ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Grégory Bernard, PDG de Canal Cast

Grégory Bernard, PDG de Canal Cast

  Canal Cast est une société spécialisée dans la conception et l’hébergement de sites pour les professionnels du son, de l’image et du spectacle. Des artistes aux techniciens en passant par les réalisateurs, toutes les professions de ces secteurs ont la possibilité de mettre en ligne non seulement des descriptifs leurs compétences et de leur expérience mais aussi et surtout le produit de leur travaux respectifs : textes, images, sons/musiques ou vidéos…
  Nous avons rencontré le PDG de Canal Cast Communication, Grégory Bernard, qui a accepté de répondre à nos questions…

Comment est né Canal Cast ?


Comment est né Canal Cast : c’est né il y a… disons un an et demi au niveau de l’idée. Moi j’étais aux Etats-Unis à ce moment-là : je travaillais pour l’Ambassade de France à Washington, et je travaillais beaucoup sur les technologies Internet… (nous sommes interrompus par l’arrivée d’un autre membre de l’équipe) une seconde… On va peut-être se mettre

dans une pièce un peu plus isolée, parce que…


  (Une fois installés dans le labo-photo/salle de montage de la société : )
  Alors comment est né Canal Cast, donc… Moi, je suis le Président de la société : c’est une idée qui vient de moi en fait, qui s’est beaucoup développée depuis. L’idée de base, c’était de dire… bon à l’époque où Internet était encore très peu implanté en France, et où je vivais déjà depuis deux ans aux Etats-Unis, je faisais de la veille technologique sur Internet : mais vraiment, c’était du domaine scientifique, et les scientifiques ont été les premiers à utiliser la vidéo sur Internet pour communiquer, pour faire des communications scientifiques… Ce qui est devenu aujourd’hui un produit commercial servait à ce moment-là lors de séminaires où on synchronisait des vidéos avec des graphiques, etc., et je me suis dit que ça pouvait être extrêmement puissant pour le monde de l’image ; et que bientôt tout se passerait là-dessus.
  J’suis rentré à Paris avec l’envie, l’ambition de monter un site qui permettrait aux talents, aux compétences, aux gens qui travaillent dans ce secteur-là d’avoir un espace à eux sur Internet, bien assisté, et de réunir tout ça au sein d’un portail. C’est parti de cette idée-là, et puis j’ai rencontré le PDG de Canalweb, Jacques Rosselin, qui commençait tout juste son affaire - c’était une petite affaire encore à l’époque, c’est devenu quelque chose d’énome - et je lui ai proposé - c’était il y a un peu plus d’un an, un an et demi - j’lui ai proposé de monter un système qui soit un petit peu fondé sur la casting, sur la promotion de talents sur Internet. Il était intéressé, on a commencé à discuter, ça a pris beaucoup plus de temps que prévu ; et puis finalement je suis allé voir un ami qui est un ami de prépa, qui s’appelle Vincent Ertog, et je lui ai proposé de monter cette affaire. On a tous les deux démissionné de nos boulots respectifs - je travaillais pour Canal Plus à l’époque, lui travaillait dans l’ingénierie - et on a lancé l’affaire, on a monté la société en mai.
  Et puis on a trouvé un investisseur pour nous aider, nous accompagner et édifier un petit peu les choses…

Vous étiez donc deux au départ : aujourd’hui, comment est « structuré » Canal Cast ?

Alors c’est pas exactement vrai : moi j’ai monté le projet en gros pendant l’été 1999, je crois… Ouais été 99 : en septembre, je travaillais encore pour Canal Plus - je travallais pour "Nulle Part Ailleurs" - et j’ai mis un petit peu d’argent de ma poche pour embaucher un jeune stagiaire - qui maintenant est notre développeur - qui était encore dans son école, et qui a développé la première maquette de site, durant septembre, octobre, novembre, décembre… On travaillait le soir en fait pour fabriquer ce site, et ce qui nous a permis aussi de convaincre les investisseurs. Donc au début on a monté la société avec notre argent, on a emprunté pour avoir la mise de départ, et donc on peut dire qu’on était trois. On était trois au tout début, et dès qu’on a eu un peu d’argent on a commencé à embaucher des gens, des personnes sont entrées, sorties, on a appris à se structurer et on est arrivé à une équipe de dix-onze personnes à partir du moment où on avait les moyens de les salarier.
  Alors aujourd’hui comment on est structuré : on a une partie entre guillemets « direction », Vincent, Sébastien - qui s’occupe de tout ce qui est Busyness/Développement/Rapports avec les investisseurs, qui vient d’HEC, et qui nous a rejoints quasiment après la sortie de l’école, après une petite année d’expérience - et puis hummm…. On a rencontré quelqu’un qui travaillait à l’ANPE du Spectacle et qui a développé une partie commerciale, ce qui n’a pas été un gros succès, on ne travaille plus trop avec lui. On a essayé d’enrichir l’équipe technique : on a embauché un graphiste, qui est toujours chez nous et qui a donné toute cette charte graphique assez particulière, qui nous permet aussi de faire des création de sites de bonne qualité graphique pour d’autres gens ; on a embauché une webmistress-intégratrice, et puis un juriste pour s’occuper de tout ce qui est augmentation de capital, partenariats, etc. Donc ça a constitué le noyau dur ; on avait aussi quelqu’un qui s’occupait de tout ce qui était photo, vidéo, réalisation-production - parce qu’on avait une partie aussi où on produisait des œuvres…
  Et puis voilà, l’équipe s’est constituée de cette manière-là, donc de temps en temps y’a des stagiaires qui rentrent et qui sortent, et aujourd’hui on est plutôt à un équilibre autour de six-sept personnes euh…. Compte tenu du contexte qui est un peu difficile, on a pas trop les moyens d’entretenir plus que ce monde-là, et on se concentre sur des gens qui sont vraiment productifs, c’est-à-dire des gens qui peuvent vraiment nous rapporter du chiffre d’affaire aujourd’hui… Mais on paie tout le monde ! Ce qui est rare dans les start-up’s ! (Rires) Quand il y en a qui ne sont pas payés, ce sont nous…

Aujourd’hui quelles sont les activités auxquelles s’attache Canal Cast ?

C’est principalement de la création de sites standards au sein d’un portail fédérateur des métiers de l’audiovisuel, du spectacle et de la culture. Donc ça veut dire que l’on est un spécialiste de la représentation de talents sur Internet ; d’outils de travail aussi : c’est-à-dire que les gens qui viennent chez nous n’ont pas seulement une vitrine, mais ils ont vraiment un outil de travail. Un outil de travail ça peut partir d’une chose très simple qui est le mail, le mail professionnel, avec de la sécurité, avec des grosses capacités, avec une interface en ligne qui soit agréable, et puis des outils de représentation simples comme la carte de visite avec un lien direct vers leur site, comme le moyen d’archiver en externe leurs photos, leurs extraits vidéos, de les montrer de les transmettre, de communiquer, d’avoir un book de photos, de pouvoir les changer dynamiquement, de pouvoir échanger des commentaires… La possibilité de déposer les œuvres, les projets, les scénarios, les vidéos, de les protéger électroniquement par signature, de tatouer les photos, enfin : tout ce qui est relié à l’image et relié de près ou de loin à l’internet sont des prestations que l’on essaie de leur fournir.
  Et ça peut aller jusqu’au site extrêmement élaboré que l’on va faire pour une agence artistique, pour un festival, pour une institution. Nous notre objectif c’est de réduire au maximum le prix de ces services, donc on s’est beaucoup concentré, la majorité de notre argent on l’a dépensée pour créer des produits un petit peu standards qui vont permettre aux gens d’avoir très rapidement un site élaboré mais standard dans ses modules. Ce site sera donc une vitrine de représentation mais aussi un outil de travail et un outil - à terme - de transaction voire de vente de leurs œuvres ou de leur(s) talent(s) en ligne ; donc aussi une interface qui va leur permettre de favoriser leur recrutement et leur recherche de travail. Voilà en gros toutes les prestations que l’on fournit ; et notre produit de base, c’est ce qu’on a appelé le "Micro-Site Professionnel", que l’on peut voir sur Canal Cast. Là, aujourd’hui, il y a 1200 micro-site qui ont été créés, on a déjà 2000 commandes, et notre objectif est de toucher 30 ou 40 000 personnes pour avoir une base qui soit valable et intéressante pour les employeurs et pour les gens qui travaillent dans ces métiers-là.

Statistiquement, comment est réparti entre les différentes familles de professions le pool de personnes qui font appel à vous ?

Alors : aujourd’hui, nous nous adressons à toutes spécialités. On fait notamment le site de l’ANPE du Spectacle pour Cannes, qui sera un site de démonstration : une des raisons, je pense, pour lesquelles ils ont travaillé avec nous c’est justement que nous nous adressons à tous les métiers qui sont répertoriés par l’ANPE du Spectacle, sans exception. Maintenant, évidemment, vous avez une répartition qui est différente, soit c’est concentré sur tel secteur, soit les gens plutôt de tel secteur sont venus nous voir, et aujourd’hui on a beaucoup de réalisateurs, de jeunes réalisateurs, des réalisateurs confirmés, en général qui ont vraiment des choses à montrer, qui ont déjà plusieurs films à leur actif, et qui mettent des extrait pour monter leurs œuvres, pour euh… vraiment pour se servir de nous comme un espace non pas de diffusion mais vraiment de… pour montrer leur talent, pour montrer leur positionnement, pour présenter leur projet, etc. donc on a je dirais 30% de réalisateurs, pas mal de comédiens et de mannequins, 30% aussi, et puis le reste se répartit entre bien sûr la musique, je dirais peut-être un peu moins, 15 ou 20%, et puis tous les métiers de techniciens, qui sont rentrés un peu plus tardivement sur le site mais qui représentent une grosse partie de notre cible : tout ce qui est technicien-son, technicien-image, maquilleur, coiffeur, tous les gens qui interviennent sur une production… Le micro-site est un outil extrêmement utile pour eux, et donc ils commencent à venir nous voir.
Voilà : une répartition majoritairement réalisateurs/comédiens-mannequins/musiciens ; et le reste un petit peu réparti.

Comment le site standard, le « Micro-Site Pro », est-il élaboré en général ?

Le micro-site, on l’a conçut pour que n’importe qui qui connaisse un tout petit peu Internet puisse se fabriquer lui-même son micro-site en ligne ; ça veut dire que vous allez avoir des questionnaires, des menus-déroulants, un système complètement dynamique et en ligne pour vous permettre d’élaborer votre micro-site : pour envoyer vos photos, pour envoyer vos vidéos qui seront encodées, pour demander de faire protéger vos œuvres - soit vous êtes capable de le faire vous même, c’est pas compliqué, soit on peut le faire pour vous - ; votre e-mail est créé, vous pouvez commander vos cartes de visite, vous pouvez commander vos retirages photos sur le site… Le but, c’est vraiment d’inciter les gens à se servir d’Internet et à faire les choses eux-mêmes. Maintenant dans les faits ça se passe un petit peu autrement, parce que ce sont des gens qui mettent un peu de temps à adopter les techniques liées à Internet, donc souvent on les reçoit, on leur explique, on leur apprend, on leur fait leur site… mais ce sont quand même des modules relativement standards où ils n’ont plus qu’à saisir un certain nombre d’informations et à donner un certain nombre d’éléments pour pouvoir construire ce site.
  Après, vous avez des sites qui des sites qu’on a appelé des sites « coquilles » qui contiennent plusieurs talents, qui sont un peu plus élaborés, où on fait intervenir des graphistes supplémentaires, où on va créer une page… Ça peut aller de deux comiques qui veulent avoir leur site à eux et leur page de présentation -  on vient d’en faire un pour un groupe de comiques qui s’appellent « Ça n’amuse que nous », qui sont très marrants, et à qui on a construit un site un peu plus élaboré - jusqu’à une petite agence artistique qui présente dix comédiens. Ces sites coquilles regroupent deux, trois, dix, quinze micro-sites. Ce qu’il faut savoir c’est que nous, on a privilégié l’ergonomie, la facilité d’utilisation : c’est très facile de créer son micro-site. En ligne, ou chez nous : tout est possible.

Et est-ce que les personnes qui font appel à vous utilisent toutes les technologies, profitent de toutes les possibilités que vous leur offrez, ou bien ont-elles tendance à se limiter ?

Elles ont tendance à se limiter, parce qu’elles ont tendance à penser que c’est juste une fiche comme ça qu’elles mettent sur Internet, et puis ça reste tel quel, c’est comme un bouquin : y’a une photo, un CV… Nous, on essaie de leur faire comprendre que c’est pas du tout ça, que c’est vraiment un site, et qu’au-delà d’un site c’est vraiment un outil ; c’est quasiment un logiciel qu’ils vont utiliser et qui va leur servir. Donc nous, on n’est pas un annuaire, on est plutôt au service des annuaires, on a des produits qui peuvent servir les annuaires, et on essaie de travailler avec eux pour leur apporter notre technologie, notre savoir faire, notre vision du secteur. Bien sûr les gens viennent nous consulter comme ils consulteraient un annuaire, mais on est vraiment un fournisseur de solutions technologiques, un fournisseur de conseil, de stratégie pour la représentation sur Internet, et on essaie d’inciter les gens à se servir de toutes les fonctionnalités qui leur sont proposées.
  On est pour l’instant encore loin du compte, parce que par exemple un réalisateur doit être vraiment "poussé" pour venir déposer ses projets, pour venir présenter un extrait de chacune des œuvres qu’il a faites, de sorte que son site devienne son bureau virtuel sur Internet. Il faut savoir qu’aujourd’hui on est capable de leur fournir une prestation de bureau virtuel, de leur permettre d’archiver leurs éléments, de voyager dans le monde entier sans avoir à prendre leurs cassettes sous le bras, etc. . Alors ça prend du temps, c’est normal, mais ce sont des technologies qui sont disponibles dès à présent.

Quel est le profil-type de l’internaute qui vient visiter le site de Canal Cast, en terme d’âge, de profession, mais aussi de connexion ?

Je pense que globalement, le visiteur-type, c’est quelqu’un qui a entendu parler de nous soit par les gens qui sont chez nous, soit auprès de nos partenaires : le profil-type c’est bien sûr quelqu’un qui appartient au monde de l’audiovisuel, du spectacle ou de la culture. Ça peut être un producteur, ça peut être un agent, ça peut être un artiste qui vient voir d’autres artistes ou qui vient consulter son site, ça peut être de temps en temps quelqu’un qui n’a pas grand chose à voir avec le secteur mais qui vient regarder ça de façon ludique… Mais globalement, le visiteur est professionnel, il est ciblé, il est dans le secteur, il travail, il vient regarder des talent ou s’inscrire comme talent, ou en tant que compétence du secteur il vient obtenir des informations ou des services.

Est-ce que Canal Cast connaît des limites liées aux infrastructures Internet et informatique (problèmes de débit/bande passante, formats…) ?

Nous n’avons pas voulu nous marier avec un format donné, une technologie d’affichage Internet particulière : on s’est concentré sur les bases de données - les plus complètes, les plus dynamiques, les plus modulables possibles - permettant de générer très rapidement des sites Internet de qualité. Donc on s’est vraiment concentré sur les couches un petit peu "inférieures", sur les fondations de notre site de notre technologie. C’est une partie très évolutive.
  Pour la partie "supérieure", on s’est adapté à ce que les gens ont dans la majorité des cas. Par exemple pour les vidéos, on a un transfert adapté aux bas débits : nos vidéos sont adaptées aux modems 56 K, l’image vaut ce qu’elle vaut, elle permet de se faire une idée… On a fait  nos interview en noir et blanc, en gros plan, parce que n’importe qui peut quand même voir une expression de visage alors qu’il a une liaison bas débit.
  Mais on garde évidemment toutes les bandes pour que, dès qu’un saut est fait dans les capacités de réception des professionnels et du public, nous puissions upgrader très rapidement la qualité…

Est-ce que vous désirez dire quelque chose aux musiciens qui peuvent jouer en ce moment au Jeu Amb - Canal Cast et gagner des micro-sites pros ?

Ben, je suis très content d’avoir des musiciens chez Canal Cast : ce sont des gens qui sont assez dynamiques, ils ont été les plus rapides à migrer sur Internet, beaucoup plus vite que les réalisateurs ou les comédiens ; ils vont chercher leurs extraits sonores à droite à gauche, ils vont sampler, ils sont hyper à l’aise avec les ordinateurs…


  Donc, vraiment, plus on a de musiciens, mieux c’est : ce sont ceux qui communiquent le mieux sur notre produit, et qui surtout le jugent le mieux. C’est-à-dire que quand y’a un truc moins bien, ils nous le disent… enfin la communauté des musiciens et des techniciens de la musique c’est vraiment des gens qu’on aime bien à Canal Cast, parce qu’ils sont en avance… en avance sur les autres, et ils sont sympas… Et en plus ils interviennent dans tous les domaines : il y a de plus en plus de musiciens qui bossent dans la pub, qui font des musiques de films, pour des courts-métrages - souvent gratuitement d’ailleurs, parce que ça les intéresse… Ce sont des gens souvent désintéressés parce qu’ils sont passionnés ; curieusement, dans le monde de l’image, c’est un pivot assez important.
  On leur dit bienvenue, et on est ravi de leur faire gagner des micros-sites ; on espère que ça les aidera…

Merci à vous !

Mais de rien, c’est avec plaisir !

CC.Communication
55 rue du RPC Gilbert
92600 Asnières-sur-Seine


Tél : 01 47 93 00 61
Fax : 01 47 93 01 53

http://www.canalcast.com
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés