ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Hypocrisy ‑ The Arrival (Nuclear Blast)

Hypocrisy - The Arrival (Nuclear Blast)

[La mort vous va si bien, chapitre 3] Attention, gros bras! Hypocrisy, ce sont certes trois types qui jouent une musique à rendre timide un mur en béton armé, mais aussi un leader, Peter Tägtgren, qui affiche un CV discographique long comme le bras qui se détend pour vous mettre un amical pain dans la gueule.

Résumons: non content de mener de front les groupes Hypocrisy, formation culte du death-métal depuis une décennie, et Pain, Peter Tägtgren s’est taillée une réputation de maître des forges comme producteur. Ses réalisations sont une espèce de best-of du métal extrême et/ou underground… dont certains représentant sont sortis en partie grâce à lui. Citons Children of Bodom, Immortal, Borknagar, Dimmu Borgir… Bref, Tägtgren est respecté de tout métalleux qui… se respecte.

Il serait pourtant risqué de juger d’utilité publique n’importe quel disque de ses propres groupes sur la seule foi de ce CV. Puisque leur écoute suffit à se convaincre que, décidément, le bonhomme est aussi doué derrière une console et des boutons que la guitare en main et le micro devant la bouche. Il y a des types comme ça, genre touche-à-tout, qui ne peuvent pas s’empêcher de faire des miracles partout où ils posent les pieds, et cela sans même avoir l’air de s’en rendre compte.


Hypocrisy propose ainsi un death-métal assez traditionnel, mais qui a intégré toutes les évolutions du genre (mélodies, voix doublées) ainsi qu’un peu de trash pour favoriser le pogo.

Le groupe se montre aussi à l’aide dans les passages à fond la caisse que dans des mid-tempo lourds, comme sur «The Abyss» qui, après une longue intro, introduit un tempo lent, un gros riff qui tache au-delà de tout ce qu’une armée de lessiviers peut espérer décrasser, une frappe de batterie aussi lourde qu’une blague de Jean-Marie Bigard, avant qu’une voix ténébreuse fasse le lit rouillé d’un refrain lancinant.

Les harmonies et les breaks rythmiques signalent un véritable travail de composition. A tel point que Hypocrisy créé un death-métal fredonnable. Croyez-moi, parmi les die-hards du genre, on en a crucifié pour moins que ça, façon Mel Gibson sans les trucages.

Hyporcisy joue avec modération des accélérations bourrines mais sait les placer efficacement. Le refrain en forme de plainte de «The Departure» est ainsi tétanisé par une double-pédale discrète.

En combinant le côté horrifique, criard, bref, traditionnel du death-métal et des compositions accrocheuses aux structures diversifiées (on en quand moins de l’expérimental!), Hypocrisy, en neuf titres et 40 minutes, parvient à ne jamais lasser l’auditeur… que l’on préviendra tout de même.

On n’entre pas dans le death-métal d’Hypocrisy en frappant négligemment à la porte. Une certaine habitude des musiques agressives est nécessaire. Mais ceux que rebute le chant habituel du death-métal et les blast-beats continuels devraient trouver ici un passage secret vers les terres hostiles. Ecoutez donc «Slave to the parasites», titre phare de l’album, qui cache sous des airs musculeux des trésors de finesse et un refrain killer.

Outre Tägtgren (chant, guitares, claviers), il faut aussi signaler l’excellent boulot de Mikael Hedlund (basse) et de Lars Szöke (batterie), qui ne sont pas là pour jouer les faire-valoir du premier cité. On a bien affaire à un groupe, soudé, carré, dont la production (cosignée par Tägtgren et Hedlund) met un ensemble en valeur, et non des individualités.

Pour l’anecdote, Dan Swanö s’est attelé à une bonne partie des paroles, très orientées aliens et science-fiction. Lequel Dan Swanö est un peu l’alter-ego de Tägtgren, cumulant lui aussi des talents de producteur plus que reconnus et la participation à plusieurs groupes ou projets, au chant ou à la batterie, tels Edge of Sanity, Bloodbath, ou encore Nightingale.

Pour les durs de la feuille (qui auraient trop écouté de death à volume déraisonnable…), on résumera ainsi: «The Arrival» est l’album d’un très bon groupe, qui défouraille avec intelligence… pour des auditeurs avertis.

www.hypocrisy.tv
www.nuclearblast.com

Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 14.06.2004

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés