ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Yannick Noah : Live 2002

Yannick Noah : Live 2002
(Columbia)

Un live qui réussit à transmettre tout le personnage, aussi bien son calme et sa sérénité que le rythme et les ambiances africaines, c’est ce qu’a réussi à faire Yannick Noah dans cet album qui vient nous donner l’ambiance de sa dernière tournée.

Il est né en France en 1960, les origines camerounaises de son père et un retour au Cameroun en 1963 lui font commencer la vie entre deux cultures. Il semble inévitable que sa grande passion soit la musique car c’est entre Jimi Hendrix et Bob Marley que le jeune Yannick Noah va grandir. Mais le tennis le rattrapera vite. C’est avec de nombreuses heures d’entraînement et un coup de pouce du destin qu’il se retrouve à seulement onze ans dans un programme Sport-études (NDR : à Nice…). La carrière du tennisman n’est plus à présenter. Personne n’oubliera sa victoire à Roland-Garros en 1983 et ses qualités de capitaine de l’équipe de France, qu’il emmène à la victoire en Coupe Davis en 1991.

Tout le monde se rappelle aussi de la danse de cette même équipe de France sur une certaine chanson : Saga Africa. Car Yannick, après sa carrière personnelle dans le tennis a franchi un pas vers la musique. Et c’est en 1990 que paraît le premier titre du chanteur, qui sera un vrai succès. Puis en 1991, il sort son premier album Black & What. Après le succès du premier titre, l’album ne peut qu’être une réussite. On y retrouve entre autres signatures Manu Dibango. Un second album suivra en 1993 : Urban Tribu. C’est un succès mitigé mais qui permet à Yannick de suivre une tournée avec le groupe de musiciens Zam Zam.


Le tennis reprend sa place, cette fois en tant entraîneur de l’équipe de France féminine qu’il emmènera à la victoire en 1996 pour la Fed Cup.

En 2000, c’est avec la collaboration de grands noms qu’il fait son retour avec un nouvel album. Jean-Jacques Goldman, Jean Kapler et Eric Benzi sont en effet à l’origine des tubes Simon Papa Tara, Les lionnes ou La voix des sages. Grand succès de l’album et des singles. Yannick retrouve la scène et le public auprès duquel il éprouve tant de bonheur.

C’est ce mélange de musique et de tennis qu’il met en œuvre au profit de l’association « Les enfants de la terre » créée en 1988 avec sa mère. Il participe aussi à d’autres actions humanitaires dont il est le parrain et concert des Enfoirés au profit des « Restos du cœur »

C’est ici le premier album live de Yannick Noah, un artiste qui prend une dimension supplémentaire sur scène. Et c’est toute l’ambiance et l’enthousiasme d’un public conquis que l’on découvre ici.

En grande partie, les chansons sont extraites du dernier album de l’artiste. Mais c’est avec plaisir que l’on découvre les versions live de chansons qui sont déjà devenues des tubes. C’est avec des rythmes qui oscillent entre reggae et rythmes africains (« Les lionnes » ou « Simon Para Tara ») que Yannick réussi à emmener tout le public dans son univers.

On découvre aussi des titres moins connus ainsi qu’un hommage à sa plus grande idole : Bob Marley (« Redemption song »). Avec des rythmes parfois plus calmes mais toujours dans le même esprit. « Abakouilla » ou « Entre ta peau » sont de ses morceaux qui méritent plus d’attention.

Autre passage obligé, une version rallongée, et toujours aussi énergique d’un de ses plus grands succès : « Saga Africa ». Cette chanson marque les débuts de Yannick Noah dans la chanson, et c’est un véritable plaisir que de la découvrir en live.

Et le tout est terminé par la version personnelle de Yannick Noah de notre hymne national. Rebaptisant La marseillaise en « Oh rêves », il transforme la chant aux paroles guerrières en une chanson positive et pacifique qui met en avant les trois mots de la devise française : Liberté, égalité et fraternité. Cette version avait provoqué à l’heure de sa sortie, en 1997, une certaine réticence d’une partie du public. Certains anciens combattants ne voulant pas que l’on transforme le symbole de leurs luttes. Loin des polémiques, cette conclusion reflète tout à fait l’esprit du chanteur.

Un voyage dans l’univers de Yannick Noah, avec les morceaux inévitables de son dernier album et certains grands moments qui illustrent tous les côtés de l’artiste qu’est devenu Yannick Noah.

Merci à Columbia…


Site officiel : www.yannicknoah.com

Yannick Noah : Live 2002


1. Madingwa
2. Les lionnes
3. Ecoute
4. Abakouilla
5. Entre ta peau
6. Ni divin ni chien
7. No melene me ziganda
8. Jamafrica
9. Quand la danse
10. Sans moi
11. Simon papa tara
12. Yaka
13. Saga africa
14. La voix des sages
15. Freedom

.  
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 23.12.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés