ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Rita Mitsouko : La Femme Trombone

Rita Mitsouko : La Femme Trombone
(Virgin)

Petits et grands, à vos platines, les Rita remettent le couvert !

Ces deux là, Catherine Ringer et Fred Chichin, se rencontrent en 1979 et attaquent dès 80 une série de concerts. Un grand duo du rock français était né. Deux ans plus tard ils signent chez Virgin et dès lors, les succès s’enchaînent. Qui n’a pas remué son derrière sur « Marcia Baila » ou ne s’est retrouvé entouré d’amis légèrement imbibés à la tequila regrettant à tue-tête que « les histoires d’amours finissent mal en généraaaaaal… » ! Les Rita Mitsouko font partie du patrimoine musical de chacun, qu’on le veuille ou non.


Deux ans après l’album « Cool Frénésie » qui a été encensé par la critique et un an après le prix Roger Seiller du meilleur groupe français, « La femme trombone » s’est donc glissée dans les bacs de vos disquaires le 10 septembre 2002. Et cette femme là ne ressemble pas à une ménagère de cinquante ans, croyez moi ! Elle serait plutôt du genre trentenaire festive et inattendue.

Alors que la chanson « Triton » commence à envahir les ondes radiophoniques, rappelant vaguement mais sûrement un p’tit train qui s’en allait dans la campagne, la voix de Catherine Ringer se redécouvre par moments cristalline, notamment sur le titre « Trop bonne » (qui nous compte l’histoire de cette fameuse femme trombone) où Dame Ringer monte très haut dans les aigus. Curieusement et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, sur le titre suivant la voix se fait très basse, limite « je-viens-de-fumer-trois-paquets-de-gitanes-sans-filtre » (oui parce qu’avec filtre le résultat n’est pas aussi surprenant !) et l’envoûtement devient total. L’album tout entier joue donc avec les variations nées au plus profond de la gorge Ringérienne.

Venons-en aux textes. Bon, ne faisons pas les prudes, ici encore on a le droit à du vrai Rita.

Les deux premières chansons de l’album se veulent critiques de la société dans laquelle nous nous retrouvons aujourd’hui. Le ton est donné dès le premier titre, « Evasion ». Les Rita nous y expliquent que « s’échapper, s’évader, y’a plein d’affiches où c’est marqué, alors où est la terre de la liberté ? Choisir ses chaînes à la télé, en vacances et ses marques préférées, puisque c’est ça je préfère dormir à de meilleurs rêves, je veux dormir pour m’enfuir librement ». On en remet une couche avec « vieux rodéo » : « (…) on peut même dîner seule au café et contrôler notre fertilité mais…attention ça va pas stagner y’a des forces qui veulent nous rapetisser refaire de nous qu’une chair à bébé, des humains tronqués de moindre qualité ». No other coment !

Leur tendance érotico-crue est également largement présente sur ce nouvel album. Parfois très clairement dans « tu me manques » (« Quand tu prends ton couteau pour découper la viande moi je pense à ce soir quand tu me prendras la jambe » ou encore « il me parle comme à un pote et hop la main à la motte, ça flottasse sous ma calotte »), parfois plus subtilement. Le texte de « trop bonne » en est un exemple croustillant (non je ne vous le retranscrirai pas, ça va bien maintenant !).

Aux côtés de ces deux thèmes chers aux Rita se mêlent bonne humeur (« 1928 »), la recherche du Prince Charmant (« Sacha ») ou encore la galère de la déprime (« Ce sale ton »). Bref, il y en a pour tous les goûts.

Enfin, après la voix et les textes, il nous reste à jeter un coup d’œil à la musique. Et la surprise ! Elle est plutôt bonne, le mélange se faisant sucré salé. S’enchaînent des titres au rythme rock & folk, puis bien funky pour déboucher sur une tranche de soul contemporaine. Cet album est donc loin de la monotonie musicale. Alors c’est vrai, les Rita ne plaisent pas à tout le monde : trop « déjantés », trop ceci, trop cela,… Mais si vous êtes un amoureux du genre, vous ne devriez pas, une fois de plus, vous sentir frustrés.

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 07.10.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés