ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

MIDEM : Conférence de presse Robbie Williams

MIDEM : Conférence de presse Robbie Williams

Samedi 18 Janvier, 14h30, Hôtel Carlton, Cannes.

Il a vendu 5 millions d’exemplaires de son dernier album, « Escapology », sortit le 18 Novembre. Selon les statistiques, il est l’artiste qui vend le plus de disques en Europe. Robbie Williams a tout pour être heureux. En plus, il vient de re signer avec sa maison de disques, EMI, laquelle lui a offert une avance sur recette estimée à 150 millions d’euros. Normal donc qu’il se le joue star, n’hésitant pas à débarquer dans le salon où se déroule l’interview affublé d’une paire de lunettes noires qu’il ne quittera pas. D’entrée, il donne le ton : « Bonjour Messieurs-Dames, je suis Robbie Williams, et je me suis couché très tard cette nuit, donc excusez les lunettes. Beaucoup de personnes ne s’excusent pas de porter des lunettes de soleil, mais moi oui. J’ai un peu mal à la tête, alors parlez doucement… Bon, une question ? »

Robbie est capricieux, mais il sait qu’il peut se le permettre. C’est pour cela qu’il n’hésite pas à dire qu’une question ne lui convient pas, à grand renfort de grimaces, ou à regarder le journaliste dans les yeux avant de lui dire : « Merci pour votre question super intéressante. Ca m’a fait réfléchir, je vais en parler à mon psy. » C’est parti…


Est-il vrai que vous allez vous installer aux Etats-Unis ?

Qui vous a dit ça ? Je ne m’installe jamais nulle part. Si vous êtes journaliste, vous devriez savoir que ça fait 10 ans que j’habite Londres.

Oui, mais vous voyagez souvent ?

Peu importe où je suis, mon cœur reste là-bas.

Donc vous ne vous installerez pas aux Etats-Unis ?

Peut être, mais peut-être pas… Je peux être partout, je suis tellement puissant. Je peux même venir vous regarder pendant que vous dormez… Désolé, je suis fatigué, j’ai fait la fête.

Où ça ?

Où j’ai fait la fête ? J’étais au bar de l’hôtel toute la nuit. En plus, j’arrive de Los Angeles, donc il y a le décalage horaire…

Pour en revenir à la musique, allez-vous tourner avec les mêmes musiciens qui figurent sur l’album ?

Oui… Euh, oui !

Et Guy Chambers (NDR : Son compositeur attitré depuis le début, qu’il vient de virer de son groupe) ?

Euh, non, sans lui.

Donc il n’y aura pas tous les musiciens qui ont enregistré l’album ?

Non pas tous, mais il y aura des joueurs de mariachis ! Et un percussionniste qui vient d’Amérique du Sud.

Pouvez-vous nous parler de la scène ? Comment sera-t-elle conçue ?

Je ne sais pas encore. J’ai vu des photos hier. Elle est assez petite, alors que je suis habitué à des scènes immenses. En fait, ça ne va pas en mettre plein la vue… Il y aura peut être des feux d’artifices, je ne sais pas encore. J’ai vu un concert de U2 lors de leur dernière tournée, et c’était fabuleux. Moi, mes spectacles sont simplistes par rapport à eux, et j’espère qu’ils seront identiques un jour !

Que pensez-vous de la piraterie ?

Je ne comprends pas trop… Ah, le fait de télécharger des chansons ? C’est génial, vraiment ! Personne ne peut rien y faire. J’ai signé un contrat l’année dernière, je ne sais pas si vous l’avez lu (NDR : Robbie vient de re-signer avec sa maison de disques, EMI, laquelle lui a consentie une avance sur recettes estimée aux alentours des 150 millions d’euros). J’ai rencontré les patrons de ma maison de disques, et je leur ai demandé ce qu’ils comptaient faire contre le piratage. En fait, personne ne savait quoi faire, et j’ai entendu beaucoup de bla-bla, du style : « on va faire des réunions et prendre l’opinion de tout le monde à ce propos. » Les responsables des maisons de disques ne savant pas quoi faire. Je suis sûr que ma maison de disques me haïra après ça. Tout comme mon manager et mes comptables !

Combien d’Américains vont acheter votre disque, car votre contrat est accompagné d’une très forte avance ?

Euh… En ce qui concerne la taille du « deal », je ne pense pas qu’une major compagnie comme EMI prendrait un tel risque si ça n’était pas justifié. On n’est pas au Casino, ce n’est pas un jeu ! La taille du deal est entièrement basée sur les ventes déjà effectuées par mes précédents albums aux Etats-Unis, et dans le reste du Monde. Je ne pense pas qu’ils diront : « Merde, on s’est planté. Pour s’en sortir financièrement, on doit licencier du personnel et fusionner avec Pipi-Caca Records ».

J’ai lu dans un journal…

Non, c’est pas vrai ! (rires) Ca va être intéressant…

J’ai lu dans un journal que le fait de retrouver des bandes volées aux Beatles, et de les commercialiser pourrait aider EMI a payer votre avance sur recette.

Vraiment ? Bon, étudions ça. J’ai vendu 28 millions d’albums, peut-être plus. C’est en bonne voie pour atteindre 30 millions. Si EMI gagne 5£ par album, vous obtenez plus (NDR : que 150 millions d’euros, montant de l’avance…). Ils l’ont déjà fait, en fait, la somme est déjà constituée… Mais, m’emmerdez pas, c’est mon argent. Ils ne peuvent pas me le reprendre, non ?

Vous avez des actions EMI ?

Non.

Vous allez en acheter maintenant ?

Eh ! Ca devient meilleur.

Que pensez-vous des chanteurs pop français ?

Euh… Je ne veux pas être impoli, mais je ne les connais pas. Et je ne veux pas être hypocrite en disant que je les aime alors que je ne les connais pas !

Allez-vous refaire un album avec des standards de jazz ?

Je ne sais pas. Peut-être. Je viens juste de sortir « Escapology » dont je suis très fier. Maintenant que j’ai sorti un « vrai » disque, je pourrais ressortir un disque de swing !

Dans votre clip, « Feel », on vous voit monter à cheval. Quand avez-vous appris ?

J’ai appris en une demi-heure, la veille du tournage.

Vous avez déclaré que le fait d’enregistrer « live » l’album « Swing when you are winning », sur scène avec des musiciens, a changé votre optique d’enregistrement. Cela se ressent-il dans l’album « Escapology » ?

En fait j’avais le rêve de tout enregistrer dans des conditions live, avec un orchestre derrière moi, comme le faisait Sinatra, mais je pensais que ma voix ne serait pas assez puissante. Pour l’enregistrement de cet album, j’étais dans les studios Capitol à Los Angeles, et j’ai donné un concert sous cette forme, avec un orchestre derrière moi. J’ai réalisé que je n’étais pas si mauvais. En fait l’album « Swing » m’a donné confiance en moi, ce qui me manquait. Je suis un chanteur, en fait. Qui l’aurait cru !

Vous dites souvent que vous n’êtes pas satisfait de votre voix. Que faites-vous pour surmonter ça ?

Du mime.

Avez-vous besoin de cours de chant ?

J’ai besoin de beaucoup de choses. Chanter devant des stades remplis, comme j’ai pu le faire à Knebworth, c’est effrayant. Mais on m’a souvent dit que je ne serais pas courageux si je n’avais pas peur.

Parlez-nous de votre dernier album, « Escapology »

J’en suis très fier. Je pense que c’est mon meilleur album. On attend beaucoup de moi, et j’ai un projet assez ambitieux. J’aimerais qu’il reste classé longtemps au Top 10. Ca pourrait être mon « Sergent Pepper’s » à moi (NDR : album mythique des Beatles), ou mon « Nevermind » (NDR : album mythique de Nirvana) ou mon « OK Computer » (NDR : album mythique de Radiohead).

Avez-vous des projets au cinéma, comme Eminem ?

Ca ne m’intéresse pas. Il est bien, j’ai vu le film, et je suis un grand fan d’Eminem. Je pense que jouer la comédie est assez idiot. J’ai du respect pour ceux qui le font, parce que j’aime leurs films, mais je pense qu’un métier qui consiste à prétendre être quelqu’un d’autre est assez bizarre !

Donc ça ne vous branche pas de faire l’équivalent de Ozzy Orbourne, un reality-show ?

Non, pas du tout !

Pensez-vous que le rock revient ?

Euh, non…

Alors qu’est-ce qui arrive ?

Moi, je ne prête pas attention à ce qui arrive, ou va arriver. Je me contente d’écouter ou d’acheter ce qui sort.

Vous aimez le hip-hop ?

Oui je chante du « motherfucker Robbie Wlliams »

D’où vous vient cette fascination pour les grandes actrices, comme Nicole Kidman ?

(Il montre son entrejambe) Ca vient d’ici. J’ai l’habitude de sortir avec des célébrités, et c’est bizarre de voir le rapport qu’il y a entre la beauté et la célébrité. Et voici le lien (il remontre le même endroit).

Projetez-vous d’enregistrer d’autres duos avec des actrices ?

Probablement.

Avec quel chanteur ou chanteuse voudriez-vous faire un duo ?

Bono. Il est fabuleux. Ses textes sont si profonds et si humains, il est fabuleux, et j’aimerais vraiment travailler avec lui. Oui avec Larry, le batteur (NDR : Larry Mullen Jr, batteur de U2).

Pensez-vous sortir un album uniquement avec des duos ?

Je ne sais pas ce qu’il va se passer dans le futur. Pour l’instant j’ai un album dont je suis fier. Il s’appelle « Escapology ».

Où préférez-vous donner des concerts ? Vous parlez souvent de l’Angleterre…

En Ecosse, en Irlande. C'est le meilleur public.

Pourquoi ?

C'est le plus passionné. C'est celui qui crie le plus fort. Ils apprécient vraiment le spectacle.

Que représente votre dernier album pour vous ? L'album de la maturité ?

(Robbie fait semblant de vomir). Désolé je ne réponds pas. Ca peut vous sembler impoli, mais...

Est-ce qu’il vous aide à devenir plus mature ?

Plus mature ? J’espère pas !

Vous êtes nominé dans plusieurs cérémonies ce mois-ci, et en Février. Que représentent toutes ces récompenses pour vous ?

Si le vote est fait par le public, c’est super pour moi. Si ça ne l’est pas, je considère ces cérémonies comme un exercice dans lequel il faut que je dise : « j’aime mon album, écoutez le ! »

Avez-vous le temps d’apprécier toutes ces récompenses ?

Pas trop, non. Ce n’est pas que je ne les apprécie pas, c’est que je n’ai pas le temps de les apprécier.

Merci à tous. Au revoir…

Quelques heures après, Robbie chantait « Feel » sur la scène du Grand Auditorium, dans le cadre des NRJ Music Awards. Il avait enlevé ses lunettes…

Site officiel : www.robbiewilliams.co.uk
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 24.02.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés