ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Ray Charles, l'incontournable Génie de la Soul

Ray Charles, l'incontournable Génie de la Soul

Le film Ray de Taylor Hackford sort pratiquement un an après la mort du génie Ray Charles. Coup du destin lorsque l'on sait que le projet du film a débuté 15 ans auparavant et qu'il a failli ne jamais voir le jour. Rassurez-vous, il ne s'agit pas d'un coup commercial, mais d'un vrai long métrage concocté par de vrais amoureux du jazz, voir tout simplement de l'histoire de la musique. Taylor Hackford est à l'origine de plusieurs films musicaux. On lui doit notamment dans le genre Le temps du rock'n'roll, Chuck Berry ! Hail ! Hail !, ainsi que La Bamba.

Ray est un film entre la fiction et le documentaire. On peut dire de façon abrupte qu'il s'agit d'un mixte entre La Couleur Pourpre et Bird.


La première référence est due à l'atmosphère du film dans les flashsbacks, on retrouve des couleurs et des textures magnifiques, tout en retrouvant le contexte de l'époque pauvre des afro-américains. Les noirs travaillant pour les blancs.

La deuxième référence se fait naturellement par l'aspect autobiographique. Le film raconte l'histoire et l'œuvre de Ray Charles de façon chronologique. On retrouve tous l'univers des musiciens des années 50. Le film fait référence à toute une époque où des grands noms de l'histoire du jazz ont percé et se sont croisés. Le cinéaste fait des clins d'œil en mettant en second rôle entre autres Ahmet Ertegun et Jerry Wexler, producteurs du label Atlantic Records, ainsi que le musicien producteur Quincy Jones.

Ray Charles, de son vrai nom Ray Charles Robinson, incarne complètement le rêve américain. Un musicien noir, qui plus est aveugle, qui par son génie musical a su toucher et marquer toute une génération.

Le film nous dévoile l'intimité de Ray : son enfance coupable, la cécité qui le touche à l' âge de 7 ans, son faible pour les jolies femmes, l'absence au côté de sa famille à l'image de son propre père, sa lucidité et perspicacité en affaires, sa perversion pour les drogues dures.

Tout au long du film, on découvre ainsi l'histoire d'un homme qui fit déplacer les foules, les rendit hystériques, et reçu tout l'amour et la dévotion de milliers de femmes et de fans. Pourtant, Ray dévoile que son enfance difficile n'a jamais cessé de le hanter. Et c'est cette source qui a fait jaillir de lui cette force de création et d'ambition ainsi que sa dévotion entière à « LA » Musique.

Ray Charles est bien plus qu'un musicien du passé, il a réellement bousculé les mœurs musicales en créant des styles de musique jamais entendus, qui ne cessent encore aujourd'hui d'influencer les musiciens. Par sa ténacité, il a su imposer son style en passant par le jazz, le gospel, le blues, la variété et le classique en créant un nouveau son. C'est avec plaisir qu'on découvre et que l'on écoute les plus grands standards de l'œuvre de Ray Charles.

En effet, le film se base sur le fil conducteur des compositions du « Genius ». Le cinéaste nous propose des versions de certaines sources d'inspiration sur lesquelles Ray Charles s'appuyait : le titre « Mary Ann » qui fut son amante, « I've got a woman », premier morceau qu'il composa en mélangeant ses propres paroles sur de la musique sacrée qu'était le Gospel. Et l'on apprend aussi pourquoi le morceau « What'd I say » est divisé en deux.

Ce film est un réel chef d'œuvre. Le scénario relate ce qu'était la vie de Ray Charles de façon très large, mais aussi l'excellente interprétation de Jamie Foxxnous nous laisse complètement nous prendre au jeu. On a réellement l'impression que c'est Ray Charles qui se déplace, chante, joue du piano.

Au delà du film, n'oublions pas que Ray Charles est un des piliers de L'histoire du jazz qui a commencé de rien pour atteindre des sommets. Par sa musique il a su transcender l'histoire et défendre la communauté afro-américaine. On notera le morceau « Georgia on my mind », devenu le symbole et l'hymne de la fin de la ségrégation en Georgie, et l'incontournable tube « We are the World » dans le mouvement « USA for Africa ».

La bande originale du film est à se procurer d'urgence. Elle est déjà disponible chez tous les bons disquaires, chez le label « Universal ».  Autre alternative, vous plonger 2h30 dans le livre « Le blues dans la peau » de Ray Charles et David Ritz.

Site officiel du film :  http://www.raymovie.com
Site officiel de Ray Charles :  http://www.raycharles.com


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 02.05.2005

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés