ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Révélations Jazz à Juan ‑ 3ème édition

Révélations Jazz à Juan - 3ème édition


Les Jazz à Juan Révélations sont bien loin de ce que l'on nomme aujourd'hui découverte, tremplin façon « Star Ac ou encore la Nouvelle Star ». Point d'école, ni de formation en vue mais une brochette d'artistes bien implantés dans le milieu jazz. Chacun des groupes nominés n'en est pas à une première sur scène. Tous ont collaboré avec des artistes prestigieux et sont eux mêmes sélectionnés en « playlist » sur des radios spécialisées.

Alors Jazz à Juan Révélation à quoi ça rime ? Tout simplement, à forcer un public trop sélectif et fidèle à découvrir les artistes « nouvelle génération ». Nouvelle génération ne veut pas dire pour autant débutant ! Effectivement toute la différence et la difficulté de ce concours résident dans cette complexité musicale de haute voltige. Comment départager tout ce beau monde ? Voici le scénario en trois temps.


Tout d´abord Vendredi soir avec la catégorie Piano trio. Premier à se lancer dans la cage au lion (tirage au sort oblige) : Laurent Courthaliac. On sent ses jambes toute flagada tellement l'atmosphère est sous pression.

Laurent Courthaliac, c'est une technique et un perfectionnisme indéniable qui sonnent à fond be-bop, entre ses compos et ses reprises notamment « Body and Soul ». On connaît la complexité harmonique de ce standard joué mille fois, mais Laurent a su lui donner une couleur jamais entendue.

Puis C'est Frank Wöste qui arrive sur scène et s'ensuivent des petits gags sympas, réglage de la batterie, siège du pianiste, même le maître de cérémonie Jean-Michel Proust s'évertue à y mettre du sien avec ses petites blagues à part. On n'a rien compris, le principal c'est que tout le monde ait fini par rire. Ouf ! On est enfin détendu…

Frank Wöste nous transporte dans un jazz complètement différent. C'est carrément « groovy », un jazz anti-prise de tête, qui prend des allures légères mais lourdes de sens, le jazz c'est aussi ça ! Peu de note mais du « groove », on sent le public qui s'échauffe tout doucement, Frank Wöste a conquit le public. Et c'est enfin Pierre Christophe qui arrive confiant tout comme sa musique. On revient à un jazz plus furieux mais le « groove » est toujours présent. Une rythmique à couper le souffle, des impros superbes. Le pianiste est à fond sur son piano, on pourrait même dire dans son piano tellement il habite l'objet. Et on peut dire que son batteur Mourad Benhammou (spécial dédicace) rajoute du piment de feu à ce trio torride.

Deuxième soirée, 4 styles de « jazzwomen », on se retrouve dans un choix plus simple ; on aime ou on aime pas.

Mélanie Dahan ouvre le bal avec un répertoire bien ficelé, presque trop studieux. Standards, compositions, impros, chansons françaises mixées. Tout sonne, mais on a du mal à rentrer dedans, bien que Mélanie ait respecté le protocole de la chanteuse de jazz type.

Puis c'est Youn Sun Nah qui vient dérouter le public. Ce n'est pas du jazz, et non, mais quelle surprise ! Une petite femme tout fluette avec une grâce à faire tomber, qui couvre et mène d'une main de maître toute la salle la langue pendante. Des mises en place surprenantes avec des musiciens magiques tous au service de Madame. Une voix puissante aux sonorités intimes et animales. Captivant !

On continue ce petit voyage tranquille avec Tangora. C'est salsa, biguine mais aussi jazz bien épicé. C'est une gourgandine des mots et de la musique, avec un sourire dévastateur. Les Antilles ne sont pas loin. Ça se déhanche et on se régale.

La petite Habiba prend le dernier set. Une jeune femme aux allures cool et décontractées. Dans ses petites Converse on a l'impression quelle est bien dans ses baskets, pourtant une tendance à tourner le dos au public. Mais Habiba, c'est une voix précise et magique. Elle se balade sur les ballades… c'est le cas de le dire. Certains diront que c'est du déjà vu, mais on en redemande, surtout de sa version « Brown Skin »…

Troisième jour, Michel Pastre se la joue année 50 avec son superbe costard blanc. Tout est parfait, trop parfait. Puis c'est le guitariste Frédéric Belinsky qui prend difficilement place sur scène. Pas de micro pas de son. On sent la maîtrise, il ne se laisse pas défaillir pour autant dès que le son revient, on comprend que ce n'est pas un débutant. Jazz manouche, les notes déferlent toutes plus vites les unes que les autres avec une précision incroyable. Le maître dépasse l'élève. Dis Django, t'as combien de fils ?

C'est au tour de Sophie Alour d'envoyer la sauce, cette fois ci au saxophone. On retrouve les couleurs du jazz cool. Qu'est ce qu'on est bien là à écouter ce bon « flow ». Mine de rien Sophie Alour nous époustoufle par son phrasé et ses belles compos fleuries.

Laurent Mignard vient clore le spectacle. Et quel spectacle ! Quatre musiciens et on repart. On se laisse surprendre par l'originalité des compos et les grands balancements de bras de Laurent. Une atmosphère très joviale et conviviale mise à la portée du public. Il nous a cloué le bec…

Résultats des courses : Pierre CHRISTOPHE, Youn SUN NAH, Laurent MIGNARD ont gagné chacun dans leur catégorie respective. Et LA révélation Jazz n'est autre que la très perturbante et majestueuse Youn SUN NAH.

Les organisateurs de « Révélations Jazz à Juan » ont gagné leur pari puisqu'ils ont pratiquement fait salle comble les trois soirs. Et pour ceux qui ont tout raté, les bruits courent qu'il y aura une soirée spéciale pour les trois gagnants, et les trois soirées seront retransmises sur et les radios Jazz et Infos: TSF Côte d'Azur sur 98.1( Nice et région) et TSF 89.9 (Paris) courant avril.

« Stay tuned »… et surtout rendez-vous cet été pour redécouvrir ces artistes géniaux. Site de la ville d'Antibes, pour plus d'infos sur les « Révélations Jazz à Juan » : http://www.antibesjuanlespins.com


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 11.04.2005

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés