ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Bad Religion : The Empire strikes first (Epitaph)

Bad Religion : The Empire strikes first (Epitaph)

Bad Religion a encore frappé fort… mais ça devient une habitude depuis 1980 et treize albums. En matière de punk-rock/hardcore mélodique, Bad Religion est le maître incontesté et, pour tout dire, quasiment le créateur du genre. Ses pères se nomment Black Flag, Dead Kennedys ou encore Sham 69, et ses héritiers Green Day, NOFX ou encore Burning Heads. Le guitariste Brett Gurewitz quitta d’ailleurs un temps le gang pour s’occuper du label qu’il avait créé, Epitath, sur lequel explosa un petit groupe alors totalement inconnu, Offspring.

Mais il n’y a qu’un seul Bad Religion. Refrains entêtants, chœur appuyés, rythmiques rapides qui fleurent bon les Ramones sont sa marque de fabrique, ainsi que des paroles à forte dose de lucidité sociale et de très haute tenue, qui ne dictent pas une opinion mais poussent à s’interroger. Même si le style du combo a peu évolué au fil des ans, il s’est indéniablement affiné (ramolli, dirons ses détracteurs, à qui l’on souhaite bien du courage pour trouver la faille dans ce nouvel album).

The Empire strikes first s’avère une excellente cuvée, qui se bonifie au fil des écoutes. Une synthèse quasi parfaite de morceaux baston (mais toujours accrocheurs) aérés par quelques mid-tempos tout aussi efficaces (To Another abyss). La moitié des titres pourrait faire office de single si radios et télés ne préféraient la daube marketée à mort à la musique… mais ceci est une autre histoire.


Dès le premier titre, Sinister Rouge, le ton est donné: moins de deux minutes au compteur et une bonne baffe en travers de la face religieuse. Suivent, pour vous donner un aperçu des thématiques, Social Suicide, Atheist Peace, plus loin Los Angeles is burning, Let them eat war (Let them eat war!/That’s how to ration the poor) et, bien sûr, la chanson qui donne son titre à l’album,The Empire strikes first, référence à une actualité qui ne cesse de brûler depuis un certain mois de mars 2003.

Avec trois guitares, autant dire que la saturation tourne à plein régime mais en restant étonnamment mélodique. Malgré sa hargne musicale, réaction à un monde où le premier devoir du citoyen semble être de ne surtout pas réfléchir, Bad Religion se distingue par une générosité et une accessibilité qui n’ont rien à voir avec les prémices d’une compromission.

Ce nouvel album s’avère parfait si vous avez envie de découvrir Bad Religion (ce que l’on vous conseille très, très fortement) mais devrait aussi ravir les habitués. «Bad Religion EST le punk-rock», proclamait une pub pour son précédent album. Sans aller aussi loin, il est évident que le punk-rock ne serait pas ce qu’il est sans Bad Religion. Et puis, vous en connaissez beaucoup des groupes dont le leader, titulaire d’un doctorat en paléontologie/zoologie, se définit comme un «évolutionniste»?

www.badreligion.com (une vingtaine de titres du groupe, dont plusieurs issus de The empire strikes first sont téléchargeables pour vous faire une idée)

www.thebrpage.net

 

Retour à la page d'actualités
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 30.08.2004

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés