ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Popa Chubby en concert

Popa Chubby en concert
Palais des Congrès d’Antibes Juan-les-Pins (06)
Mercredi 19 novembre 2003

L’association A Capella a encore offert un concert de qualité aux azuréens en accueillant à Antibes un immense guitariste blues-rock : Popa Chubby. Sa prestation étonnante et détonnante aura sans nul doute marqué les esprits.

En première partie, une révélation : le Caligagan trio. Une formation acoustique d’une grande qualité qui oscille entre soul, blues et reggae funky, un peu à la manière d’un Ben Harper première période.


La soirée débuta donc avec Caligagan trio, groupe constitué d’un bassiste et de deux guitaristes dont le chanteur, anglophone.

Le style est chaleureux, à l’image du jeu fin des musiciens, l’absence de percu créant une intimité renforcée par la voix ferme mais fragile de Caligagan. Cette délicatesse n’a heureusement rien de soporifique puisque soutenue par une rythmique puissante et une âme très funky; le tout dégage une énergie contagieuse pleine de bonnes vibrations. Les arrangements d’une rare qualité mêlent avec perfection mélodies souples et rythmes appuyés, ce qui n’est pas sans nous rappeler Ben Harper dont nous n’avons pu éviter la comparaison (tant au niveau du genre musical que du style de la voix et des chansons). Au croisement de Tracy Chapman, Kesiah Jones ou Bob Marley, Caligagan trio a néanmoins réussi à définir sa couleur propre. Pour preuve, leur interprétation très libre de So much things to say de Bob, bien loin des reprises réchauffées et irrespectueuses de certains.

Le magnifique concert se termine sur un chant a capella ponctué par les claquements de main du public. L’ovation finale entraîna un rappel très soul en guise d’au revoir. A découvrir absolument !

Après un court entracte, les lumières s’éteignent de nouveau et le public se met à gronder. Je m’attends à quelque chose d’explosif… et je ne vais pas être déçu ! Dès leur entrée sur scène, Popa Chubby et ses trois compères font péter les watts. Un riff blues amplifié et distordu, une grosse batterie binaire, un clavier qui appuie chaque temps et une basse qui plombe l’ensemble : le ton est donné ! Ca sonne gras mais, étrangement, pas lourd pour un sou. La musique rythmée, surpuissante, part dans tous les sens sans jamais s’égarer ou brouillonner.

Rock bluesy ? Blues-rock ? Je comprends maintenant pourquoi leur musique, inclassable, est à l’origine d’un nouveau courant musical. Dans tous les cas, on est bien loin du blues rural et nostalgique du delta du Mississippi. Ils jouent tous quatre avec force et conviction, survoltés, sûrs d’eux. On se sent presque agressé par leur manière de s’affirmer en nous balançant des grands rushs de guitare à la gueule. A l’instar du groupe, Popa Chubby revendique ses origines citadines de pur produit new-yorkais: obèse, arrogant, agressif et tellement talentueux, il se permet même de citer l’hymne états-unien dans un de ses chorus ! Avant la fin de la première chanson, une grande partie de la salle aux fauteuils moelleux est déjà debout.

Mais ne nous y trompons pas, tout le groupe repose indéniablement sur le génie d’un Popa technique, inspiré, qui se renouvelle à chaque improvisation, ce qui n’est pas donné à tous les "guitar heros" (car c’en est résolument un !) : le batteur manque de créativité (c’est le moins que l’on puisse dire), le bassiste reste un métronome sur pattes, avec les avantages et les inconvénients que cela peut comporter, et le clavier possède une main droite tellement bonne qu’il en oublie la gauche ! Et pourtant ça fonctionne, ça sonne à merveille. Une preuve de plus, s’il en était besoin, que la musique ne se résume pas à une simple prestation technique. L’émotion est présente, le groupe se complète, se transcende, chacun tirant l’autre vers le haut. Popa, supporté tant bien que mal par ses trois alliés dépasse vraiment le simple cadre de la maîtrise musicale et apporte un esprit blues à son rock robuste et vigoureux : un cœur de bluesman, une âme de rocker.

Pourtant, comme le dit de sa voix claire et gutturale Popa Chubby dans une de ses chansons : « ça vient de N.Y. City, un endroit où il n’y a pas de route pour le blues. (…) A N.Y. City, il n’y a pas d’endroit où jouer ». Ceci explique sûrement l’attachement du groupe pour la France où il a beaucoup tourné. Surveillez les concerts près de chez vous et courez les voir, vous ne serez pas déçus !

Ah, un dernier conseil, ne vous mettez jamais au premier rang. Je n’ai jamais vu un mec cracher autant en chantant, c’est hallucinant. Je suis même allé jusqu’à me demander si les micros étaient water-proof, de peur d’un court-circuit ! Mais prenez votre courage à deux mains, je vous promets que ça vaut le coup d’affronter ce flot de salive et de décibels…

Sites officiels :


Caligagan trio : www.caligagan.com
Popa Chubby : www.popachubby.com

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 01.12.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés