ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

London Underground : Through a glass darkly (Musea)

London Underground : Through a glass darkly (Musea)

Idiot que nous sommes! Quand on parle de machine à voyager dans le temps, on s’imagine toujours que c’est nous qui pourrions voyager vers le passé afin de dénouer tel complot international, de sauver une nymphette des griffes d’un tyran barbare ou de savoir, enfin, si les Sex Pistols étaient les clones des Beatles que la reine d’Angleterre tenta de réaliser lorsqu’elle confondit son attirail de Mako moulage et la boîte du petit chimiste offerte par Raymond Barre pour ses 258 ans.

Pas du tout. Car un quarteron d’Italiens avait, semble-t-il, conçu ladite machine le début des années 70, afin d’expédier au troisième millénaire un disque qui nous ferait faire le voyage inverse à l’aide des deux tympans et d’une chaîne stéréo. Le plus fort, dans cette affaire (et c’est dire si le stratagème a été scientifiquement pensé), c’est que la galette en question se présente sous forme de CD et bénéficie même d’une production qui, si elle trahit quelque peu ses origines, peut fort bien passer pour tout à fait actuelle.

London Underground, déjà auteur d’un premier album en 2000, tente donc de nous faire croire avec «Through a glass darkly» que les Beatles, Atomic Roosters et autres early-Pink Floyd, Doors ou Deep Purple remuent toujours (l’actualité récente tendant d’ailleurs à prouver que c’est véritablement le cas pour les deux derniers cités).


Si ce disque se range sans problème au rayon progressif, il réalise surtout une synthèse de pop-rock comme on la façonnait il y a quatre décennies et d’instrumentations guitare-claviers (comprenez: mellotron, Hammond et Wurlitzer) typiques des belles heures de Purple ou d’Uriah Heep. C’est dire si tout cela ne nous rajeunit pas. Sans parler des deux reprises («Travelling Lady», de Manfred Mann et «Can’t find a reason» d’Atomic Roosters) qui flèchent le parcours pour l’impétrant.

L’exploit, c’est que ça s’écoute sans avoir le sentiment d’une musique rétrograde. Les influences sont claires et nettes et, pourtant, London Underground réussit un cocktail vraiment attachant, où la recherche mélodique du couplet léger s’accommode parfaitement de passages à l’énergie. Du progressif oui, mais à des kilomètres de la tendance heavy-va-te-faire-enclumer, des expérimentations deux-aspirines-SVP-merci ou de la technicité-t’as-vu-mes-beaux-solos. Au risque de se faire traiter de tous les noms, voici du progressif accessible et, tout simplement, entraînant… pour qui préfère le flacon de la cave au beaujolais nouveau.

Un saxo par ci, une outro ethnico-tribale par là ajoutent de la couleur à une palette qui privilégie les demi-teintes au m’as-tu-vu pompeux. A la frontière entre pop-rock et prog’, London Underground demeure sur le territoire de ce dernier mais s’attache avant tout à la création de véritables chansons. Même si le format musical ne risque pas de leur ouvrir les ondes de Oui FM ou du Mouv’!

London Underground nous offre ainsi une bonne surprise, qui ne fera pas un pli chez les amateurs du genre et serait même de nature à entrouvrir les portes du prog’ aux nostalgiques de bel ouvrage, qui restent attachés à une certaine délicatesse telle que les 60’s pouvaient la concevoir.

www.musearecords.com

 

Retour à la page d'actualités
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 05.04.2004

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés