ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Rickie Lee Jones ‑ She’s like this…

Rickie Lee Jones - She’s like this…

Mystérieuse voire un brin recluse, Rickie Lee Jones est l’une des artistes jazz-pop américaines les plus originales et les plus marginales… Respirant la douceur et la féminité, elle dégage aussi la force et la singularité de l’artiste qui ne s’est jamais trahie dans sa production.
Née en 1954 à Chicago Rickie Lee Jones a été bercée par la vie bohème de ses parents, respectivement comédien et serveuse. La famille vole de Chicago à Los Angeles, Phœnix… Enfant solitaire, elle évolue dans un imaginaire qui laisse sa sensibilité de poète et de musicienne s’épanouir, encouragée par un père lui-même artiste dans l’âme.

L’art vocale est primordial dans la vie de Rickie adolescente, qui se révèle dès après le lycée être un auteur génial d’ouverture à l’autre et au monde. A 19 ans, elle se produit dans les bars, livrant, partageant des textes profondément poétiques que dévoilent une voix et un style déjà très originaux. C’est à cette époque qu’un musicien tend une oreille particulièrement attentive vers Easy Money, qui sera enregistrée par Lowell Georges. Warners auditionne la jeune femme…. Rickie Lee Jones signe son premier contrat.

L’album, doux, jazzy, touchant, a pour seul titre un magnifique portrait de la jeune femme, béret et cigare… Un style, un mode de vie, une personnalité profonde et riche autant que le fameux Chuck E’s in Love, ou Last Chance Texaco… créent l’atmosphère RLJ. Dès 1979, elle obtient le Grammy de la meilleure nouvelle artiste. Rickie Lee Jones vit, Tom Waits à ses côtés, sur la « rive jazzy de la vie ».
Pirates sort deux ans après, profond, grave. C’est l’album de A Lucky Guy, l’histoire de leur histoire, titre repris par Luc Besson dans Subway. Toute considération commerciale est écartée, Rickie Lee Jones est sincère, le cercle des fans s’agrandit, une relation intime s’établit entre l’artiste et son public… Une longue histoire commence.


Auteur, poète, elle raconte depuis 20 ans dans ses albums des histoires magiques, instaure des ambiances, provoque le vague à l’âme, comprend nos drames et accompagne nos rires… Sa voix recèle des trésors d’humanité : groovy, enfantine, inquiète, joyeuse… de ses interprétations émanent le concept et la sensation du don total de soi-même. Les maisons de disques sont dépitées et surprises (RLJ change régulièrement), Rickie a pris sa place dans les cœurs et dans les âmes plus que sur un marché !

Cette année, elle nous offre son dixième album… Sensuelle, enfantine, puissante, Rickie Lee Jones a choisi pour It’s Like This de déposer sa grandiose empreinte sur des chansons de Marvin Gaye, des Beatles ou encore de Gershwin. Trois ans après Ghostyhead, album expérimental dans lequel elle avait démontré (on aime ou on n’aime pas…) des talents certains d’ingénieur du son, la grande Rickie offre sans pudeur sa sensibilité, son âme et surtout sa voix à des titres plus ou moins classiques. It’s Like This comprend 11 reprises des plus diverses : un sublime For no one (Beatles), un inattendu Smile (Charlie Chaplin), un improvisé et jazzy On the street where you live, One hand one heart (Bernstein, West Side Story), en duo avec Joe Jackson… Les accents jazz nous replongent dans l’ambiance calfeutrée de Pop Pop (1991), la créativité de l’artiste nous envoie, portés par sa voix, sur des cimes exquises, et puis, disons-le, elle dit « fuck » d’une sublime manière ! Entourée de Joe Jackson, de John Pizzarelli ou encore de Taj Mahal, Rickie Lee Jones met en lumière de nouvelles limites aux chansons qu’elle emprunte, pour un moment de bonheur, pas seulement auditif.
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés