ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Toto : Through the looking glass

Toto : Through the looking glass
(Capitol)

Le 15 Octobre 2002 sort le nouvel album de Toto, « Through the looking glass ».

Au risque d’en décevoir certains, qui s’attendaient à une série de tubes « totesques », il s’agit là d’un album de reprises. Mais avant d’en dire plus, il me semble nécessaire de revenir sur la carrière légendaire, mais ô combien chaotique, du groupe Toto.


En 1976, Jeff Porcaro (batterie) et David Paich (claviers), deux musiciens de studio reconnus qui ont déjà joués ensemble dans plusieurs groupes universitaires, décident de monter un nouveau groupe. Pour cela, ils font appel au guitariste Steve Lukather, à Steve Porcaro (claviers), le jeune frère de Jeff, au chanteur Bobby Kimball, et au bassiste David Hungate. La légende veut que ce soit Jeff qui trouve le nom du groupe, Toto, après avoir vu « Le magicien d’Oz ».

En Septembre 1977 sort leur premier album, contenant les tubes "Hold the line" (leur premier single), "I'll Supply The Love" et "Georgy Porgy". Ils sont meme nominees aux Grammy dans la catégorie "Meilleur Nouvel Artiste". Pas mal pour un début, non ?

S’en suit une série impressionnante d’albums. En 1979, le groupe sort son deuxième album, « Hydra », contenant le méga tube « 99 » (inspiré par le film de George Lucas : THX- 1138)

En 1981 sort l’album « Turn Back ». Mais bizarrement aucun single… C’est déjà la fin du groupe ? Non, car l’année 1982 va inscrire définitivement Toto au Panthéon du Rock. C’est en effet cette année-là que sort l’album « Toto IV », qui contient les chansons « Africa » et « Rosanna ». Ai-je besoin d’en dire plus ? A partir de ce moment, la renommée de Toto parcourt le monde, mais c’est aussi à partir de ce moment que les musiciens commencent à changer. Avant la tournée « Toto IV », David Hungate, le bassiste, quitte le groupe. Il est remplacé par Mike Porcaro (le frère des deux autres…)

Durant l’année 1983, Toto accumule les victoires aux Grammy Awards. Pas moins de 6 Grammies : Album de l’année, Single de l’année (pour « Rosanna »), Producteur de l’année, Meilleur Arrangement Instrumental, Meilleur Arrangement Vocal, Meilleur Enregistrement de l’année.

Après la tournée, Bobby Kimball est remplacé par Fergie Frederiksen au chant. En ce début d’année 1984 sort l’album « Isolation », qui contient les singles "Stranger In Town" et

"Holyanna". Durant l’été, Toto enregistre même un morceau instrumental, "Moodido", destiné aux Jeux Olympiques ; et compose la musique du film « Dune », de David Lynch.

En 1985, à l’initiative de Michaël Jackson et Lionel Ritchie, Toto participe à l’album « USA for Africa ». En 1986, le groupe sort l’album « Fahrenheit » avec un nouveau chanteur : Joseph Williams (le fils de John Williams). Pourtant le single issu de cet album, « I’ll be over you », est chanté par Steve Lukather. Parallèlement au groupe, Steve va accompagner Jeff Beck et Santana au Japon. C’est là qu’il rencontre Simon Phillips pour la première fois (NDR : C’est important pour la suite…).

En 1987, après leur tournée mondiale, Steve Porcaro quitte Toto, mais continue à travailler sur le prochain album du groupe : « The Seventh One ». Dans cet album, Toto est revenu au son qui a fait la gloire de « Toto IV ». Résultat ? C’est encore le carton, avec les singles "Pamela" et "Stop Loving You". Et hop, c’est reparti pour une tournée mondiale, après laquelle Joseph Williams quitte le groupe.

En 1989, Steve sort son premier album solo, « Lukather ». Il tourne au Japon avec Jeff Beck, et monte un groupe avec Jeff, Los Lobotomys, composés uniquement des meilleurs musiciens de studios américains. Ce groupe sort d’ailleurs un album live qui fracasse.

Avant de continuer, une petite pause. Soufflez un peu et prenez un soda…Pour ceux qui ont suivi, vous avez pu remarquer que le groupe Toto a toujours eu des problèmes de musiciens, et plus particulièrement de chanteur. Attendez, ce n’est pas terminé !

En 1990, le groupe sort un best-of, « Past to Present », ainsi que le single "Out of love". Dans le même temps, le groupe parvient à faire revenir le chanteur d’origine de Toto : Bobby Kimball. Ils projettent d’enregistrer de nouveaux titres avec lui, de sortir un album, de faire une tournée… Bref, la totale ! Mais la maison de disques les force à engager Jean-Michel Byron pour l’album et la tournée. Après la tournée, l’avis est unanime. La maison de disques, le groupe et les fans le disent en choeurs : Jean-Michel n’est pas à sa place pour représenter le groupe Toto. Goodbye...

Après le départ de Byron, en 1991, Steve Lukather assume enfin le rôle de chanteur. Toto commence à écrire des chansons pour leur prochain album, et se produisent dans des festivals européens, y compris dans le cadre du prestigieux Festival de Montreux.

Le 5 Août 1992, peu de temps après la sortie de l’album « Kingdom of Desire », Jeff Porcaro meurt d’une réaction allergique à l’insecticide qu’il rependait dans son jardin.

Le groupe a une très lourde décision à prendre. L’album vient juste de sortir (NDR : Le dessin de la pochette est d’ailleurs l’œuvre de Jeff), et la tournée est déjà sold-out. Toto décide donc de repartir en tournée, et c’est à Simon Phillips qu’incombe la lourde responsabilité d’assurer les parties batterie. Imaginez donc le poids qui pèse sur ses épaules ! Durant cette tournée, l’ambiance est lourde ; à tel point que l’on, se demande si ce n’est pas la dernière tournée du groupe. Suite à cette tournée mondiale, Simon Phillips devient titulaire du groupe et Toto sort l’album live de la tournée, « Absolutely Live » en 1993.

En 1995, Toto enregistre son premier album studio avec Simon à la batterie : « Tambu ». Le premier single, "I will remember" se vend très bien, et est certifié or dans plusieurs pays européens. Toto décide de partir en tournée, mais Simon Phillips est contraint de déclarer forfait pour des problèmes de dos. Il est donc remplacé, provisoirement, par Gregg Bissonette. Simon revient au début de l’année 1996 pour assurer la seconde partie de la tournée.

Après cette tournée, Toto décide de faire un break pour permettre aux musiciens qui le souhaitent de sortir leur album solo. Fin 1997, David Paich et Steve Lukather commence à rechercher dans leurs vieilles bandes, des bases de chansons pour l’album « Toto XX », célébrant leurs vingt ans de carrière. En Mai 1998, l’album sort enfin. Pour fêter l’événement, Toto invite les anciens membres du groupe dans des showcases. C’est ainsi que nous voyons revenir Bobby Kimball, Joseph Williams et Steve Porcaro, mais uniquement pour des concerts ponctuels, lors desquels ils s’amusent à rejouer les anciens morceaux ("Hold the line" …) avec les chanteurs originels.

Comme Toto a pris beaucoup de plaisir à exhumer ces vieux morceaux, ils proposent à Bobby Kimball de travailler avec eux sur leur prochain album, et même, à les accompagner en tournée. En Mars 1999 le groupe sort l’album « Mindfields » et part immédiatement en tournée. A l’issue de cette tournée, en Octobre, sortira l’album live judicieusement intitulé « Livefields ». En Novembre 2001, Toto commence l’enregistrement d’un nouvel album dans les studios de Simon Phillips…

« Through The Looking Glass » sort le 14 Octobre 2002. L’originalité de cet album réside dans le fait qu’il est uniquement compose de reprises. Et oui ! Il ne faut pas oublier que le groupe Toto est composé de musiciens de studio, habitués à jouer sur les chansons des autres, donc… Juste retour des choses. Ils ont décidé d’enregistrer un disque de chansons empruntées à leurs artistes favoris et amis.

« « Through the looking glass » nous a permis de remettre en perspective ces artistes qui nous ont influencés, d’une manière ou d’une autre, tout en rendant hommage à leur musique », précise Steve Lukather. « Ce disque représente le cercle que nous avons inscrit ensemble durant toutes ces années, et je suis extrêmement heureux de fêter ça avec un tel groupe ! », dit en riant Bobby Kimball.

Ce nouvel album s’ouvre sur un titre de Bob Marley, "Could you be loved", qui sera le premier single extrait de cet opus. Le son est moderne, dynamique sans jamais être agressif. L’arrangement de ce standard de reggae en scotchera plus d’un sur son siège ! Je déteste le reggae, mais j’ai beaucoup apprécié cette version…

S’en suivent une série de chansons plus ou moins connues. Comme d’habitude, les « lead vocals » sont partagés entre Bobby, Steve et David. La reprise de Walter Becker et Donald Fagen, " Bodhisattva" rappelle étrangement la musique du flic de Beverly Hill. Après ce standard des années 80, nous arrivons à la première perle de cet album. La reprise d’une des plus belles chansons du regretté George Harrison : "While my guitar gently weeps". Moi aussi, je suis au bord des larmes. Cette chanson était parue, à l’origine, sur le White Album des Beatles, en 1968, avec dans le rôle du guitariste solo, Eric Clapton. Que dire ? La programmation des claviers est assez remarquable, et surtout, c’est une chanson que personne n’avait jamais osé reprendre. Vite ! Il faut que Capitol la sorte en single. Très bel hommage…

Puis arrive "I can’t get next to you", une des chansons que je ne connaissais pas. Un riff blues-rock, des cuivres dynamiques, une voix à la Joe Cocker… Bien.

En cinquième position, nous retrouvons la deuxième perle de l’album. La reprise de Stevie Wonder : "Living for the city". Aaaaaaaah ! Ca fracasse. La voix de Bobby est presqu’aussi agressive que celle de Stevie (NDR : Il suffit de lire le texte pour comprendre d’où vient la « haine »). Là aussi, les programmations font des ravages. Le son de guitare de Luke est gras comme il faut… Et en plus, ils ont même samplé une montée orchestrale des Beatles… L’arrangement est vraiment bien pensé, même si on ne s’éloigne pas assez de l’original à mon goût.

Puis une surprise. Le medley fétiche d’Herbie Hancock : "Maiden Voyage / Butterfly", repris façon jazz-rock, avec le thème joué à la guitare. Ce qui est hallucinant, c’est que le morceau commence à la façon Pat Matheny… Innovant, original, et en plus, ça m’a réconcilié avec la musique d’Hancock. Bref, une réussite. Continuons de faire le tour de cet album, avec la reprise d’Elton John : "Burn down on a mission". Ce qui choque dans le cas présent, c’est que la reprise est mieux que l’original. La voix de Bobby fait des merveilles (NDR : Il fallait vraiment qu’il revienne dans le groupe ce gars-là !).

Nous parlions de Clapton, il revient. Toto a décidé de reprendre un succès de Cream : "Sunshine of your love", avec un petit extrait de "White Room" (NDR : Pour les connaisseurs) vers la fin. Dans ce titre, c’est Steve qui chante. Sa voix puissante, remplie de substances illicites, fait des merveilles. Avis aux guitaristes : relevez donc le solo vers 01:58…

Morceau 9. La dernière perle de l’album ! Le challenge pour un musicien, lorsqu’un il s’engage dans une reprise, c’est de la faire mieux sonner que l’original. Et bien, c’est vraiment réussi. Le morceau en question est un standard des Animals : "The house of the rising sun", repris ringardement en français sous le titre : "Le pénitencier" (NDR : Oui, oui, par Johnny). Ce titre, à lui seul, démontre la qualité extraordinaire de la voix de Bobby Kimball ! Ah je sens que beaucoup de groupes de pianos-bars vont se ruer à nouveau sur ce morceau… Quelle puissance ! Quel arrangement ! Quelle perfection !

Par contre, je ne vois pas l’intérêt des deux derniers titres : "Watching the detectives" d’Elvis Costello, en reggae et "It takes a lot to laugh, it takes a train to cry" de Bob Dylan. Mais bon, il faut bien qu’ils payent leurs impôts… Dommage que l’album se termine si minablement (exception faite des breaks reggae de Simon Phillips sur "Watching the detectives", et la voix bluesy de David Paich sur "It takes a lot to laugh").

En conclusion, comme vous l’avez peut-être remarqué, j’ai adoré l’album (à part les deux derniers morceaux) ! Depuis que je l’ai reçu, je l’écoute en boucle… Courrez vite l’acheter, ou jouez à notre jeu concours? ;-)

Site officiel : www.toto99.com

Un grand merci à Capitol …

Toto - Through the looking glass (Capitol / Emi)

01. Could you be loved
02. Bodhisttva
03. While my guitar gently weeps
04. I can’t get next to you
05. Living for the city
06. Maiden voyage / Butterfly
07. Burn down the mission
08. Sunshine of your love
09. House of the rising sun
10. Watching the detectives
11. It takes a lot to laugh, it takes a train to cry

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 14.10.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés