ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Gérald de Palmas ‑ monologues extérieurs

Gérald de Palmas - monologues extérieurs

De la sincérité pour une démarche artistique sensible, DE PALMAS écarte tout attribut technologique excessif. Son timbre délicat et ses échos passionnés suffisent à rendre compte de son talent d’interprète et de guitariste.

Un premier album, « La Dernière Année », le révèle en 1994 : des textes introspectifs, et ce monde qui nous entoure, cèdent à la première personne le don de l’expression. Au-delà du psychanalytique, un homme qui pense et qui s’achemine, vacillant entre le dehors et le dedans. « Ma vie tourne autour de ça, tour à tour je plais et je déçois ». L’œuvre circulaire ne se referme pourtant jamais sur elle-même : le voyage, le parcours donnent l’initiative au doute, au regard, au vertige de l’autre. L’ici et l’ailleurs coexistent, sont les « lois de la nature ». Cependant, ces dernières ne touchent pas le public qui rejette parfois les plus beaux émois.

DE PALMAS fait appel aux artistes qui lui ressemblent : LE FORESTIER et GOLDMAN offrent quelques mots pour « Marcher Dans Le Sable ». Fouler sa propre trajectoire, sans refouler ses idées noires, déjouer les normes du pied-à-terre, alléger le pas, puis se fondre et se morfondre dans la foule.


« J’en rêve encore » est la mort à l’amour : quel sentiment lorsqu’il prend fin ? « Mais même si je m’améliore… ».

« Une Seule Vie » est le désespoir d’une existence dont on ne sait que faire, où l’accrocher, comment en démêler les affres qui nous empêchent d’avancer. Et puis, « Tomber », comme une allégorie qui nous enferme entre l’entrée et la sortie.

« Marcher dans le sable » est l’œuvre d’un être qui vibre, un être aux regards baissés, blessés, essoufflés. Par tant de cœur, me voilà séduite. Ecoutez, déambulez.
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés