ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Kent ‑ Je ne suis qu’une chanson

Kent - Je ne suis qu’une chanson (AZ)

Il est encore, de nos jours, des artistes polyvalents ; des artistes qui savent trouver dans différentes formes d’arts les moyens d’expressions à même de véhiculer les bourgeonnements de leur imagination inspirée. Kent est de ceux-là. Et il nous montre encore une fois, avec son dernier album Je ne suis qu’une chanson, dans les bacs le 21 octobre, toute l’étendue de son talent…

Pourtant, si l’on remonte un peu dans l’histoire de l’auteur-compositeur-interprète-dessinateur, l’on s’aperçoit que la vie du jeune Hervé Despesse ne le prédestinait pas vraiment - comme beaucoup des meilleurs artistes, finalement - à sa, ou plutôt ses carrières en musique, en arts graphiques et en littérature. Né en 1957 dans une famille ouvrière du quartier de la Croix Rousse à Lyon, l’usine semble en effet le "point de chute" professionnel le plus probable pour de nombreux jeunes. Hervé y travaillera d’ailleurs quelques temps au sortir du lycée… C’est pourtant tout gamin qu’il commence à nourrir la passion qui l’aiguillera sur d’autres voies : la bande dessinée. Vers l’âge de 14 ans, alors qu’il dévore littéralement tout ce qui contient des cases, des dessins et des bulles, il fait ses débuts sur l’instrument auquel il restera toujours fidèle, la guitare.

En 1972, alors qu’il est au lycée, il décide de fonder son premier groupe, avec deux élèves turbulents de ses amis, Phil et Jello. C’est cette formation qui deviendra, en 1975, Starshooter, un des pionners de la vague punk-rock qui commence à submerger la France en cette fin des années 70. Entre provocation et humour, le répertoire du groupe les fait remarquer par un organisateur de spectacles et leur offre la première partie du spectacle de Jacques Higelin en 1977 à Grenoble. Ce sera le déclic pour Starshooter…


Un premier album sort dans le courant de l’année 78, et le groupe commence à tourner dans toute la France, avec des performances remarquées lors de concerts pour le moins agités... Kent Hutchinson (eh oui, c’était-là le premier pseudo, qui deviendra, parce que "Hutchinson" est une marque déposée, Kent Cokentock, en hommage à l’album de Tintin) est l’auteur de la plus grosse partie des textes. Le groupe signe chez EMI, mais, par peur de se "refaire" et aussi par lassitude à l’égard du carcan du rock, Starshooter se sépare en 1982.

Kent entame alors une carrière solo, qui mettra, il faut bien le reconnaître, un peu de temps à décoller… Une période un peu délicate musicalement, qui pourtant se révélera prolifique. Dès 1982, il sort un 45 premier tours : "Partout c'est la merde", qui est encore empreint de l’esprit Starshooter. Puis un 33 tours en 1983, Amours propres, qu’il crée entièrement seul. C’est à ce moment là que Kent ajoute "Cokenstock" à sa signature… Amours propres rencontre un succès assez mitigé. Un public de fidèles se rassemble néanmoins autour du chanteur, qui sortira encore quelques titres, comme "Tout petit doute" en 1984. CBS préfère se séparer de cet artiste difficile à situer, difficile à médiatiser comme chanteur solo. Heureusement, Kent n’a jamais cessé de dessiner. Pendant cette période de transition entre l’épopée Starshooter et la carrière à venir de Kent Cokenstock, il publie plusieurs bandes dessinées : Sales amours en 82, l’année du clash, et surtout sa BD la plus célèbre, Les aventures de Bob Robert l'aviateur en 85, après un séjour africain, au Cameroun, d’où il reviendra avec un autre album, Embalao, qui sortira la même année chez son nouveau label, Barclay… En 1987, Kent sort un troisième album solo, Le Mur du son, sur lequel apparaît pour la première fois Jacques Bastello, le guitariste qui ne le quittera plus et composera nombre de ses musiques.

En 1990, Kent a déjà quitté Lyon pour Paris. Il écrit et compose pour d’autres artistes, mais c’est cette année-là qu’il sort l’album A nos amours, dont le single « J'aime un pays » rencontre un succès très important, qui fait enfin basculer l’artiste dans le bain de sa carrière en solo. Il sera désormais Kent Cokenstock, à 100%, et plus seulement Kent-l’ex-Starshooter. Dans la foulée, fin 1991, un nouvel opus voit le jour, Tous les hommes, dans lequel il fait montre d’une plume toujours plus fine et poétique, tout en gardant son franc parler. Le succès qu’il rencontre sur scène est phénoménal, et il fédère un public de plus en plus fourni mais toujours aussi fidèle.

Après l’album Un Autre occident en 1993 - un album nourri de littérature dans lequel il met en musique des textes de Jacques Prévert (« Pater Noster »), Samuel Beckett (« Les Mirlitonnades ») ou encore Paul Eluard (« L'Enfance maîtresse »), Kent sort en 1994 un album live, enregistré au cours de sa tournée et de ses dates à l’Olympia et à la Cigale : Kent en scène. Cette année est également celle où il compose la chanson « Juste quelqu'un de bien » pour son amie Enzo Enzo. Le titre, une réussite dont les sonorités un peu nostalgiques lorgnent ouvertement du côté des années 50, sera un gros succès public, et obtiendra en 1995 la Victoire de la Meilleure Chanson tout en permettant à Enzo Enzo de gagner celle de la Meilleure Interprète Féminine. En 1996, Kent sort un huitième opus, intitulé Nouba, sur lequel, dans un mélange de chanson française, de rythmiques orientales et capverdiennes, Kent fait notamment un duo avec Rachid Taha sur le titre « La Haine est là ».

Entre deux tournées, l’artiste complet sort un album qu’on pourrait qualifier d’expérimental, et qui restera assez confidentiel d’ailleurs : Métropolitain, sorti en 1998. La même année, le 1 er octobre, il présente le spectacle qu’il joue en duo avec Enzo Enzo, Enfin seuls ! , dont la tournée fera escale à Paris en mai 99 au théâtre des Abbesses.

Après un séjour aux Etats-Unis, Kent sort Cyclone en 2000, un album dense, sans doute le plus brutal depuis les débuts en solo, ouvertement rock, ouvertement tourné vers l’époque Starshooter, comme un retour aux sources… Un retour aux sources avant une transition ; car le dernier album de Kent, qui est sorti la semaine dernière, le 21 octobre exactement, marque une véritable transition. Je ne suis qu’une chanson porte le sceau de l’émancipation, de la maturité, de l’équilibre dans la diversité.

Dans cet opus, chaque titre est marqué d’une personnalité propre, comme indépendante du reste tout en faisant, indéniablement, partie du tout… Des textes magnifiques, à tomber par terre, qui évoquent les aspects sombres du passé dans la mémoire (« Tous les souvenirs »), ou égratignent les tendances de la vie contemporaine (« L’aventure humaine ») . Des musiques toujours hybrides, toujours surprenantes mais jamais déroutantes, entre sonorités de chanson française et de musique régionale (« Le nez au vent »), de World Music (sur le sublime « Au verso de l’amour », qui a ma préférence personnelle sur l’ensemble de l’album), de music Techno même (« Les éléphants », sur lequel, à partir de 3’43’’, l’accordéon donne à entendre une techno d’un autre monde, à écouter ! Surprenant !), ce qui rejoint l’attitude de Métropolitain … Un album pour lequel Kent avoue : « J’ai travaillé sans arrangeur afin d’entendre vraiment ce que j’avais en tête et non des idées séduisantes qu’on m’aurait soufflées »…

Un album qui montre vraiment l’aboutissement d’un long processus de maturation, au bout duquel Kent réussit à allier des influences diverses, des fulgurances musicales et textuelles si étonnamment complémentaires une fois liées, avec une maestria qui force l’admiration. Peut-être la réussite de cette alchimie tient-elle à un secret qui n’en est plus un : « Dans mes chansons, je ne cherche plus à aborder des thèmes, ils se révèlent d’eux-mêmes au fil des mots. C’est l’inconscient qui dirige tout avec ses peurs, ses envies, ses obsessions. Je suis à l’affût des lapsus et des dérapages mentaux qui associent des idées saugrenues, c’est là que se loge la poésie. Après, le style, c’est la canne blanche qui aide l’aveugle à traverser la rue ».

Je ne suis qu’une chanson est une bien belle surprise. Ce serait faire insulte aux titres que d’essayer de les décortiquer, ce serait briser la magie. Inutile donc de persévérer dans ce qui ne servirait à rien. Seule l’écoute peut vous faire comprendre combien cet album mérite les éloges…

Tracklist :

Je ne suis qu’une chanson 3:51


Tous les souvenirs 2:55
Les paroles silencieuses 3:48
Nos amis, les autres 3:51


Le nez au vent 3:49
Au verso de l’amour 4:22
Les éléphants (Les éléphants/les pots cassés) 8:08


La vie sans complexe 3:29
Ça sent l’été 4:06
Pain perdu 3:56


Le pays d’où l’on ne revient pas 4:41
L’aventure humaine 5:09

Discographie :

Amours Propres
Embalao
Le Mur du Son


À Nos Amours
Recital 90
Tous Les Hommes


D’un Autre Occident
Kent en Scène
Nouba


Métropolitain
Enfin Seuls !
Cyclone


Je ne suis qu’une chanson

Bibliographie :

Romans et nouvelles :

Les Nouilles Froides
Un Été Pourri
Des Gens Imparfaits


Hijo de Puta
(participation au recueil de nouvelles Mauvais garçons )
Tronche de Cake
Quelque Chose de Beau
Zones Sensibles

Bandes dessinées :

Sales Amours
Ma Vie est Formidable
African Night Light


Ciel de Sable
L’Enfer Blanc
Le Dictateur Français

Site officiel : http://www.kent.com.fr
Merci à AZ…
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 28.10.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés