ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

De La Soul, la Old School ne meurt jamais

De La Soul, la Old School ne meurt jamais

Des voix qui bouleversent et bousculent les pâles semblants de vibrations actuelles, des voix que l’on reconnaît ou pas, des voix qui jouent entre elles et provoquent l’harmonie,  une excellente diction pour des mots qui mordent parfois, le Message passe, des voix qui se font écho. « All Good » lorsque De La Soul délie sa langue qui se multiplie dans leur dernier album « Art Official Intelligence ». En effet, on y retrouve en featuring des fidèles du hip-hop tels que Mike D des Beasties Boys, Busta Rhymes ou encore Shaka Khan. Alors voilà, des titres qui sèment le trouble, sans d’autre garde fou que celui d’empêcher de sombrer dans la vulgarité, une cité US qui ressemble à celle que l’on chante en français, du freestyle tellement presque parfait qu’on s’y croirait. « Trouble » paraît comme une longue marche, tandis que les actions se déroulent sous nos yeux qui écoutent et qui voient.

De la Soul ne se réclament pas du réalisme mais touchent un genre qui s’en approche : leur musique. Leur musique est riche, sans bruits indélicats ni agression onomatopéenne ; elle n’est jamais répétitive, ni saturée à outrance : elle se laisse venir et aller, se laisse prendre. Et puis le rythme nous démange…

L’intro fait entendre des voix d’enfants, enchaîne sur un premier titre optimiste « U can Do » : la vie que l’on se choisit, les libertés qu’on se donne. Sans transition, « My writes  relance l’intonation qui se veut plus marquée: ils ne revendiquent pas, même si le « Hollywood burns » des Public Enemy et le rire inspiré de Flavor Flav résonnent, ils exposent le côté obscur. « Squat » reste mon préféré, peut-être aussi parce que le ton de Mike D sied à merveille pour ce pur moment de Hip Hop.

Un écrin de musiques urbaines : « Art Official Intelligence » apparaît comme le lien messianique qui nous fait espérer qu’il existe autre chose que du break de récup’. Queen Latifah, rassures-toi, ils sont tes dignes représentants !



Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 04.02.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés