ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Pulp : This is the end…

Pulp : This is the end…

Cela faisait bientôt quelques mois qu'on en parlait, et apparemment c'est arrivé : Pulp splitte (ou disons pour les novices et les grammairiens que le groupe musical Pulp s'est séparé). Du moins officieusement. A la fin d'un concert donné à Rotterdam au mois de décembre dans le cadre du festival Auto, Jarvis Cocker, le leader charismatique du combo a déclaré que "c'est peut -être la dernière fois que vous nous voyez...mais qui sait peut - être nous réunirons nous dans l'avenir".

Alors bien sûr j'en vois déjà au fond à côté du radiateur qui s'exclament en sautant comme des cabris : " Monsieur, Monsieur, tu sais c'est quoi Pulp?" et moi de leur répondre qu'on ne dit pas "tu sais c'est quoi". Une petite leçon d’histoire musicale s’impose donc.

Pulp naît en 1979; cela fait donc 23 ans qu'ils existent, mais la plupart des ces années le groupe les passe dans l'anonymat le plus complet; il faudra attendre les années 90 pour qu'ils éclosent autant sur le plan artistique que médiatique.


C’est donc à quinze ans que Jarvis Cocker crée Arabicus Pulp en 1978 (qui devient définitivement Pulp un an plus tard); ce grand gringalet à lunettes de Sheffield n’a rien apparemment pour devenir une pop-star, et pourtant... Les membres du groupe, étudiants, vont peu à peu quitter Pulp pour la fac. Seul Jarvis reste, et sera rejoint par d’autres personnes plus à la hauteur de ses ambitions et de son talent.

Les albums ne se feront pas sans difficultés : en 1983 sort It, en 1987 Freaks et en 1992 Séparations, l'album qui m'a fait les connaître ; ces trois albums sont assez sombres, mais d’une étonnante personnalité.

C'est en 1994 que j'acquiert mon premier album du groupe, à savoir His 'n' hers, sans doute l’un de mes préférés : leur formule est enfin installée et va leur ouvrir les portes du succès : mettez de la pop synthétique, ajoutez un chanteur ironique et triste, avec un zest de disco et de glam, et c’est le bonheur.

En 1995, en pleine période Britpop, ils nous sortent Different class, l'album de la consécration. Avec des titres comme « Common people » qui rentre directement à la deuxième place des charts, ou « Disco 2000 », c’est un album truffé de hits.

En 1998, c’est au tour d’un album moins léger de paraître dans les bacs: This is hardcore. Ils auraient pu continuer dans la même veine que l'album précédent, mais quand on a une âme et que l'on est exigent, on ne passe pas toujours par la case facilité; c'est un album malade, voire "cocaïné", aussi intéressant que laborieux.

Pour leur dernière galette (We love life en 2001), le groupe s'est beaucoup remis en question; ils ont fait appel au mythique Scott Walker pour le produire, ce qui donne à l'opus une certaine minéralité; mais c'est un album pour les convaincus, peut-être le plus difficile à accoucher, mais aussi le plus personnel. Une réussite.

Au moins de novembre 2001, j'ai eu l'occasion de voir le groupe en concert à la Cigale pour le Festival des Inrocks; ils remplaçaient alors The Strokes qui avaient annulé leur set. Sur scène, on ne voyait que Jarvis Cocker, le reste du groupe faisant décor; j'ai rarement vu sur scène une personnalité comme la sienne, un vrai personnage, terriblement charismatique. Cette personnalité, on la retrouve lors de la fameuse cérémonie des Brits awards en 1996, où alors que Mickaël Jackson chantait avec pleins de n’enfants autour de lui, Jarvis était monté sur scène et s'était dandiné quelques secondes, ridiculisant le soi-disant King of Pop, avant de se faire jeter par des gardes du corps.

Aujourd’hui, Jarvis Cocker vient de s’installer à Paris après son mariage avec une styliste française, Camille Bidault-Waddington. Il participe apparemment à l’écriture de morceaux pour le prochain album d’Anna Karina, après avoir écrit pour Marianne Faithfull.

L’histoire n’est peut-être pas terminée pour le groupe, (who knows), mais en tout cas une page se tourne ; la maturité n’appartient pas au monde léger et flamboyant de la pop anglaise et je suis certain que nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

Site officiel : http://www.pulponline.com

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 24.03.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés