ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Katerine : 8ème ciel (Rosebud / Barclay)

Katerine : 8 ème ciel (Rosebud / Barclay)

Le meilleur album français de l’année vient de sortir, et personne n’est au courant. Cela faisait des mois qu’on hésitait entre différents albums, et bien non, le meilleur album français de l’année s’appelle 8ème ciel , et c’est le cinquième album de Katerine.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, il faut rappeler le parcours de ce vendéen qui entre différents boulots s’est acheté un magnéto 4 pistes, a sorti un premier album en 1991 (« Les mariages chinois »), a fait chanté sa sœur Bruno sur son deuxième album (« L’éducation anglaise ») et s’est imposé en 1996 avec « Mes mauvaises fréquentations », qui en plein boum easy-listening, a fait de ce dandy à la voix traînante et lascive un digne héritier de Gainsbourg.

Puis Katerine décide de ne pas continuer sur cette lancée : en 1999, il sort un album très personnel accompagné des Recyclers, un groupe de jazz expérimental. Fini l’atmosphère sixties (entre Nouvelle Vague et Austin Powers), il y a dans ce double album « Les créatures » et « L’homme à trois mains » un univers unique et iconoclaste affirmé.


Entre 1999 et 2002, Philippe Katerine ne reste pas cloîtré dans une boîte lounge parisienne, à siroter un cocktail arc-en-ciel. Il écrit un album pour son actrice préférée, Anna Karina (« Une histoire d’amour »), icône de la Nouvelle Vague, et un autre pour sa compagne Helena Noguerra, « Azul ».

En ce début d’automne arrive dans les bacs un album irréprochable ; tout d’abord une pochette sorti des studios M/M, qui se sont occupé du design des pochettes de Björk depuis plus d’un an.

Du contenant passons au contenu, comme si d’une propriété privée on nous invitait au salon. Cet album poursuit l’aventure commencée par Les créatures… : Katerine reprend du service avec les Recyclers et arrive encore à nous surprendre.

Précisons quelque chose : nous sommes ailleurs. Parti du « 8ème ciel », qui donne son nom à l’album, nous arrivons 15 morceaux plus tard à « Wallis et Futuna », cette fois-ci bien sur Terre, mais loin très loin de notre quotidien. Mêlant rêve et réalité, les textes sont emprunts d’humour, car la musique n’est pas à prendre au sérieux (c’est un art mineur, ne l’oublions pas) ; entre chroniques et chansons légères, entre mysticisme (de sa Vendée, le petit Philippe n’est pas sorti indemne) et bossa nova, chaque morceau est une ouverture sur un monde qui nous est inconnu mais que nous côtoyons régulièrement. Chez lui, nous traversons un jardin métallique, un général joue à la poupée, et on boit un drink avec la sainte vierge.

Il fait une magnifique déclaration dans « Où je vais la nuit », côtoie les plus grands dans « Barbecue à l’Elysée », transforme la place de Clichy en île paradisiaque dans « Le soleil suffit ». Je vous l’ai dit, nous sommes ailleurs.

Au milieu de ce jardin onirique où Katerine nous promène, se trouve une sorte de cabaret, ou bien de kiosque à musique, où le Général Fifrelin et Boulette (8ans ½), nous chantent des chansons aussi stupides que drôles ; c’est sans doute pour mieux reprendre ce voyage nous conduisant vers Wallis et Futuna. D’ailleurs, les dernières mesures du morceau, proche d’un capharnaüm étourdissant, nous fait revenir à la dure réalité.

Loin, très loin du huitième ciel.

Site officiel : http://katerine.free.fr

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 16.12.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés