ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Natalie Imbruglia : « White Lilies Island »

Natalie Imbruglia : « White Lilies Island »

  Phénomène intéressant que Natalie Jane Imbruglia : c’est sur les écrans de télévision que la jeune Australienne (née le 4 février 1975 d’un père Italien, d’où son nom pas franchement anglo-saxon) devait connaître une renommée… locale tout d’abord, puisque la sitcom "Neighbours" - dans laquelle elle joue non pas deux semaines comme prévu, mais deux ans (!) - ne sera jamais diffusée qu’en Australie. Peut-être lassée d’être interdite de cheveux courts par le contrat qui la lie à ses producteurs, elle finit par quitter la série (comme ce fut le cas d’une autre pop-star : Kylie Minogue), et, après un passage chez le coiffeur, décide de quitter sa ville natale, Sydney, ses parents et ses trois sœurs pour Los Angeles.  À l’écart des sollicitations de ses nombreux fans australiens, elle prépare et enregistre - avec l’aide de Phill Thornalley (The Cure) - l’album « Left of the Middle » (sorti en novembre 1997), celui-là même qui lui ouvrira les portes de la reconnaissance internationale. C’est le single "Torn" qui sera particulièrement plébiscité, lui permettant de se voir décerner le MTV Music Award de la meilleure chanson de l’année. Suivra une véritable pléthore de récompenses : deux Brit Awards (Meilleure Nouveauté Internationale et Meilleure Artiste Féminine Internationale) et six Aria Awards - les équivalents australiens de nos Victoires de la Musique - sur neuf nominations (Meilleur Single, Meilleur Premier Album, Meilleur Premier Single, Meilleur(e) Artiste Pop, Meilleure Chanteuse, Meilleur Nouveau Talent)… Ces trophées ne sont que la consécration d’un succès public jamais démenti, à tel point que la chanteuse recevra deux ans plus tard, de nouveau (le 12 octobre 1999 à Sydney), les Aria Awards du Plus Grand Succès Encore En Cours et de la Meilleure Artiste Féminine !  La carrière de Natalie - musicalement parlant tout au moins - prend donc grâce à ce premier album un essor aussi rapide que la jeune femme se montrera par la suite prudente et (relativement) discrète ; en effet, en pratiquement quatre ans, seules deux participations et trois titres isolés pour des bandes originales de films verront le jour. Entre 1999 et 2001, on n’entendra donc Natalie que rarement : "Troubled By The Way We Came Together" (sur la B.O. du film « Go » passé inaperçu en France ; mars 1999), "Identify" (B.O. du film « Stigmata » de Ruppert Wainwright, avec Patricia Arquette, Gabriel Byrne et Jonathan Pryce, août 1999), "Never tear us apart" en duo avec Tom Jones (sur l’album « Reload » de ce dernier, septembre 1999), "It's Only Rock And Roll" des Rolling Stones, en compagnie de 36 autres artistes anglophones dont Iggy Pop, Mick Jagger, Dolores O'riordan des Cranberries, Jon Bon Jovi... (au bénéfice d’associations aidant les enfant défavorisés, décembre 1999), et enfin l’inédit "Cold Air" (sur la B.O. d’un film mexicain de 2001, « Y Tu Mama Tambien », sorti tout récemment en France).  Rien de bien consistant, somme toute, pour des fans qui attendent énormément de la chanteuse. Et bien voici que la miss nous gratifie, en cette fin d’année, de son second album, « White Lilies Island » (sorti en novembre). Le single, "That Day", entre complainte lancinante voire logorrhéique et Rock pas trop "crunchy" (mais bien "steady" tout de même) annonce la couleur : une réalisation certainement beaucoup plus Pop-Rock que le précédent opus malgré bien des similitudes : 12 titres (comme sur le premier album), dont les textes sont tous de sa plume (contre 10 "seulement" pour « Left of the middle ») et portent presqu’exclusivement sur le vécu, le "non-vécu" ou même le "fantasmé" de la jeune femme. Certains n’ont pas manqué d’évoquer un petit relent de U2, loin de vexer la chanteuse qui expliquait récemment sur MTV qu’elle avait préparé cet album avec des atmosphères (guitaristiques notamment) bien précises dans la tête…  Un album intéressant, parfois surprenant, qui plaira (outre aux fans bien sûr) à tous ceux qui aiment les voix féminines qui assènent en douceur…

Site officiel : http://www.natalie-imbruglia.co.uk/
Site perso bien fait : http://imbruglia.free.fr/

  



Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés