ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Marcel et son orchestre (suite)

Marcel et son orchestre (suite)

Suite de notre entrevue avec Franck, chanteur de MESO (pour les intimes), réalisée lors du Festival de Marne. Ses complices, encore attablés à côté, finissent de déjeuner et commencent à vanner. On aborde cette fois (et on déborde parfois) le militantisme, la scène, l’instabilité au sein du groupe, les passions musicales de ses membres, mais aussi le dernier grand combat de Marcel et son orchestre : un scandale passé sous silence jusqu’ici par les médias dominants et qui devrait sous peu, tant la cause est noble, valoir aux Marcel la reconnaissance des millions d’habitants qui en sont les innocentes victimes.

Vous avez invité assez régulièrement des associations sur vos concerts.

La plupart du temps, oui. Par exemple, je milite à Attac depuis plusieurs années. On a des sympathies pour certains avec le PC. Et pourquoi? Dans les concerts, tu vois la plupart des gamins afficher une vraie générosité. Le seul problème, c’est que tu te dis: on ne va quand même pas se limiter. Surtout, on ne va pas laisser entendre que l’on puisse consommer de la contestation: c’est-à-dire qu’on vienne dans un concert, on paie un droit d’entrée, on vient afficher sa rage contre telle connerie, contre tel abus, et puis on rentre à la maison, on s’est soulagé la conscience et voilà.


Ces associations, c’est pour faire le boulot que vous ne pouvez pas faire, en tant que groupe, sur scène ?

Oui, et puis c’est surtout pour faire comprendre au public que, en allant à un concert, en ayant levé le poing, il n’a pas fait sa b-a. A un moment, si on veut se réapproprier le monde, il faut y être acteur. Si tu ne veux pas que le monde se passe contre toi, il faut qu’il se passe avec toi.

Alors comme les gamins hésitent à aller dans les assos, dans les choses comme ça, c’est peut-être intéressant que les mecs des assos viennent dans les lieux que les gamins se sont appropriés, les lieux de concerts, etc., et que, éventuellement, sur un changement de plateau (le changement de matériel entre deux groupes), ils rencontrent les assos.

A l’Aéro (l’Aéronef, salle lilloise où Marcel "joue à domicile"), il y avait la Confédération paysanne, Attac, Greenpeace, Ras l’front, Agir contre le chômage, la coordination intermittente aussi… C’est intéressant que les gens se parlent. C’est le plus important, que ce ne soit pas les médias qui fassent la pluie et le beau temps.

(Le reste du groupe, qui finit d’ingurgiter ses portions, commence à s’agiter. La discussion perd nettement en sérieux. D’où quelques passages inaudibles que nous n’avons pas pu retranscrire.)

Vous en êtes à combien de concerts? Vous comptez encore?

Euh… Plus que ça… Peut-être mille…

Sur scène, vous êtes très déconneurs. Est-ce que vous vous faites des blagues, des trucs imprévus?

(Rires). Jamais! Chez nous c’est pro-fes-sion-nel! C’est clair que l’idée, c’est de faire en sorte que s’il y en a un qui rate un départ, c’est vachement plus drôle! L’idée, c’est de se nuire.

Déjà avec le nom, vous avez posé les choses.

C’est clair que tout ce qui peut être coups de bluff, tout ça, on aime bien.

Est-ce que ça peut vous arriver encore d’être face à un public qui ne réagit pas, ou qui se dit: mais qui c’est, ces craignos?

Je crois qu’aujourd’hui le nom est connu et que les gens savent ce qu’ils viennent voir. Au départ, c’était peut-être difficile parce que, c’est vrai, tu portes un blaze lourd de conséquences. Au tout début, on était programmés dans des fêtes du 14 juillet et les mecs pensaient qu’on était un groupe de balloche, accordéon et tout. En plus, on était dix mille fois plus punks que maintenant. Quand on a débarqué, c’était: «Euh… je crois que ça ne va vraiment pas le faire…» Aujourd’hui, je pense que les gens savent pourquoi ils nous programment.

Il y a peut-être des fêtes populaires où des mecs se disent: tiens, il se passe quelque chose, on va venir voir. Mais ça, tant mieux, c’est vachement bien. Moi je suis super content de voir une quinquagénaire danser aux côtés d’un petit keupon, et de savoir qu’ils peuvent s’amuser sur la même chose. C’est vachement positif.

Il y a quand même pas mal de monde qui est passé au sein de Marcel (pas moins de six chanteurs). C’est que vous vous considérez plus comme un collectif ou "ça va, ça vient", ou c’est pour expérimenter la précarité façon Medef?

(Rires) Non, parce qu’on n'est pas encore une secte. Je n’arrive pas à faire vraiment le gourou.

Tu n’arrives pas encore à les mater (en regardant les autres)?

Non, pas super. Et puis, qu’est-ce que tu veux : à un moment, les mecs rencontrent une amoureuse à Clermont-Ferrand, ils se disent que ce n’est plus possible (la tablée se fend la gueule car l’allusion vise directement l’un d’entre eux…). Et puis il y en a qui décident d’aller en vacances en Inde (Claude, qui a quitté MESO en 2002)… Qu’est-ce que tu veux faire? Tu as un peu la rage au bide et tu dis: fais en sorte d’être heureux dans ta vie, et puis voilà. C’est comme ça que ça s’est fait.

Et puis on n’est pas dans la musique depuis longtemps. Quand les mecs avaient un taf et qu’ils ne voulaient pas le perdre, à un moment ils disent: tu sais, après tout, j’ai une amoureuse, j’ai envie d’avoir un bébé avec elle, et puis je n’ai plus envie d’être 200 jours par an sur la route, de dormir là et là et là, et j’ai envie de vivre autrement. Mais c’est pareil: je suppose que les amis que tu as aujourd’hui, ce n’est pas nécessairement ceux que tu avais au lycée. On fait tous des choix de vie, c’est tout.

Un petit mot sur les autres groupes qui passent aujourd’hui. Lesquels vous connaissez bien, ou avec lesquels vous sentez-vous vraiment des affinités?

Surtout pas les Wampas. Ils font chier. Ce sont vraiment des crétins (Là, je fais un peu la moue car j’ai lu récemment une interview d’un autre groupe disant la même chose, mais au premier degré. Franck se marre). Non, non, on est fans. Après, le discours de Didier sur l’intermittence, je ne suis pas d’accord, c’est clair (Didier Wampas, estimant que la création ne devrait jamais être un métier, et être totalement indépendante, affirme que les subventions devraient être réservées aux techniciens). Et en même temps, je pense qu’il joue un rôle. Il joue le Didier Wampas. Mais quelque part, si tu demandes à Didier Chapedlaine (son véritable nom), en tant que citoyen, ce qu’il pense de ce régime, ça va être un autre discours. Après, je peux comprendre ce qu’il veut essayer de dire sur le côté urgence du rock’n’roll, du punk, et que c’est vrai que l’on est tous ces groupes à être nés dans les bars, à avoir joué dans n’importe quelles conditions…

Je pense que la situation de 2003 n’est pas la situation de 1983 ou 84. Aujourd’hui, il y a peu de cafés qui acceptent de prendre le risque d’organiser des concerts, avec les lois anti-bruit, les associations de gros cons, ça devient beaucoup plus compliqué. Et les MJC ne programment plus, ou très difficilement.

A côté de ça, je suis super fan des Wampas, et ce qui leur arrive, c’est bien fait, tant mieux, bravo. Il y a un truc qui est bizarre avec le public rock’n’roll, c’est qu’il te souhaite du succès mais il n’est pas content quand tu en as. Ce jour-là, il trouve que tu deviens commercial, que ça ne va pas.

Ce n’est pas que dans le rock. Tu as ton groupe, tu l’adores, c’est un peu ton groupe à toi.

C’est ta propriété, et ça te fait chier de le partager. Mais à un moment, il faut savoir si tu aimes la musique populaire où si tu es élitiste. Bon sang! Si grâce à ça, le niveau moyen d’écoute augmente, tant mieux. On ne va pas se plaindre qu’un jour le Top 50 ne soit pas garni de plein de merdes. Si on arrive à faire en sorte que les mecs qui font vraiment de la musique puissent croûter de leur musique et être reconnus pour ce qu’ils font, on ne va quand même pas le leur reprocher! On serait des cons.

(Une discussion à plusieurs s’engage sur les choix des maisons de disque, la légendaire philanthropie des majors et leur tendance à ne travailler qu’à court terme. Franck reprend:)

Oberkampf c’est carrément du bonheur, Parabellum c’est terrible, Subway elles sont adorables. On va découvrir Greedy Guts. Et puis Suprêmes Dindes, je les avais vus une seule fois à Bourges il y a très longtemps, et maintenant il y a Cyril des VRP qui joue avec eux. C’est une belle affiche, une super affiche rock’n’roll.

Des groupes que vous appréciez vraiment, qui ne sont pas connus du tout, et auxquels vous auriez envie de donner un coup de pouce?

(La liste qui suit est incomplète car Franck déverse des noms comme un torrent au milieu du boucan ambiant).

Y’en a plein. Les copains de chez nous déjà: Blockhaus, c’est un groupe de ragga-dance-hall absolument fabuleux, il toaste à la folie Lord Bitume. En chanson, chez nous, on va être fans de William Schott. C’est vraiment un mec incroyable. Pour moi, c’est le griot des Flandres. C’est vraiment magnifique. Carving, en punk à roulettes, c’est un groupe prometteur. En reggae-dub, il y a les Ten Dubbians, qui sont vachement intéressants.

Après, la scène belge: j’adore Zita Swoon en ce moment. Les Maximum Kouette (http://www.maximumkouette.com/), c’est des copines absolues. J’aime bien ce que fait Small Axe comme travail.

Après, un Belge aussi, en chanson, qui s’appelle Daniel Helin; un autre qui s’appelle Odieu (http://www.odieu.com/), qui a fait un des albums les plus touchants qui soit. Pour moi c’est un schizophrène absolu, mais nécessaire et génial. Il porte très bien son nom, Didier Odieu. Piano - voix. Il avait fait un album en 1995 chez Dreyfus qui s’appelle "T’es qui toi?" (il chante). Il y a François Béranger qui a sorti un nouvel album, pour les artistes que l’on oublie un peu, Henri Tachan pareil. Il y en a des milliers. En jazz il se passe des choses absolument incroyables.

Dans le groupe, vous avez chacun vos parties ou est-ce qu’il y a des choses sur lesquelles vous vous retrouvez tous?

James il va être plutôt pop. Tibal aime bien le ratatam. JB, à l’origine, il était plus reggae, funky. Toff est franchement rock’n’roll. Un groupe qui, aujourd’hui, va faire l’unanimité dans Marcel, c’est The Hives. Après, évidemment, Toots and the Maytals, ça fait l’unanimité… Nino Ferrer… Les Who, AC/DC…

A côté de ça, on va se retrouver sur un certain cinéma. Il y a des films qui sont cultissimes pour nous tous, comme le "Rocky horror picture show", comme "Tres amigos", comme "Les cadavres ne portent pas de costard", les films de Jean Yanne. On aime bien aussi Mathieu Boogaerts. M (NDR : Matthieu Chédid) on est fans. J’aime bien CharleElie Couture. Ça va dans tous les domaines.

Finalement tu es comme Drucker: tu aimes tout le monde!

Non, non, il y a des trucs qui me font chier (mais il repart sur ce qu’il aime: les Cramps, Brian Setzer, Psycho…) C’est pour ça que je pense que les Wampas, ça nous a vraiment parlé, parce qu’il y a cette base rock’n’roll. Il y a des choses qui sont convulsives… Tu vas mettre les Ramones… Les Clash, pour nous, c’est le plus grand groupe de rock.

Pour terminer, je comptais te demander quel temps il fait à Boulogne (sur Mer, d’où les Marcel sont originaires).

(A ce point, la discussion commence à partir en vrilles) Toujours beau, il y a un micro-climat à Boulogne. Et tu sais la raison pour laquelle ce n’est pas une grande destination touristique, Boulogne-sur-Mer? C’est simplement parce que c’est une ville qui se trouve sur la pliure du plan.

J’en étais sûr! (Il est dans la grande tradition des Marcel de lancer des revendications sur des thèmes totalement absurdes). Mais je ne suis pas d’accord avec cette campagne car je me dis que, finalement, il ne faut pas supprimer les villes qui sont sur les pliures: il faut supprimer les pliures, qu’il n’y ait plus de pliures sur les plans.

Tu veux dire qu’il y aurait besoin qu’on radicalise un peu l’histoire?

Exactement!

Ben écoute, on a essayé. On veut aussi militer contre les drogues dures et on a découvert qu’une des drogues les plus dures actuellement, ce sont les mains dans le dos (il croise ses mains dans son dos). Tu te balades une fois avec les mains dans le dos…

Surtout avec des menottes, tu ne peux plus t’en défaire…

Non, non, sans menottes, sans rien. Tu fais ça une fois et, immédiatement, tu perds pied, le monde t’échappe, tu es complètement accroc. Tu mets les mains dans le dos une fois et c’est définitif. C’est pire que le crack. C’est la folie. Après, tu ne peux plus lever le poing, tu ne revendiques plus, tu n’arrives plus à serrer la main. Infernal!

Une dernière chose qui te tient à cœur (j’essaie en vain de retrouver un peu de sérieux pour la conclusion)?

Libérez Mandela! (On vous épargne la fin, impossible à retranscrire de toute façon…)

Site officiel : http://www.marceletsonorchestre.com

Erratum : Dans la première partie de cette interview, parue il y a deux semaines, nous avons laissé passer un joli lapsus. Il fallait donc lire: "Même sur l’homophobie, Josiane Balasko avec "Gazon Maudit" (et non pas "Pédale Douce") a fait sûrement un travail plus important que Cyril Collard avec "Les nuits fauves".

Quelques liens chers aux Marcel …

Confédération paysanne : http://www.confederationpaysanne.fr/
Attac : http://www.attac.org/
Greenpeace : http://www.greenpeace.fr/
Ras l’front : http://www.raslfront.org/
Agir contre le chômage : http://www.ac.eu.org/
Merci à Virginie Riche qui a rendu possible cette interview.

Propos recueillis au vol par Fabien M.
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 17.11.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés