ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Nolderise ‑ Audioplayers

Nolderise - Audioplayers
(Tôt ou Tard / Warner)

L’humour en musique… Voilà un sujet délicat. Si la cause est acquise en littérature et au cinéma, il faut avouer que c’est une autre paire de manches lorsque l’on décide de dérider l’auditeur lambda. Pourquoi ? Tout simplement parce que la musique, c’est sérieux, mon bon monsieur. Attention, il n’est nullement question ici d’un humour à la Bratisla Boys, qui annonce la couleur avant que la chanson commence. On parle plutôt de Frank Zappa et autres Mr Bungle, où le décalage est plus subtil et pervers.

Pourquoi aborder ce sujet ? Parce qu’il se pose lorsque l’on jette une oreille sur « Audioplayers ». Si vous posez la question à n’importe quel artiste, tous vous répondrons qu’ils ont beaucoup d’humour, sans vraiment apporter une réponse satisfaisante. Il en est de même pour cet album. On ne peut vraiment croire que ce groupe se prend au sérieux lorsqu’il lâche un « Ich bin ein Auto, du bist ein Fisch » sans crier gare. Tout de vient en revanche plus complexe avec « Speak To Me » plus conventionnel.

Le voile commence à se lever quand on se penche sur la bio du groupe. Nolderise assume un penchant pour la house sans lâcher pour autant leurs chers instruments de musique. Et cela s’entend. Pas de son ultra travaillé ni de surproduction donnant la nausée. Au contraire. On les sent plus proches des productions des années 70 avec un son mat, sans fioritures. En revanche, aucun mot sur l’autodérision qui pourrait mener la musique de ces quatre garçons.


Le mystère demeure entier. Tantôt pop japonaise (« Videomonster »), tantôt ersatz kraftwerkien (« Du bist ein Fisch »), l’album se balade de références en clins d’œil, lorgnant sans complexe vers les années 80. Et c’est vraiment là le problème. Le revival 80s nous a rappelé malgré nous que cette époque a élevé le mauvais au rang d’art. On a atteint des sommets. Je doute (du moins j’espère) que l’on connaîtra une telle époque dans les décennies à venir. Plus de son bon marché, plus de batteries électroniques hideuses au possible, plus de production agressive nous faisant croire que tous les disques sont enregistrés dans des cathédrales…

Tout cela est d’autant plus effrayant que cette époque est redevenue à la mode. Les bobos ont déterré un cadavre malheureusement encore en putréfaction. Deux solutions se présentent : soit ce groupe manie la dérision avec une certain charme, soit il profite du regain d’affection soudain pour les années 80. Dans le premier cas, on souhaite à Nolderise d’aller encore plus loin, quitte à dérouter.

En revanche, si la seconde option s’avère être la bonne, je crains (ou j’espère) qu’on n’en entendra plus parler d’ici quelques mois, le temps que cette mode absurde passe. Contrairement à ce que certains ont l’air de penser, les dancefloors ne se sont pas de simples décharges publiques musicales. La fête, oui, mais pas à n'importe quel prix.

Site officiel : http://www.nolderise.com

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 13.10.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés