ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Garbage + Red Hot Chili Peppers : Live in Nice

Garbage + Red Hot Chili Peppers : Live in Nice (19 juin 2002)

La Côte d'Azur est célèbre pour ses plages, ses touristes et ses plats typiques. En revanche, les amateurs de musiques en tous genres ont toujours dû prendre leur mal en patience en raison de l'absence de salle digne de ce nom. Depuis l'ouverture de la salle Nikaïa, les choses sont arrangées et on peut désormais assister à des concerts d'artistes internationaux. On est d'autant plus enthousiaste lorsque l'on découvre l'affiche du concert programmé le 19 juin. Garbage vient défendre un troisième album moyennement apprécié malgré ses nombreuses qualités et les Red Hot profitent de cette tournée pour présenter quelques extraits de leur nouvel opus devant une salle comble.

Le billet annonçait le début du concert à 20H30. Il fallut attendre 20 minutes de plus pour voir enfin les lumières s'éteindre et laisser apparaître un Garbage en grande forme. Les hostilités débutent avec "Pushit", version survoltée. Il aura suffit de quelques secondes seulement pour que les 6 000 personnes présentes soient en train de sauter en cadence. Difficile en effet de résister au charisme des musiciens, en particulier Shirley Manson qui a su s'approprier la scène dès le premier titre. Sa popularité grandit encore quand elle commence à parler en français. Histoire de se mettre définitivement le public dans la poche, le groupe enchaîne avec leur hymne, "Stupid Girl". Le son est énorme, à tel point que l'on a parfois l'impression d'entendre l'album. Pas de souci toutefois, tout est bien joué live. La belle Shirley en profite d'ailleurs pour changer certaines lignes de chant, ce qui a pour effet d'enfoncer définitivement le clou. Des problèmes de barrières de sécurité (qui nous aurons valu un monologue sur l'importance de faire attention à son prochain, de la part de Mlle Manson) n'auront pas eu raison de la bonne humeur générale. Seule ombre au tableau, seuls deux morceaux de leur dernier opus ont été joués (en l'occurrence "Androgyny" et "Shut Your Mouth"). On aurait aimé que le groupe soit un peu plus courageux. On ne va cependant pas se plaindre d'avoir assister à un show réglé comme une horloge, même si on peut le juger un peu court (45 minutes, c'est juste, même pour une première partie).

C'est donc chauffé à blanc que le public attend la tête d'affiche. Il a cependant le temps de refroidir, les Red Hot n'arrivant sur scène qu'à 22H35.


Les lumières s'éteignent à nouveau. Les quatre musiciens entrent sur scène et s'échauffent en tapant le bœuf durant quelques minutes (laissant le temps à Flea de régler le son de sa basse) avant d'enchaîner avec "By The Way", premier extrait de leur album du même nom et dont la sortie prévue pour le 8 juillet. "Scar Tissue" arrive ensuite afin que tout le monde retrouve ses marques. L'ambiance commence à monter avec l'énergique "Around The World" et le mythique "Give It Away". La suite du set est un peu plus contestable, voire décevante pour les fans de la première heure. En effet, pas de morceaux issus des premiers albums, ni même de "One Hot Minute". Exit "Aeroplane", "Coffee Shop" et "Walkabout". Tous les morceaux choisis de leur répertoire existant sont exclusivement extraits de "Blood Sugar Sex Magic" et "Californication". Même si les titres font bouger toute la salle sans problème, force est de constater que les Red Hot survoltés ont laissé la place à des musiciens un peu trop pop. Ce ne sont malheureusement pas les pitreries de Flea qui vont y changer quelque chose. Ce n'est pas non plus le nouvel album qui risque d'inverser la tendance. Les morceaux que l'on a pu entendre manquent sérieusement d'énergie et sont loin d'égaler les mélodies des précédentes ballades du groupe.
Afin de résumer cette deuxième partie, on peut se placer selon deux points de vue, et donc présenter deux parties :

1 - Pourquoi vous avez bien fait de rester chez vous :
Les Red Hot ne sont plus ce qu'ils étaient ;
Ils souffrent d'une grave amnésie et pensent qu'ils n'ont sorti que deux albums ;
Ils préfèrent la musique pop au funk ;


Anthony Keidis chante presque juste ;
Les extraits de "By The Way" sont mous.

2 - Pourquoi vous auriez du venir :
L'ambiance était très chaude ;
Anthony Keidis a quand même fait des progrès ;
Le show a duré 1h25 (soit 25 minutes de plus que d'habitude) ;
Les morceaux de "Blood Sugar Sex Magic" avaient la patate ;
Ils ont terminé le concert par "They're Red Hot" ;
Les Red Hot resteront toujours les Red Hot.

On aura finalement assisté à un concert mitigé dans lequel la première partie a plus convaincu que la seconde, même si l'ensemble était plus que correct.
La suite début juillet, avec la sortie de "By The Way" (en espérant que l'écoute de tous les morceaux me fasse changer d'avis).

Site officiel Red Hot Chili Peppers : www.redhotchilipeppers.com
Site officiel Garbage : www.garbage.com
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 01.07.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés