ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

MANU CHAO ‑ « Clandestino », Carnet de Bord

MANU CHAO - « Clandestino », Carnet de Bord

  1988 : une bombe révolutionnaire et alternative, « PATCHANKA », révèle au grand public ces compagnons de lutte pour le mélange des genres et des peaux, la MANO NEGRA. Manu Chao chante les rythmes les plus déchaînés, sans limite de langue (universelle), impose ses multiples registres de voix, à la fois douce, douloureuse et terriblement rock.
  1998 : Manu a délaissé pogos et élans du « Puta’s fever » de la Mano, et nous ramène d’Amérique du Sud son parcours, son voyage…

Seize titres emprunts de modestie et de simplicité sont rassemblés sous « Clandestino ». Ils sont tendres, émotionnels, la plupart en Espagnol, volets d’un livre ouvert à la découverte d’autres espaces, sous les pas d’un homme qui observe.


Le titre-phare, « Clandestino », raconte le bruit qui court sur l’identité que l’on ignore, la censure de l’être seul par les autres : « Slo voy con mi pena, sola va mi condena, correr en mi destino para burlar la ley (…) mi vida va prohibida dice la autoridad (…) ». L’harmonie textuelle et musicale rend compte du réalisme des souvenirs rencontrés : boleros et traditions, les sons évoqués sont ceux de Tijuana et de ses environs. D’ailleurs, « Welcome to Tijuana » emploie les mêmes maux que ceux de la réalité : ville de débauche pour les jeunes américains, elle est synonyme de prostitution, d’alcool et de drogue. Escale dans la cité des enfers.

« Bongo Bong » et « Je ne t’aime plus » reprennent le motif du « King of the Bongo » de la Mano. En effet, Manu est friand de superpositions vocales et musicales. Mais il ne s’agit pas d’une confusion des sentiments du présent et du passé : l’œuvre rassemble, et parsème, dans chacun de ses états, l’appartenance aux siens.  « Clandestino » est donc bel et bien l’album essentiel à tout explorateur du monde et de ses manifestations.
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés