enregistre et mixe les chansons. En clair : il dirige tous de A à Z. Les musiciens en seraient presque relayés au second plan… Là encore, on peut établir un parallèle entre Jason Lytle et Roger Waters, Syd Barrett ou Alan Parson. Ils sont tous autonomes … Pour ce genre d'artiste, chaque album a un concept. Ce n'est plus un album, c'est un projet. Il est pensé, réfléchi, modelé des années avant que l'enregistrement débute. En clair, c'est un tout. Si vous n'aimez pas les 20 premières secondes, vous n'aimerez pas l'album. Par contre, si vous adhérez immédiatement, vous ne serez pas déçu !

Fidèle aux groupes qui l'ont inspiré, Jason Lytle écrit des textes qui font réfléchir. Mélange de philosophie et de métaphysique. " Avant tout, "Sumday" évoque le problème de savoir si on va arriver à se démerder ou pas. C'est se poser la question de savoir combien de tours il nous reste à jouer ? Vais-je un jour devenir adulte ? Est-ce qu'un jour je vais m'en sortir ? ". Mais si dans cet album Grandaddy s'interroge sur le sens de la vie, Lytle tenait aussi à ce que "Sumday" soit un message d'espoir pour les autres. " Pour moi, il a toujours été important de faire des chansons qui parlent aux autres et, cette fois-ci, il était primordial que nos textes soient vraiment compréhensibles pour les autres. "

En ce qui concerne la musique, ça se rapproche étrangement du groupe monté par Alan Parson dans les années 70 : le Alan Parson's Project… (NDR : Il est amusant de noter qu'Alan a travaillé comme ingé son sur "Abbey Road" des Beatles et "Dark Side of the Moon" de Pink Floyd… Comme quoi, le monde est petit.) La voix de Jason est très douce, et l'atmosphère est planante. La pochette de l'album retranscrit très bien ce "feeling". Le choc est d'autant plus violent que certains des musiciens, qui se revendiquent "rockeurs" pourraient être les frères des ZZ Top. Comprenez aussi usés et barbus.

C'est alors qu'on insère le cd dans la platine, et on découvre le supercherie : c'est de la pop tout ce qu'il y a de plus doux et mélancolique. Le second morceau, "I'm on standby" retranscrit parfaitement l'atmosphère parcourant l'album. Jamais un son plus haut que l'autre, jamais de violence dans la musique. Lorsque le batteur est obligé de frapper une cymbale, il doit s'excuser aussi sec. Le guitariste doit avoir mal au cœur à chaque fois qu'il appuie sur sa pédale disto… Tout est dans le même esprit : planant, mélancolique… Sans jamais tomber dans la musique de relaxation, et sans jamais plagier. En effet, aucune ligne mélodique ou accords ne rappellent Alan Parson ou Pink Floyd, juste la quiétude qui se dégage de "Sumday"…

Le son est "roots" à souhait. On est plongé d'emblée dans le son seventies. Il suffit d'écouter le solo de guitare de "Now it's on". On a réellement l'impression que cet album a été enregistré il y a plus de 20 ans. Le groupe a même ressorti les vieux synthés analogiques des années 70. Les deux chansons suivantes, "I'm on standby" et "The go in the go-for-it", sont des pures merveilles. Je commence à penser que je suis en train de découvrir un album incontournable ! Même sur des chansons un peu plus faibles, comme "The group who couldn't say", ou "Yeah is what we had", la voix douce de Jason réussi, à elle seule, à remonter le niveau …"Lost on yer merry way" remonte le niveau. Les harmonies vocales, omniprésentes dans tout l'album, font des merveilles. Dans "el caminos in the west", on croirait entendre les Beach Boys (dans l'intro). Je continue l'album, et navigue entre surprises et merveilles. "Saddest vacant lot in all in the world" est une ballade piano / choeurs. Le titre n'est pas top, mais la chanson est réellement émouvante. Idem pour la suivante : "Stray dog and the chocolate shake". Où va t'il chercher des titres aussi tordus ? Les synthés analogiques sont de retour… Ok, j'ai compris : j'ai trouvé mon album de chevet… Par contre, en ce qui concerne le timing, il est dommage qu'on arrive à peine à 52 minutes… Lorsque se termine le douzième titre, on prie pour qu'il y ait un morceau caché, mais non… Pour se consoler, le cd nous offre 3 clips.

A noter, pour terminer, que le groupe Grandaddy sera en concert le 18 juin au Café de la Danse (Paris), et partira en tournée en Novembre.

Sites officiels : www.v2.fr/grandaddy.html et http://www.grandaddylandscape.com
Cliquez ici pour gagner l'album : www.ivoiremusique.com/amb/news/jeux/jeux.htm

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 09.06.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés