ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Muse : Absolution

Muse : Absolution
(Taste Media / Naïve)

Muse… Mais qui est Muse ? À l'occasion de la sortie de l'album Absolution et de leur passage au Nikaïa, le 16 Novembre prochain, je me suis posé les questions suivantes : "D'où sortent-ils ?" et " Pour qui se prennent-ils pour oser espérer remplir ma salle de concert préférée ?"

En m'informant un peu sur ce groupe, je découvre qu'Absolution est déjà le troisième album de ce groupe britannique composé de Matt Bellamy (chanteur, auteur, compositeur, guitariste, clavieriste), Chris Wolstenholme (basse) et Dominic Howard (batterie). Le précédent opus, Origin of Symmetry, fut encensé par la critique rock mondiale, ce qui leur a permis de commencer à jouer dans des stades pleins à craquer.

Cultiver l'anticonformisme …


En ce qui concerne l'aspect musical, le son de Muse est anticonformiste au possible, refusant d'emblée d'être étiqueté et placé dans une case, et revendiquant haut et fort leur style : l'hyper-heavy-super-metal-punk rock. Les trois musiciens tombent raides dingues du rock alternatif des années 90 et y ajoutent un zeste d'une des passions de Matt : la musique classique du début du 20ème siècle. Comme l'explique ce dernier: "Quelle que soit ta direction, tu prends toujours en considération une foule de styles musicaux antérieurs, vieux d'un siècle ou de quelques années, qu'importe. Tu assimiles tous ces divers paradigmes pour tenter d'en créer un nouveau qui donne sens à tous les autres, mélangé à des idées modernes, bien sûr. C'est ma façon de concevoir la création, en gros."

Et l'on arrive à un produit purement anti-commercial, non formaté. Les amateurs de rock et de métal rejettent Muse dans les cordes, car dans le métal, il n'y a pas de piano forte ! Les amateurs de classique font de même, car dans le classique, il n'y a pas de guitare disto ! Alors ? Alors peut-être que les adeptes du rock progressif feraient bien de lorgner du côté de Muse…

Quoiqu'il en soit, ce débat semble stérile. Muse fait de la musique avant toute chose, comme l'affirme Matt : "Sans me soucier de savoir si c'était pour d'autres ou non, je faisais de la musique, de toute façon. Quand je joue, il se passe quelque chose d'unique. Je sais pas ce que c'est, mais c'est le pied. Pour moi, ça a toujours été génial, ça rend tout le reste sans importance."

En conclusion, règle n°1 : cultiver l'anti-conformisme…

Evolution ou révolution ?

Muse est donc un groupe de rock qui ne connaît ni restrictions, ni limites. Certainement le groupe le moins ordinaire de la planète. Pour le plus grand plaisir, la perplexité et parfois la contrariété des auditeurs, les albums de Muse ont toujours été des envolées extrêmes d'une extravagante imagination. Et après trois albums, ils ne montrent toujours aucun signe de vouloir mettre la barre plus bas.

Si Showbiz (1999) était une déclaration d'intention brute de décoffrage, et Origin of Symmetry (2001), l'affirmation que Muse avait trouvée ses marques sur un terrain de jeu plus vaste, Absolution, leur nouvel album, est le plus abouti. Dom se souvient : "Showbiz s'est fait à Teignmouth, sans pression de délai, sans label, sans rien du genre. On faisait juste de la musique comme il nous plaisait. Le premier album est vraiment une image honnête de nous, à l'époque. Ça s'entend, je pense. Le deuxième était dans un état de confusion, entre les signatures de contrat, les déplacements, la perte d'identité. Origin of Symmetry reflète cette impression de confusion, de ne pas vraiment savoir ce qui se passe."

Chris ajoute : "On savait qu'après le deuxième album, de toute façon, il faudrait trouver notre véritable personnalité. Pour cela, nous devions revenir aux bases, faire de la musique pour nous, dans notre espace familier."

Vers l'Absolution …

Muse prit un chemin mûrement réfléchi pour arriver au troisième album. Après une saison de tournée très chargée en 2002, le groupe monta son propre studio dans l'est de Londres, et commença à écrire des chansons. Les premières sessions d'enregistrement d'Absolution - avec grand orchestre, excusez du peu - eurent lieu fin 2002 aux studios Air, en collaboration avec Paul Reeve, producteur des premiers EP du groupe. Muse se retira ensuite à Sawmills dans le Devon pour les finitions. Contacté par le producteur américain Rich Costey (Rage Against The Machine, Audioslave, Phillip Glass), le groupe s'installa à Grouse Lodge en Irlande, puis à L.A. On décida de laisser de côté les orchestres et de se recentrer sur une approche moins ornée des arrangements.

Le 22 Septembre 2003, Absolution débarque dans les bacs… Et celui qui ne connaît pas encore Muse va être, à mon sens, agréablement surpris. Passons en revue les meilleurs moments de cet albums (les "highlights" comme on les appelle Outre Manche…)

Après une "Intro" inutile, déboule le piano forte d'"Apocalypse please", agrémenté d'une batterie qui laisse penser que l'on n'a pas affaires à des enfants de chœurs. Le premier titre passé, on a compris ce qui constituait la pâte sonore du groupe : une super voix, des mélodies brit-pop, du piano forte mélangé au son rock pur et dur, et un pont instrumental magnifiquement étrange, me faisant penser à du Jean-Michel Jarre (mais est-ce vraiment un compliment ?) On reste sur le cul, tant ce mélange est original !

"Time is running out" est le deuxième single. La mélodie est envoûtante. Pas de doute, le titre fait mouche. Mais le gimmick de guitare me rappelle étrangement le générique de la série française "Sueurs Froides", de Claude Chabrol… Le son est brut de décoffrage, et il y a même du synthé basse ! Du jamais vu dans ce style. Les guitares sont violentes comme il faut, et le mixage est excellent.

Je vous conseille de pousser le son à fond pour apprécier "Stockholm Syndrome". Même constat que précédemment. A grands renforts de riffs guitare oscillants entre Metallica et Korn, le style ne laisse plus l'ombre d'un doute : c'est du métal. Le refrain est MA-GNI-FI-QUE ! Les harmonies sont pop à souhait. J'adore ! En plus, on assiste au retour du piano, qui, cette fois-ci, ne distille que quelques nécessaires notes.

"Hysteria" remet au goût du jour la basse continue, ou ostinato, cher à ce vieux Jean-Sébastien Bach. Sauf que dans le cas présent, ce n'est pas le clavecin qui s'en charge, mais un gros synthé basse ! Les riffs guitare sont toujours aussi violents. Quelle puissance, j'ai hâte de les voir sur scène.

Moment de douceur avec une valse intemporelle : "Blackout". Voix et orchestre symphonique. Je suis aux anges…

On s'approche de la fin de l'album, mais mon intérêt ne faiblit pas, tout comme le son et la qualité des chansons. Et je dois dire que si j'avais arrêté l'écoute de l'album à ce moment-là, j'aurais raté LE moment. La symphonie pop-rock-métal made in Muse, le sublimissime "Butterflies and Hurricanes". Véritable symphonie post-moderne en plusieurs mouvements. Le deuxième mouvement, vers 03:05 est un pur régal. Le piano de concert s'associe à l'orchestre, ce qui permet de constater que Matt maîtrise (aussi) ce bel instrument. Ca repart doucement, avant l'orgie sonore finale, vers 04:28. Un pur régal.

La fin de l'album est aussi puissante que le début. Au sortir de cette écoute, je suis très content d'avoir découvert le groupe que j'attendais depuis des années… Vous aussi, rendez-vous à la grand'messe du métal, pour y implorer votre absolution…

Site officiel : www.muse.mu

Retrouvez Muse en concert dans votre ville :


3 novembre NANCY Zénith
4 novembre LILLE Zénith
8 novembre ANGERS Ampithéa


10 novembre LYON Halle Tony Garnier
11 novembre MARSEILLE Dôme


16 novembre NICE Nikaia
18 novembre PARIS Bercy POPB


22 novembre STRASBOURG Hall Rhénus

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 06.10.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés