ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Great White : procès en vue après l’incendie

Great White : procès en vue après l’incendie

La carrière du groupe de hard-rock Great White risque de se terminer devant les tribunaux, après l’incendie qui a fait 97 morts et plus de 180 blessés, vendredi 21 février, dans la discothèque où il se produisait. C’est l’un des accidents les plus meurtriers de ce type aux Etats-Unis depuis un demi-siècle.

Les trois tubes de feux d’artifice, placés derrière le groupe, ont embrasé la mousse d’insonorisation du plafond, avant que les flammes ravagent la petite salle de West Warwick (Etat de Rhode Island). Le guitariste Ty Longley figure au nombre des victimes et le technicien son de la formation, Bob Ragar, a été blessé. Mark Kendall (guitare), Dave Filice (basse) et Eric Powers (batterie) sont indemnes.

Les membres de Great White sont revenus à West Warwick, mercredi 26 février, pour être entendus par la justice. Ils pourraient être inculpés pour homicide involontaire. Jack Russel, leader et chanteur de Great White, affirme pourtant avoir reçu des propriétaires du club, The Station, l’autorisation d’utiliser des effets pyrotechniques. Ce que ces derniers nient farouchement. De plus, ce ne sont pas les tenanciers d’une salle qui doivent délivrer cette autorisation, mais bien les experts en sécurité. Un responsable d’une salle où Great White avait joué quelques jours auparavant, dans le New-Jersey, assure que le groupe avait allumé ses feux d’artifice sans l’avoir prévenu. Il avait été obligé de se précipiter sur scène pour ordonner de mettre fin à ce jeu risqué.


Ce n’est pas la simple utilisation de feux d’artifice qui est en cause. D’autres groupes y avaient déjà eu recours à The Station. Mais au lieu de partir par à-coups de quelques secondes au plus, ceux de Great White auraient brûlé en continu.

Vendredi, le feu a pris dès le début du concert. Des spectateurs ont d’abord cru à un spectaculaire effet de scène. « J’ai commencé à essayer d’éteindre ça avec une bouteille d’eau, pensant que ça suffirait… Et puis l’instant d’après, l’endroit était entièrement en feu. Toutes les lumières se sont éteintes », témoigne le chanteur Jack Russel. C’est à ce moment que l’évacuation des lieux a tourné au drame. Le local a été entièrement envahi par les flammes en trois minutes.

Une fondation Ty Longley

Sur le site de Jack Russel s’affiche désormais un court message : « Les pensées et prières de toutes les personnes associées au groupe vont à toutes les personnes qui ont été touchées par cette tragédie. Il n’existe pas de mot qui puisse exprimer notre affliction.» Au-dessous figure une photo de Ty Longley. « Je peux vous dire qu’il vivait pour la scène et pour ses fans », affirme sa femme Heidi, qui attend un enfant, sur le site du guitariste.

« En plus d’être un grand musicien et une personne incroyablement gentille, il [Ty Longley] était aussi mon meilleur ami », écrit Paul Woolnough, sur le site de son label Knight Records, avec qui Great White était en contrat. « Rien ne peut remplacer les vies perdues et aucun mot ne peut effacer la peine que chacun ressent maintenant. Nous sommes un tout petit label, mais nous sommes déterminés à trouver une façon de contribuer aux fonds qui ont été et vont être réunis pour venir en aide aux victimes de ce désastre. »

Ty Longley devait entrer en studio au retour de la tournée. Un album hommage, rassemblant des morceaux déjà enregistrés, devrait cependant sortir bientôt sur Knight Records, avec l’accord de sa famille. Les bénéfices iront à une fondation Ty Longley, qui aura notamment pour but de soutenir les victimes de l’incendie.

Le site officiel de Great White, lui, ne répond plus. Tandis que celui de Capitol, maison de disques de Great White à l’époque de son succès, vend toujours ses albums en ligne, sans aucun commentaire.

Great White (le grand requin blanc), même s’il avait depuis longtemps perdu son statut de star, a connu une très forte notoriété à la fin des années 1980. Créé au début de la décennie par Jack Russel et Mark Kendall, la formation développe alors un hard-rock typiquement américain: simple mais entraînant et bien emballé, un peu influencé par le heavy-metal naissant mais beaucoup plus par le blues et des formations comme Led Zeppelin ou Van Halen. Jack Russel est un chanteur talentueux, chaleureux, Mark Kendall sait plaquer des riffs qui boostent et accrochent.

Leur premier mini-album sort en 1982. Il est financé par Alan Niven. Celui-ci accompagnera toute l’ascension du groupe et deviendra le manager de Guns’n’Roses. Great White décroche un contrat avec EMI, tourne avec Judas Priest. Puis se fait virer par EMI, puis reprendre, via Capitol, quand le succès commence à pointer.

La gloire avant le plongeon

Son côté rock et surtout pas prise de tête le fait rapprocher, un peu abusivement, de la scène glam-métal (avec maquillages, vêtements outranciers et féminins), celle des Poison, Ratt et autres Mötley Crüe, qui prend le pouvoir aux USA au milieu des années 80. Il décroche son premier tube en 1987 avec Rock Me, tiré de l’album Once Bitten. Great White part à la conquête de l’Europe. Il atteint son apogée grâce à l’album Twice Shy. Sorti en 1989, il est certifié double platine aux Etats-Unis.

Le single… Once Bitten, Twice Shy, reprise d’une composition de Ian Hunter (Mott The Hoople) monte à la cinquième place des classements. Il est nominé en 1990 au Grammy Awards (l’équivalent US des Victoires de la musique) dans la catégorie "meilleure chanson de hard-rock". Great White tourne alors pour les Monsters Of Rock, aux côtés de Kiss et Iron Maiden.

L’année suivante, un autre très bon album, Hooked, n’accroche qu’un disque d’or. Outre le titre d’ouverture, Call It Rock’n’Roll, il contient notamment des reprises de Can’t Shake It (The Angels) et de Afterglow (Small Faces). Puis le requin sombre, comme tous les groupes de hard-rock roots ou fun, pris dans la tornade du grunge et du rock depressivo-intellectualisant des Nirvana, Pearl Jam ou Soundgarden. Replongé dans l’anonymat, Great White poursuit pourtant son chemin, continuant à sortir des albums et à tourner, à voir venir et partir ses musiciens. Condamné à errer de label de label, il atterrit finalement sur Knight Records qui, outre Great White, Jack Russel et Ty Longley, s’occupe également de Trip et des hard-rockeurs anglais de Deeds (ex-Dirty Deeds), groupe surtout connu pour le soutien que lui apporte le bassiste d’Iron Maiden, Steve Harris.

Le revival glam de ces derniers mois, avec le retour sur scène d’anciennes gloires du genre, a permis à Great White de tenter de revenir à la surface, comptant sur la nostalgie et la fidélité de ses anciens fans. Le groupe venait d’ailleurs de sortir un live, Thank You… Good Night, et Jack Russel un album solo, For You.

A West Warwick, ils jouaient le tout premier morceau du concert, Desert Moon (tiré de Hooked) quand le feu a pris. « I’ve gotta fire / Like a heavenly light / C’mon baby / Let’s take a drive », y chante Russell. Ce fut, cette fois, sur une highway to hell.

Sources et informations complémentaires :

http://www.knightrecords.com (sur la fondation Ty Longley et le cd hommage)
http://www.planetjr.com (site de Jack Russel)
http://www.mistabone (site officiel de Great White)
http://www.tylongley.com (site de Ty Longley)
http://www.tylongleyfoundation.com (Ty Longley memorial fund)
http://www.warwickonline.com (journal en ligne de lka ville de Warwick)
http://fr.news.yahoo.com/030221/202/327rm.html
http://www.leparisien.com

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 03.03.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés