ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Franck Black & The Catholics Black Letter Days / Devil’s Workshop (Cooking Vinyl / Naïve)

Franck Black & The Catholics
Black Letter Days / Devil’s Workshop
(Cooking Vinyl / Naïve)

SCOOP ! Franck Black dans votre salon ! EXCLUSIF !

Toc-Toc-toc

Entrez! Salut, Franck. Ça te dérange si on se tutoie ? Après tout, quand j’écoute tes disques, j’ai l’impression qu’on le fait déjà.


All right. Tiens, je t’ai apporté un cadeau.

Deux albums d’un coup ! Tu nous gattes…

C’est de bon cœur. Bon, je me sert un verre pendant que tu donnes à manger à ta chaîne.

(Bruitages : "glou-glou" d’un côté ; roulement de batterie et "one, two, one, two, three ! " de l’autre. The black rider 1, ouvre Black letter days, dans une ambiance limite cartoon…)

Dis donc, ça part sautillant.

Ben ouais, je suis heureux de jouer, libéré. Apaisé, quoi.

(California déboule. On s’attend presque à ce que Brian Wilson vienne y greffer sa folie. Puis Chip away boy.)

Après les road-movies, tu nous inventes la road-music! Je voudrais pas te froisser, mais c’est rare qu’en écoutant l’ancien leader d’un groupe célèbre, on se dise : c’est bien qu’ils aient splitté.

Kes’t’as ? T’aimais pas les Pixies?

Au contraire. Quand j’ai découvert Trompe le monde, j’ai eu l’impression pour la première fois que quelqu’un me mettait un pain en toute amitié. Au fait, c’est pour la thune que t’as sorti deux albums au lieu d’un double ?

Tu re-veux un pain en toute amitié ?

(Autour de Cold heart of stone.)

On dirait Neil Young qui a séché ses larmes.

T’as la référence bien trop facile. J’oserais pas, il est meilleur que moi.

Ou "était"? Black letter day… là, tu reviens vers Pixies. Comme des Pixies réconciliés avec cette chienne de vie. Mais tu ne pousses pas trop ta voix.

Elle n’est pas très étendue. J’ai préféré la fondre dans les guitares, jouer sur la chaleur.

(Voici How you went so far, intimiste.)

Mmmm… Chaleureux mais pas toujours joyeux. Bah, t’es capable de sourire même quand tu feel blue. Et puis, j’aime beaucoup ces chansons qui semblent venir si naturellement. Sans fioriture. Guitare, basse, batterie, voix et quelques interventions de piano. Mais avec des titres surtout mid-tempo, t’as pas peur qu’on s’emmerde à la longue ?

Oh! non. Il y a assez d’influences pour varier les ambiances. Moitié tradition mélodique d’outre-Manche, moitié rock et folk d’outre-Atlantique.

Ouais, je vois… Un croisement entre Inspiral Carpets, les Rolling Stones et Sixteen Horsepower. Même, sur 1826, avec le long instrumental final, ça sent son Lynyrd Skynyrd.

En vérité, en mélangeant l’acoustique et l’électrique au soleil, j’ai essayé de faire comme si les Pixies reprenaient le générique de Shériff, fais-moi peur!

Sacré vieux déconneur!

Bon, qu’est-ce que tu penses des solos ?

Bien aussi. Ils prolongent tip-top la voix sans être envahissants. Je dirais même qu’ils soulignent l’ambiance de confidence. A ce propos, tes Alcoholics…

Catholics!

Oui, pardon. Tes Catholics ne le sont pas tant que ça. Ça défouraille sévère, quand ils s’y mettent.

Good Lord!

Keskiya ?

Faut que j’y aille. J’suis à la bourre. J’ai un enterrement.

Oh?

Rien de grave : la brit-pop. Je dois refermer le couvercle du cercueil.

Je parie que c’est toi qui l’as descendue.

Même pas eu besoin. C’est le dernier groupe sauveur du rock’n’roll qui lui a fait un croche-pied dans l’escalier. J’sais plus lequel, y’en a tellement aussi…

OK. Merci pour tout. Tu reviens quand tu veux, Franck.

Maintenant qu’il est sorti, je peux vous parler du second album, Devil’s Workshop. Qui n’apporte pas grand chose en comparaison de Black letter days. Plus rock basique. Moins : mélodique, varié, inspiré et convaincant. Il ne décolle pas.

Les Catholics servent surtout de support-band (mais, au regard de l’ensemble, quel Everest d’arrogance a bien pu escalader un plumitif de Rock’n’Folk pour les traiter de «musiciens somme toute inexistants»????). Devil’s workshop reprend du poil de la bête sur la fin avec Are you headed my way bien ‘roll, The Scene simple mais efficace, Whiskey in your shoes qui retrouve l’alchimie du premier volume.

Bonne idée, finalement, d’avoir sorti deux albums au lieu d’un double. On peut n’acheter que le meilleur. Résumons : les 18 superbes titres de Black letter days, c’est le vin de messe ; les 11 secos de Devil’s Workshop, c’est l’hostie. A boire !

Merci à Naïve…

 
Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 25.11.2002

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés