ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

En attendant le festival

En attendant le festival "Sous le soleil exactement"

A partir de cette année, la Dracénie pourra s'enorgueillir de compter un nouveau festival. Prévu les 14,15 et 16 Août, le festival "Sous le soleil exactement" est bien parti pour faire un carton. Il faut dire que voir débarquer Yuri Buenaventura, Kana, Tryo et Popa Chubby à Draguignan relevait, jusqu'à présent, du rêve…Mais ce rêve est en passe d'être réalisé. La jeunesse jubile, et toute la région de Draguignan est désormais en effervescence…

Que faire le 15 Août à Draguignan lorsqu'on vient d'avoir 17 ans ? Réponse : rien. Michel Martig, producteur parisien ayant une résidence d'été dans la région, en est arrivé au même constat. Doté d'un fort caractère, il l'a mis a contribution en allant voir les élus locaux, et en leur proposant une idée qui aurait pu paraître folle : un festival à Draguignan. Et grand bien lui en a pris, car d'après ce que j'ai pu constater lors de la conférence de presse donnée il y a quelques jours, les élus locaux, et notamment la municipalité, ont un peu de mal à comprendre la logique et l'intérêt d'un événement musical de cette ampleur. Certaines réflexions entendues à cette occasion seront compilées dans notre bêtisier de l'année…

Pour ce faire, cet ancien manager de Bernard Lavilliers a réuni quelques-uns de ses "copains" comme il se plaît à le dire, parmi lesquels Jean-Michel Boris, ancien directeur de l'Olympia, salle o combien mythique du Bvd des Capucines, pendant 46 ans. Inutile de vous préciser que les élus ont été sensibles à ces références…


Plusieurs mois plus tard, le Parc Haussmann s'apprête à ouvrir ses portes pour le festival "Sous le soleil exactement". Prévu les 14,15 et 16 Août prochains, la première édition de ce festival vise clairement un public éclectique, grâce à une programmation alliant les musiques "chaudes", le blues ou le rock.

Le festival commence sur les chapeaux de roues avec une soirée salsa. Barbarito Torres et Yuri Buenaventura vont se partager la scène. Le premier arrive de Cuba, et débarque en France pour la première fois en solo. Son nom ne vous dit peut-être rien, mais sachez que Barbarito Torres faisait partie du collectif Buena Vista Social Club, et est surnommé, par les amateurs de salsa : "el rey del laud" (le roi du lud). Précisions que le quotidien américain "New York Times" a même osé une flatteuse comparaison avec une légende du rock'n'roll, puisqu'il l'a surnommé le "Chuck Berry cubain" !

Le second est un habitué de la région où il aime à se produire. Yuri Buenaventura nous revient avec un troisième album aux sonorités colombiennes : son, salsa, tango, paso… Celui qui a tout abandonné pour se consacrer à sa passion, la musique, a été révélé au public français par une étrange version d'une des chansons les plus tristes du répertoire français : "Ne me quitte pas", du grand Jacques. La suite, on la connaît : il est le premier artiste salsa à être disque d'or. Celui qui a débuté sa carrière avec (et même grâce à) Tito Puentes et Orlando Poleo va multiplier les aventures musicales, et va oser reprendre des chansons d'Elton John ("Your song" devenue "Tu cancion"), de la Mano Negra ("Mala vida"), de Michel Fugain ("Une belle histoire"), ou de Michel Legrand ("La chanson des jumelles")…

Précisons que cette soirée sera un vibrant hommage à deux grands de la musique "caliente" qui viennent de nous quitter : Compay Secundo, leader du Buena Vista Social Club, qui fut révélé au grand public l'année de ses 90 printemps, et Celia Cruz, surnommée la "Reine de la Salsa".

Le deuxième jour sera orienté reggae / ragga avec, en tête d'affiche, Kana et Tryo. La production du festival a cru bon de préciser "Kana, classé au Top 50". Inutile ! Qui ne connaît pas Kana ? Qui ne s'est pas surpris, un jour de Mars, à fredonner "j'ai des petits problèmes dans ma plantation…". Leur histoire relève du conte de fée. Après un premier album quasi-confidentiel (40 000 ventes), Kana a la bonne idée de remporter le tremplin musical qu'il faut : celui de l'Elysée Montmartre. Le premier prix était une participation au Garance Reggae Festival à Bercy, et vous savez quoi ? Ils ont gagné ! Les voici à Bercy, devant 15 000 personnes. A l'issue de ce concert, le doute n'est plus permis : Kana est LE groupe qui monte. Direction Dakar, pour enregistrer leur deuxième album, "Entre Frères", dans les studios de Youssou N'Dour. Quelques mois plus tard, leur single "Plantation" s'était vendu à plus de 300 000 exemplaires. Le succès, ça pousse comme ça… Après avoir mis le feu à Cannes (voir par ailleurs…), il y a quelques semaines, les 7 musiciens de Kana viendront répandre leur chant "aromatique" à Draguignan…

Les 4 musiciens de Tryo, quant à eux, représentent clairement la chanson festive engagée. Délicieux mélange acoustique, ils n'hésitent pas à dire tout haut, et en mélodie s'il vous plaît, ce que les autres pensent tout bas. Leur dernier album, "Grain de sable" remet les idées en place…

Comme dans tous festivals, enfin comme dans tous les festivals qui sont plus intéressés par l'artistique que par le financier, place est faite aux groupes locaux. Cette année, Raspigaous (venant de Marseille, comme le précise la production) et les Parkinsonians (venant de Fayence) auront la chance de se produire en ouverture de la soirée reggae pour les premier, et de l'ultime soirée pour les second.

Et cette ultime soirée, le 16 Août, verra débarquer le roi du blues bien gras : Popa Chubby. Que dire sur Popa, qui m'a enchanté lors du Nice Jazz Festival 2002 ? Il est l'inventeur, et le seul représentant, du New York City Blues, "une musique crue, urbaine et qui t'en met plein la gueule. Un truc vrai, réel, honnête, sans perte de temps, no faux-semblant". En clair : ça te rentre dans le lard ! L'idole de la presse spécialisée blues viendra distiller la bonne parole à Draguignan. Son dernier album, "Live at fip", fait un carton dans les charts…

La production a précisé que cette soirée serait une soirée "surprise"… Et la surprise a été révélée il y a quelques jours, à l'occasion d'une conférence de presse, au cours de laquelle on a pu mesurer l'impact du festival sur les esprits : c'est un vrai feu d'artifices. En effet, après le feu d'artifices, prévu aux alentours de 22h30, deux groupes aideront les derniers fêtards à terminer la nuit : Karma 'Sutra, qui fait de la musique à déraciner les arbres centenaires du Parc Haussmann, et Junior Sound System, champions de France des sound system, comme la production aime à la préciser… C'est un peu dommage d'avoir programmé des artistes après la tête d'affiche, mais, au moins, il y en aura pour tous les goûts.

Quoiqu'il en soit, la bonne surprise vient du prix : 24 euros en prevente, 25 euros le soir-même… Les habitués des festivals, comme moi, peuvent apprécier ce tarif à sa juste valeur : ce n'est vraiment pas cher ! A titre de comparaison, le prix moyen des locations dans les autres festivals de la région oscille entre 30 et 35 euros… Alors… Ne vous privez pas !

Site officiel du festival : www.ambfrance.com/soleil

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.08.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés