ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Simply Red : Home

Simply Red : Home (Az / Universal)

Après plus de trois ans de silence (à l’exception d’un Best Of, It’s Only Love, sorti en 2001), Mick Hucknall, la voix et le songwriter de Simply Red, a quitté sa retraite parisienne avec dans sa besace son nouvel opus : Home.

Après un Love and the Russian Winter (1999) qui n’a pas rencontré le succès escompté lors de sa sortie, et le non renouvellement de son contrat avec la Warner, le groupe de Manchester joue gros avec Home. À première vue (ou plutôt, à première écoute), un bon album…mais inégal.

11 titres, dont un (le onzième, justement) est une reprise de la première piste, « Home », qui donne son nom à l’album. Après une première écoute globale, puis une autre, malheureusement, aucun « déclic » particulier, aucun « sursaut » qui fait se dire « alors celle-là, elle est fabuleuse, je me la repasse ». Bon attention, c’est faire la fine bouche que dire cela, mais c’est vrai qu’avec Simply Red, on est forcément difficile tant on a eu droit au meilleur. En tout les cas, une impression d’inégalité entre les titres, pas vraiment au niveau créatif, mais au plan de l’interprétation. Retour sur chacune des plages de l’album tant attendu…


01 - « Home »

Très jolie ballade que ce premier titre. Cela dit, on n’y trouve pas l’émotion d’un « For Your Babies » (sur l’album Stars) par exemple. Les arrangements sont très bons, les touches de cordes seventies aussi, le son également ; juste, comment dire… un petit manque, un petit défaut de « feeling », qui fait que cette ballade est simplement très jolie, point. Voire un peu mièvre, ce que pourtant Simply Red a toujours su éviter.

02 - « Fake »

LE titre rythm’n’blues de Home. Des arrangements de cuivres toujours aussi efficaces, des chœurs bien présents. Par moment, au vu de la puissance voulue du titre, la voix de Mick Hucknall semble un peu en retrait, et c’est peut-être ce qui est à l’origine de cette sensation de… manque de pêche, justement. Est-ce vraiment un problème de mixage/mastering, ou plus directement un manque d’implication vocale ? Difficile à dire, mais il semble que, malgré un voix toujours aussi impressionnante, Hucknall ne soit pas à 100% dans ce qu’il fait… Une petite déception sur « Fake », car ç’aurait vraiment pu être génial sans cette impression de demi-mesure.

03 - « Sunrise »

Un peu la même chose sur cette plage que sur la précédente ; le doute étant trop fort, il faut essayer de toucher les réglages de la sono pour en avoir le cœur net… Eh bien, quelque soit la répartition des fréquences, la présence de Mick Hucknall semble toujours trop fade. Conclusion : le son est trop compressé sur cet album, trop lisse, et, en même temps, Hucknall ne paraît pas être à ce qu’il fait. Il chante bien, mais il ne chante pas, pas comme il sait vraiment le faire… Dommage, car ce titre a de petites réminiscences tout à fait bienvenues des tous premiers albums du groupe : une bonne pop-soul, mais malheureusement, encore une fois, une sensation de demi-mesure.

04 - « You Make Me Feel Brand New »

« You Make Me Fell Brand New » est la confirmation des remarques précédentes : le son est trop « propre » sur cette album, et Mick Hucknall ne s’est pas donné à 100% sur les trois premières chansons. Car sur celle-ci, on retrouve (enfin !) LA voix de Simply Red ! Un gros « ouf » de soulagement ! Clairement, Hucknall y met du sien, l’émotion des couplets très doux de cette chanson est bien là, et quand le refrain s’enflamme, on y croit. La voix manque par moment un peu de justesse, mais peu importe, car c’est une voix bien vivante. Les arrangements sont bien dosés, et surtout, Hucknall est vraiment « dedans ». Un très bon titre, vraiment.

05 - « Home Loan Blues »

À croire que « You Make Me Fell Brand New » marquait le « réveil » de Mick Hucknall sur cet album ! Alors que « Home Loan Blues » se veut un Rythm’n’Blues/Pop légèrement moins pêchu que « Fake » (c’est en tout cas ce que l’on peut en déduire par rapport à l’intensité et à la densité des arrangements de cuivres), l’impression de puissance y est supérieure. Toujours pour la même raison : on sent un Hucknall bien à ce qu’il fait, et soutenu par des sonorités bien amenées.

06 - « Positively 4th Street »

« Drôle de titre »… L’intro, avec ses sonorités de cordes synthétiques, fait un peu mièvre. L’ensemble de la chanson se replie sur lui-même en une ritournelle un peu décevante. Cela se veut optimiste, léger, « primesautier », mais ça fait surtout un peu neu-neu (désolé pour l’expression). Rien n’y fait, pas même les cuivres qui arrivent en milieu de titre. Trop cyclique, et ces maudites cordes synthétiques décrédibilisent l’ensemble encore davantage.

07 - « Lost Weekend »

Une bonne pop-soul, d’inspiration très « Barry-Whitesque », la voix grave du monstre sacré en moins. L’interprétation est convaincante, et le son bien dosé. Là, l’optimisme est crédible, contrairement au précédent morceau. Un morceau très « down », bien que recelant une puissance latente. Excellent comme musique d’ambiance (surtout pour les gars qui veulent mettre toutes les chances de leur côté avec une certaine demoiselle, effet garanti).

08 - « Money in My Pocket »

Une nouvelle incursion « techno » de la part de Simply Red. Seulement, contrairement à « Fairground » (sur l’album Life) par exemple. Bon, il est vrai que « Fairground » louchait du côté de la Jungle, ce qui n’est pas le cas de « Money in My Pocket », aux sonorités vraiment très synthétiques, avec comme un arrière-goût de « mauvaise imitation années 80 mâtinée d’années 90 »… On tourne trop en rond dans ce titre un peu fatiguant. Tellement, que sans avoir véritablement commencé, il ne finit pas vraiment (merci le fondu enchaîné). Pas impérissable.

09 - « Something For You »

Un blues-pop très convaincant, bienvenu et bien géré, qui oscille même du côté du rock années 60 américain (pour ce qui est du refrain). Agréable comme tout, malgré un petit manque global de chaleur. Encore la faute au son trop propre… et peut être aussi à un Mick Hucknall encore une fois un peu trop en retrait.

10 - « It’s You »

Dans la même veine que « Lost Weekend », mais avec peut-être davantage d’émotion, tant dans l’interprétation que dans la conception même du titre. Des sonorités très années 70 pour une « groovy-ballade » fort agréable, et là encore excellente comme musique d’ambiance (même conseil pour les mêmes gars que tout à l’heure).

11 - « Home » (reprise)

En fait de reprise, un court extrait (52 secondes), le refrain de « Home », simplement accompagné au piano. À vrai dire, on aurait préféré que le « Home » de départ soit celui-là, car il dégage bien plus d’émotion, malgré des effets réduits au minimum. Bref mais concis, sans doute ce qu’il manquait au « Home » original pour faire mouche, ce que cette petite redite corrige fort heureusement en nous rassurant sur la qualité artistique du morceau.

Après trois ans d’attente, on a tendance à trouver le moyen très moyen, le mauvais très mauvais, mais aussi le bon très bon. Reste que Home apparaît comme un album inégal. Bon, mais inégal. On se dit que Simply Red fait ce qu’il sait faire, très bien le plus souvent, mais sans plus. Un album sans fleuron, sans « tube » - peut-être que la plage méritant éventuellement d’être considérée comme un tube en pusisance serait « You Make Me Feel Brand New », mais avec quelques réserves toutefois.

Cela dit, la petite déception globlale passée, Home est tout de même à posséder, car il s’écoute avec plaisir. Et il contient les preuves que Simply Red est toujours un grand groupe. En attendant avec impatience le prochain, que l’on souhaite vraiment au top !

Site officiel : http://www.simplyred.com

Discographie :

Home - 2003
It's Only Love - 2000
Love And The Russian Winter - 1999
Blue - 1998
Greatest Hits - 1996
Life - 1995
Stars - 1991
A New Flame - 1989
Men And Women - 19987
Picture Book - 1985

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 22.09.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés