ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

ALAIN SOUCHON ‑ « Au ras des pâquerettes »

ALAIN SOUCHON - « Au ras des pâquerettes »

  C’est une fois de plus assisté par son ami Laurent VOULZY, mais également maintenant par le fiston SOUCHON (Pierre) qui avait déjà mis sa patte à l’ouvrage dans l’album de 93 « C’est déjà ça » avec «Le fil » - Charles (l’autre fiston) s’occupe, lui, du site : www.alainsouchon.net.... -, c’est donc en famille que notre Alain national largue son dernier opus, l’air toujours aussi ahuri, à peine émergé d’un autre système planétaire (cf. : l’indomptable chevelure mousseuse, le rêve dans les yeux et la démarche molle, élastique - en quasi-lévitation...).  Toujours inimitablement nostalgique et mélancolique, La souche nous baigne ici dans un vent d’embruns froid, de soleil blanc, de bestioles ailées et d’herbe coupée. Très vert et grandes vacances, son oeil aiguisé s’en prend à notre société laideronne et sinistre (pas à la hauteur de son potentiel, décevante....), à ses gâchis surtout - la pollution, la vogue, la bêtise, l’indifférence, l’habitude, la misère, le progrès, le modernisme, le luxe, les outrances.... Bref, pas gai tout ça ; mais un point de feu au loin, sorte de lampadaire dans le noir des nuits vides, comme la lumière d’un phare (joli faisceau clair entre les étoiles) : l’Amour ! Et même, Alain “dictone” en page du milieu (la belle photo centrale de Stéphane Sednaoui : divan jaune doré, dame maigre et nuageuse en robe du soir noir et Souchon, pensif à côté, dans une bergère royale d’un or coordonné), il “précepte” voire “axiome” avec cette petite phrase très douce : “L’amour toujours est un bon sujet, à cause de toujours”...  Alors que trois singles - « Rive gauche » (texte et musique  : Alain tout seul), « Tailler la zone » et « Une guitare un citoyen » (toutes deux issues du complot Souchon / Voulzy) - ont déjà contribué à nous faire saliver au-dessus de l’album, je viens en rajouter une couche ; et splatsh ! Car le tout, vraiment sympathique, mérite un bon point et notre attention. Bien sûr, ça « moulinette » un peu (comme le dit l’interprète lui-même mais au sujet du seul titre « Rive gauche »), ça tourne et ronronne sans stupéfaction ni cassure, mais bon... Pourquoi casser ce qui va tout seul ? Après tout, on prend bien plaisir à regarder tourner le linge à travers le hublot d’une machine à laver !... Une fois posés la rythmique et le riff, on continue à faire rouler la sauce, incessamment, sans heurt. De fait, chaque morceau nous offre un nouveau tour de manège à dos de canasson de bois, d’une nouvelle couleur, mais qui comme l’autre grimpe et descend, grimpe et descend, grimpe et descend...  Néanmoins, cette ambiance rengaine sied à la perfection à la lourdeur poisseuse, malsaine et écoeurée, à cette pesanteur, cette touffeur qui signent, entre tous sentiments d’impuissance et de suffocation, l’atmosphère Souchon - sans doute jamais si manifeste que dans « Le dégoût » (Ed : RCA , 1978 ). Simplement, Souchon a vieilli et sa colère d’antan, sa révolte se sont mues en une sorte de sagesse résignée. Cela-dit, pas totalement désespérée, sans quoi il ne chanterait plus... A quoi bon ? Et pourquoi faire ? Et pour quoi dire ? Et toucher qui ?... Bref, tout serait morose. Mais lui non, et quoi qu’on en dise. Car la nature profonde de Souchon est toute imbibée d’optimisme : il n’y a qu’à voir comme il s’émeut devant les nuages ou la fraise, les sucreries, les vagues, les papillons citron, les jupes courtes, la jeunesse... (pour l’exemple, on retrouve Renaud LETANG aux commandes des mix. ; il avait 23 ans lors du dernier album, donc 30 maintenant ce qui reste jeune, mais cette fois il s’occupe en prime des arrangements et programmations, y collaborant avec le guitariste Franck PILANT.) L’amertume n’a pas tué l’espoir : toute la poésie et la légèreté ironique du baroudeur blessé ont mystérieusement été préservées. Une fantaisie veille au fond de lui en son état originel, pur, édénique, idéal, inviolé... Tant mieux si le meilleur résiste aux méchants hématomes du sort.  Dix jolies mélodies vous attendent donc dans cet album à l’esthétique parfaite (belle qualité du papier brillant  pour le livret, sobre et chic) - dix fleurs tragiques, dont  « Au ras des pâquerettes », le succès manqué du titre de l’album (dommage !... elle l’aurait mérité) ; « Petit tas tombé », le tristissime reggae des Souchon père et fils ; ou la pianistique « Cartepilar » de Souchon seul, avec notamment sa jolie phrase (innocente comme il sait les faire) : « les filles nous font pas peur / parce qu’elles sont toutes petites ». Le seul sentiment que ce CD nous laisse au fond, c’est que tout est passé trop vite... « L’horrible bye-bye », quoi ! Alors on y retourne. Et ça tourne...



Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés