ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Les Talents du Sud 2003

Les Talents du Sud 2003
Encore une opération réussie pour A Capella !

En vous promenant sur la Croisette, vous ne pouviez passer à côté d’un événement exceptionnel. En effet, en marge du MIDEM se déroulaient, dans le cadre prestigieux du Noga Hilton, les soirées des Talents du Sud. « Exceptionnel »… Pourquoi me direz-vous ? Et bien pour au moins deux raisons.

La première est qu’il est quasiment impossible d’organiser une soirée, et a fortiori cinq soirées, aux abords du Palais des Festivals (NDR : L’hôtel Noga Hilton est à 250 mètres du Palais), sauf si on est LA radio des « hit music only », ou si on est LE label électro au nom égyptien… Et voilà que l’association A Capella, basée à Cagnes-sur-Mer, réussi à convaincre, pour la troisième année consécutive, le Noga Hilton, la Fnac, RTL2, Le Studio Marylin, et… Amb France Music. Résultat ? Cinq soirées d’une qualité irréprochable à quelques mètres du Palais, avec un public composé, pour les trois quarts, de producteurs et autres professionnels de la musique venant se détendre après une longue journée.

La deuxième raison, et non des moindres, est la chance qui a été donnée aux musiciens jouant lors de ces soirées. La sélection artistique a dû être assez compliquée, l’association ayant reçu plus de 100 maquettes, mais je dois dire, en essayant de rester le plus objectif possible, que Philippe Delmas et son équipe ont fait preuve d’un choix très sûr, avec quelques surprises.


Je dis « surprises » car le deal de départ était de faire jouer des artistes régionaux, résidant tous dans la région PACA, non signés par un label. Et au fil des soirées, je me demandais pourquoi aucun label ne les avait encore pris sous son aile. La majorité des artistes ayant joué lors de ces cinq soirs ont un dossier de presse à faire pâlir n’importe quel musicien, et surtout, des qualités techniques, artistiques et humaines qui rendent inadmissible le fait que labels, parisiens pour la quasi totalité, ne les connaissent pas encore. Donc, messieurs les D.A, n’oubliez pas que l’avenir de la musique est le musicien, et non pas le quidam mal coiffé, mal habillé, mal lavé et malpoli qui passe à la télé, en prime time. Délocalisez-vous, ou envoyez des espions écouter les musiciens qui se produisent dans la région ! Certes, la région PACA est le fief de Loana, Jenifer, Priscillia ou Cécilia, mais nous avons aussi des chanteurs et chanteuses !

Et dans la série des musiciens qui chantent juste et jouent en direct, certains artistes des Talents du Sud m’ont époustouflé !

Après avoir entendu Los Gipsy Reyes en soirée d’ouverture, la deuxième soirée débute par la prestation d’une ravissante petite jeune femme, Christina Rosmini. Grâce à un mélange de chanson française et de sonorités méditerranéennes, et entourée de cinq musiciens, dont un accordéoniste et un guitariste surdoué ; elle a fait naviguer le cœur du public entre Andalousie, Sardaigne et … le Paris de l’Entre-Deux Guerres. Car la belle tient à son style : chanson française aux accents méditerranéens. Par conséquent, elle se rapproche plus d’Enzo Enzo que d’Alabina. Outre ses indubitables atouts physiques, elle possède LE petit plus qui fait d’une chanteuse une star : le charisme. La scène est sa deuxième maison. Ca se voit et ça s’entend.

A peine remis de la prestation de Christina, je ne savais pas encore que j’allais me prendre une autre claque. C’est alors que débarque le groupe Juice. Les amateurs de trip-hop étaient aux anges. J’avais parcouru le dossier de presse, et j’avais un a priori positif sur ce groupe. En effet, comment un groupe ayant joué au MCM Café, ou en première partie de FFF, Macéo Parker, I am, Malka Family ou Le Peuple de l’Herbe, pourrait-il être mauvais ?

Les cinq musiciens et la chanteuse, Lena, se mettent en place, et là … Dès le premier morceau, le ton est donné, une ambiance se créée, et le public accroche. Que dire de plus ? C’est cinquante minutes de pur bonheur où les guitares côtoient les platines, et la batterie flirte allègrement avec les sampleurs. Moi qui avais peur que ce soit de la « dark trip hop », je suis rassuré. En fait, ça se rapproche plus de l’acid-jazz, et de groupes comme Rad. Visiblement, le groupe est déjà bien rodé à la scène. Le son est propre, et Lena dégage une présence hallucinante…

Toujours dans la même soirée, voici une artiste dont j’entends parler de plus en plus : Kitto. Et je comprends maintenant pourquoi tout ceux qui l’ont vu ont été subjugués. Alors que les deux chanteuses qui l’ont précédée sont la sensibilité à l’état pur, Kitto est une australienne qui s’affirme. En clair, elle ne verrait aucune objection à faire un bras de fer avec un camionneur. C’est lorsqu’on assiste à un concert de Kitto que l’on mesure la nullité de certains labels français. Elle est, en effet, une star dans son pays, l’Australie, ainsi qu’en Suède... Mais en France ? Rien, nada, nothing… Bon, tout ça c’est très bien, mais c’est quel style ? Bonne question jeune padawan, c’est là où ça devient intéressant. On ne sait pas. Pop ? Grunge ? Rock alternatif ? Folk ? Le mystère reste entier… On l’a souvent comparé à Janis Joplin ou Marianne Faithfull… Je pense que pour actualiser quelque peu les étiquettes, il serait pas mal de la comparer à Curt Cobain. La différence entre les deux est qu’elle n’est pas psychotique et prend moins de coke. Par contre, les ressemblances sont flagrantes, notamment au niveau du chant. Longtemps décrite comme un « caméléon vocal », Kitto peut, au besoin, changer totalement sa voix, passant de l’extrême grave au suraiguë. Au début du concert, de loin, on aurait pu croire que c’était un mec qui chantait. Par contre, lorsque, malgré son rhume, elle a commencé à « envoyer », le doute n’était plus permis ! Elle a littéralement mis le feu au Noga Hilton, et certaines personnes ont tellement apprécié le spectacle qu’ils sont retournés la voir et l’écouter jeudi soir, au Cinéma Espace Centre de Cagnes sur Mer. Pour réactualiser une fois de plus les étiquettes, nous pourrions faire un parallèle avec Alanis Morissette. Ce sont toutes les deux des filles, elles jouent de la guitare, elles écrivent et composent, elles n’ont pas la voix de la Callas, mais un timbre cassé que j’adore, et sont signées sur des petits labels indépendants. Alanis est sur le label Maverick, crée par Madonna, et Kitto a monté son propre label, Whosjack, pour conserver sa propre ligne artistique, et ne pas céder devant les majors. Son dernier album, « Princess of Tragedy » est une pure merveille. Pour être sûr de le trouver, visitez donc le site en ligne de la fnac, www.fnac.com.

Le lendemain, mes oreilles ont été attirées par le groupe Killkenny. Ce qui est bien, c’est qu’on ne risque pas d’oublier un nom comme ça ! Il suffit d’aller dans un bar, et de commander une bière, ou de regarder South Park pour se rappeler d’eux. Influencé par la power pop californienne, le répertoire de Killkenny se trouve à mi-chemin entre Weezer et Blik 182. Le dossier de presse les décrit même comme l’enfant illégitime d’un couple dont le père et la mère se nommeraient respectivement « The Beatles » et « The Ramones », cousin d’un « NoFx », le tout buriné de lourd et puissants tempos. En tant que fan inconditionnel et intemporel des Fab Four, je ne vois pas de rapport avec les Beatles, mais bon… Comme il est de bon ton de se dire influencé par eux… Autant le dire tout de suite, j’ai craqué et j’ai adoré. Voilà, j’ai dressé le tableau, je ne pourrai pas être totalement objectif !

Le groupe a sorti son premier album en Mai 2002, sur le label marseillais Kosmic Associés. Cet album est distribué par Mosaic Music. Depuis, ils suivent le réseau habituel de beaucoup de groupes : forums fnac, playlist sur le Mouv et Oui Fm, festivals pourris, La Maroquinerie, Le Divan un Monde…Rien d’original… Ce réseau commence à être saturé, et en plus, on retrouve les mêmes références dans tous les dossiers de presse, donc, on n’y fait plus attention.

La différence entre Killkenny et les autres groupes, c’est qu’ils ont joué sur la Croisette, pendant le MIDEM, et que leur label était représenté pendant le salon. En clair, leur manager rencontrait des professionnels à l’intérieur du Palais, et invitait tous les contacts potentiellement intéressés au concert du soir. Le groupe pendant ce temps ne s’occupait que de leurs balances… Très bonne stratégie qui a permis aux professionnels de découvrir le groupe en condition réelle, en live. Gageons qu’avec de telles qualités musicales, les choses vont s’accélérer quelque peu… Pour ceux qui achèteront l’album, je recommande d’écouter les chansons « I put a spell on you » et « Miniwinni ». Des tubes en puissance !

Dernier groupe qui m’a tapé dans l’œil et dans les oreilles : LoOp. Pour présenter ce groupe, commençons, comme les mauvais journalistes, par copier le dossier de presse : « LoOp est à la base un duo formé par Laurent Kouby, batteur /pianiste/sampleur et Nicolas Dubrocard Dj/Sampleur, formé fin 1998. Les morceaux sont crées en mixant des samples et des enregistrements de mélodies jouées par des musiciens. LoOp sculpte ses créations au gré de ses influences ethno-vibes, jazz, musiques électroniques et traditionnelles trip hop, afro, drum & bass, hip-hop. Leur expérience au service de la recherche sonore en font des artisans de l’électronique. Cette électro-acoustique de LoOp est agrémentée de mix ethniques, de boucles samplées et de transgroove instrumentaux : piano, multi-effet, batterie, Dj, guitare, sampling, cuivres… » Voilà pour la présentation du groupe. Après avoir changé plusieurs fois de musiciens, le groupe actuel est composé d’un batteur / pianiste (Laurent), d’un bassiste / guitariste (Didier) et d’un dj (Nicolas). La chose remarquable est que dans beaucoup de groupes, les samples sont déclenchés par le dj. Alors que chez LoOp, les trois musiciens utilisent des sampleurs et synchronisent en live les différents samples. Ce qui est une performance ! En plus, le batteur passe au clavier, et le bassiste joue aussi de la guitare. Vous l’aurez compris, l’intérêt est aussi visuel.

D’ailleurs LoOp a longtemps utilisé un video dj qui projetait des images pendant le concert. De plus, leur look attire forcément les yeux. Ils ont tous les trois habillés en tenue de chantier. Vous savez cette immonde salopette orange presque fluo… Manque plus que le casque !

Une autre chose est remarquable : la formation est modulable. Ainsi avant de jouer le soir au Noga Hilton, le groupe LoOp avait un show case à la Fnac de Cannes (comme quasiment tous les groupes programmés aux Talents du Sud). Ils y ont présentés une formation « acoustique », c’est à dire sans batterie. Les rythmes étaient déclenchés depuis un clavier par Laurent.

Leur dernier album, « Entourloupe 3 », paru sous leur label et distribué par Nocturne, est une pure merveille. Restez à l’écoute car on va sûrement entendre parler d’eux bientôt.

En conclusion, cette troisième édition des Talents du Sud est un excellent cru. Beaucoup de styles musicaux ont été représenté, du rock au jazz, en passant par la salsa, le ragga, la trip hop, l’electro… La programmation artistique a été sans failles. Gageons qu’on va bientôt entendre parler de beaucoup de ces groupes.

Notons aussi qu’A Capella programme des concerts toute l’année, principalement à Cagnes sur Mer (Cinéma Espace Centre). C’est ainsi qu’à peine les Talents du Sud terminés avait lieu une soirée pop-rock avec Intravagancia et Kitto (le 23 Janvier), qui fut une belle réussite aussi. Les prochaines dates sont : le 13 Février avec Los Babasons et El Conjunto Massalia (soirée salsa) ; et le 17 Avril avec Caligagan et Mister Gang (soirée reggae).

Pour être tenu informé des prochains concerts, ainsi que des ateliers de sensibilisation à la musique organisés par A Capella, visitez donc leur site : www.a-capella.org

Pour en savoir plus sur les activités d’A Capella, vous pouvez lire l’interview de Philippe Delmas, en cliquant ici : www.ambfrance.com/actualites/capella.htm

Site officiel de Christina Rosmini : pas encore. Pour tous renseignements, contactez A Capella : www.a-capella.org

Site officiel du groupe Juice : www.juicefamily.com
Site officiel de Kitto : www.listen.to/jane.kitto
Site officiel du groupe Killkenny : www.killkenny.info
Site officiel du groupe LoOp : www.loopsound.org

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 27.01.2003

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés