ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Magic Slim & The Teardrops : Blue Magic (Blind Pig / Dixiefrog)

Magic Slim & The Teardrops : Blue Magic - Little Bob : Libero

La promotion de l’album de Magic Slim était axée sur cette sentence, de son producteur : «Quand j’ai commencé ces sessions d’enregistrement avec Magic Slim, je ne savais pas que j’allais recevoir l’enseignement de ma vie… Je n’avais jamais entendu quelqu’un d’autre chanter ou jouer du blues comme ça avant.» Cela me serait entré dans un œil pour sortir par l’autre, si le producteur en question ne s’appelait pas Popa Chubby, dont le How’d a white boy get the blues ? m’avait renversé.

Popa fait pousser du pur new-yorkais, aux sonorités très urbaines. Le blues de Magic Slim, né voilà 65 ans dans le Mississipi et "monté" à Chicago, est un concentré roots, façon alligator du delta. Mais la guitare reste, chez les deux, l’élément primordial.

Il serait toutefois injuste de faire l’éloge du second par la simple présence du premier aux manettes, même s’il colle son instrument sur quatre titres de Blue Magic. Durant trois quarts d’heure, Magic Slim taillade une leçon, avec une voix d’ours bien léchée et de longues parties instrumentales, où ferraille de la guitare électrique d’entre chien et loup. Derrière, les Teardrops font mieux qu’assurer, notamment une basse pas vraiment en sourdine.


Tout cela est chaud, rugueux, sonne comme un irrésistible appel solitaire. Musique et chant sont garantis de tradition, dans la très haute lignée de Muddy Waters et de John Lee Hooker. Magic Slim ne nous propose pas la révolution du blues mais en pousse l’expressivité à sa plus haute intensité.

C’est toujours l’histoire d’un type à qui il arrive des trucs pas drôle, comme tomber amoureux d’une "evil woman". Enfin bon, il ne lui reste qu’une solution : tailler la route. Chemin faisant, forcément, il tombe sur des embrouilles, ou une autre fille. Ou alors il s’arrête tout seul à la nuit tombante, de préférence au bord d’un fleuve, allume un feu, prend sa guitare et chante, pour les poissons-chats et les serpents, l’irréductible solitude intérieure. La vie, quoi. Avec ses espoirs qui s’envolent et tous ceux qui ne demandent qu’à s’embraser. "I got the blues man / I got it from my heart", chante Magic Slim sur le second titre de l’album, initulé… I’m a bluesman. Personne n’ira le contredire.

« Don’t be nobody’s slave »

En écoutant un tel album, on ne peut s’empêcher de penser à tout ce que le rock, le hard, ou encore le southern-rock, doivent au blues. En un mot : leur existence même. A noter enfin que le Cd comporte une plage vidéo, avec une version de Goin’ to Mississipi tournée dans un garage, sans doute avec la caméra de la MJC du coin. A ce détail près, Blue Magic, que je recommande à tout amateur de musique humaine à guitare, des fans de Rory Gallagher à ceux d’AC/DC période Bon Scott, devrait trouver sans trop de mal à squatter quelques lignes dans la prochaine édition de La discothèque idéale. Rendons hommage à Dixiefrog pour cette sortie -comme pour celles de Popa Chubby d’ailleurs.

C’est l’occasion de rappeler que Dixiefrog accueille également Little Bob. Aussi, même s’il est sorti voici plus d’un an, je ne résiste pas à l’envie de vous prescrire un piqûre de rappel de Libero, son dernier album. Poignant, inspiré et remarquablement exécuté, il ne fait qu’ajouter à tout le bien que l’on pense de notre rock-bluesman du Havre, pour qui Bruce Springsteen composa il y a un quart de siècle Seaside Bar Song.

Avec cet album, Little Bob, Roberto Piazza de son vrai nom, rend hommage à ses parents. Libero, c’est le prénom de son père et le titre du premier morceau. Il y rappelle la vie de cet immigré italien, anarchiste fuyant le fascisme, qui sua à l’usine pour la maigre croûte et le toit de sa famille : "Libero says to his son my name means that I’m free / Don’t be nobody’s slave my lil’ man stay free".

Esclave, Little Bob l’est pourtant, avoue-t-il dans la deuxième chanson, mais du rock’n’roll : "I’m unchained to this music / From basement to the roof of Paradise." La troisième raconte une expérience quasi mystique en concert. Et ainsi de suite. Pendant que la République piétine sa devise liberté-égalité-fraternité, que le music-business fait une loi du triptyque pognon-abrutissement-nullité, Little Bob continue de faire vivre son credo : sincérité-intégrité-générosité.

Au-delà des rapprochements musicaux, c’est dans cet état d’esprit que Magic Slim et Little Bob sont de la même espèce. Des types fidèles à eux-mêmes, habités par leur musique. Des résistants, en somme.

http://www.bluesweb.com/artistes/nmagicslim.htm
http://littlebob.free.fr
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 31.03.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés