ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

The Police

The Police

            "Roxanne... You don't have to put on the red light"... Qui dans ce bas monde peut affirmer n'avoir jamais entendu cette phrase ? Personne bien sûr, la popularité de Police est interplanétaire voire même intersidérale !!!            C'est en 1977, en pleine période punk, que le trio fut créé. Trois musiciens seulement, mais pas n'importe qui ! Steward Copeland (batteur incroyable !), Andy Summers (guitariste) et Sting (bassiste et chanteur). Au départ, Police ne pouvait inscrire son nom sur les affiches de concerts pour des raisons de sécurité. Je m'explique : le mot "police" n'était pas vraiment d'un bon goût dans les années punk et un petit rien pouvait déclencher une baston à l'entrée des concerts. Donc pour les organisateurs, le nom "Police" pouvait être "cette fameuse goutte qui fait déborder le vase...". Par contre, pour Steward Copeland (l'Américain) s'appeler "Police" ne pouvait être que bénéfique, car tous les jours dans la presse, à la télé, le mot "police" apparaissait. Bon, très très bon pour la promo du groupe, malin n'est-ce pas ?            En 1978, le premier album sortit : Outlandos d' Amour. Des chansons comme "Roxanne" , "So lonely", "Can't stand losing you..." sont les premiers "standards" du groupe. Le "son" Police commença à titiller nos petites oreilles. En Angleterre, le titre "Roxanne", ainsi que certaines photos sur l'album, furent interdits : en effet, une paire de seins pulpeux et une chanson racontant une vulgaire histoire de pute française suffisaient à faire censurer l'album. Le carton de celui-ci aux USA fit réfléchir les anglo-saxons, et enfin, ils levèrent la censure avec quelques rectifications visuelles, afin de ne pas heurter la sensibilité des petits Anglais.            En 1979 jaillit le nouveau "33 tours" intitulé Reggatta De Blanc d'où fut extrait le tube "Message in A Bottle". Véritable chef d'oeuvre d'efficacité, ce titre-là, produit il y a plus de 20 ans, a su traverser les années avec brio. A l'heure actuelle, écouter "Message in A Bottle" vous fait dresser les cheveux sur la tête, comme si le titre venait tout juste de sortir des bacs. "Walking On the Moon", second titre phare de l'album, fut également honoré par le succès. Néanmoins plus évasé, plus doux que son prédécesseur, "Marcher sur la lune" est encore une fois la preuve que divers styles peuvent être joués avec trois instruments en travaillant les silences à tour de rôle.            En 1980, le monde fredonnait "De Do Do Do, De Da Da Da", encore une folle idée de Sting. Employer des onomatopées pour dire ce que l'on n'ose pas avec des mots. Bonne idée pour dire à son boss qu'il nous brise les noix : Thank you Sting ! Sur le même album intitulé Zenyatta Mondatta, figure un titre génial, "Don't Stand So Close To Me", qui a fait lui aussi un bon petit bonhomme de chemin à travers le temps.            C'est avec l'album Ghost In The Machine, en 1981, que Police commença à utiliser pianos et synthétiseurs. Pourquoi pas ! En effet, un nouveau "son" en résultat. "Invisible Sun" fut sans aucun doute le titre le plus représentatif avec une tendance "new-wave". "Spirits in the Material World", ou encore "Every Little Thing She Does is Magic", sont des standards extraits du même album. Une légèreté nouvelle, une musique plus aérienne, voilà la conclusion de ce quatrième et excellent album.            Après le calme, la tempête fit rage au sein du groupe ; malgré des querelles et autres pseudo séparations, c'est en 1982 que Synchronicity vit le jour. Leurs déboires ne se firent pas ressentir, bien au contraire. De superbes musiques comme "Wrapped Around Your Finger", "King Of Pain", véritables monstres musicaux débordants de subtilités et d'ingéniosités, créant des ambiances mystérieuses et très agréables. Le fameux "Every Breath You Take" fut également tiré de cet album. Le tube dans toute sa splendeur, repris de nombreuses fois, dans différents styles musicaux. Il est sans problème le titre le plus reconnu du groupe.
            Pourtant, en 1986, Police décida d'en finir. C'est après de nombreux concerts et un sixième album en projet que Sting et Steward Copeland devaient se séparer pour des incompatibilités dans le "travail". Quel gâchis, finir la carrière d'un groupe pour des raisons de "voir les choses" et autres balivernes, il y a de quoi se demander si la vie est vraiment juste. Pour nous, Police sera toujours présent dans nos petites têtes et pour bien des années encore. Je le souhaite vraiment....

Site officiel : www.sting.com

  



Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 20.05.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés