ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Victor Wooten ‑ Soul Circus

Victor Wooten - Soul Circus


Un album de Victor Wooten est toujours un événement. Tout d´abord parce que cet extra-terrestre de la basse électrique réserve toujours un coup dont lui seul a le secret. Également car ce qu'il fait en solo est de plus en plus éloigné de la musique des Flecktones. Le triple album de la formation de Béla Fleck avait retardé l´aboutissement de ce projet. C'est maintenant chose faite avec un Soul Circus logique. Peut-être même un peu trop.

Yin-Yang sorti en 1999 et Live In America (2001) avaient déjà entamé le virage. Le premier, double CD studio, avait révélé un artiste partagé entre son amour pour son instrument et sa volonté de composer des chansons plus convenues. Le second avait enfoncé le clou dans les deux sens : cet enregistrement nous livrait un musicien hors du commun et un artiste soucieux de faire le show. Cet amour du funk Old Stylese faisait sérieusement sentir.


Le pas est donc franchi avec ce Soul Circus. Les fans de jazz-rock habitués aux thèmes tortueux et aux harmonies complexes vont être déçus. Peu de titres instrumentaux et pas d'esprit jazz. Les titres sont directs, sans tours de passe-passe mélodico-rythmique. L'ambition du bassiste est d'ailleurs tout autre : « Je suis fier de cet album car chaque titre est un single en puissance, un peu comme dans les albums de funk des années 60-70 ».

Le mot est lâché. Funk. S'il ne devait y en avoir qu'un pour définir cet album, ce serait celui-là. Et Mr. Wooten ne s'entoure pas des plus mauvais quand il veut que ça sonne. Un funk old school ? On appelle Bootsy Collins en renfort. On se croirait du temps de George Clinton. Et c'est comme ça durant presque tout l'album. S'il va lorgner du côté des indiens d'Amérique ("Native") et des indiens tout court ("Stay", "Back To India"), le quart de Flecktone en revient toujours au groove. Un groove puissant et profond, véritable héritage des Larry Graham et autres James Jameson.

Car s'il possède une personnalité musicale forte et affirmée, Victor Wooten n'en oublie pas pour autant ses idoles. Au point de leur ériger une statue ("Bass Tribute"). Cet album apparaît finalement comme un lien entre le passé, le présent et le futur. Le passé avec cette patte Funkadelic, le présent avec des morceaux plus proches de l'esprit Wooten, et le futur avec des sonorités R'n'B assez bien digérées.

Soul Circus n'est cependant pas exempt de tout reproche. Bien que les collaborations soient nombreuses sur cet album, on s'aperçoit qu'on retombe toujours sur les mêmes personnes depuis quelques années maintenant. Hormis ses frères, MC Divinity est toujours cachée prête à bondir sur un titre.

Un autre reproche, plus sérieux, est lié au goût qui nous reste dans la bouche au détour d'un refrain ou d'un pont. On a la fâcheuse impression d'avaler de la guimauve mélangée à de la soupe froide. Les symptômes du mal avaient déjà été décelés dans Yin-Yang avec "Hero", infâme titre digne de figurer sur un album de Withney Houston, voire de Mariah Carey avant sa descente d'organe. La maladie s'est déclarée avec le live de 2001 quand le propre frère de Victor Wooten (traître) s'est fourvoyé dans des productions rappelant des bandes-son de séries B des années 80. Le virus de la médiocrité ronge donc par moment cet album.

Malgré ces reproches, Soul Circus reste un bon album de funk. S'il ne plaira pas à tout le monde, il fera sans doute le bonheur des bassistes de la planète. Car il y a une règle chez eux (les bassistes) : « Il y a toujours quelque chose à prendre chez Vix ». Qu'on se le dise.

Site officiel : http://www.victorwooten.com


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 25.04.2005

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés