ACCUEIL RECHERCHE JEUX-CONCOURS CONCERTS FORUM CONTACT
Recherche
  Recherche rapide
 
Archives de A à Z
Recherche Avancée...
Catégories
  Variété Internationale Variété/Chanson Française Jazz/Blues/Country Rock/Metal
Groove/Funk
Pop/Disco
Electro/TripHop Techno/Dance HipHop/Ragga/Reggae Soul/R’n’B
Latin/Afro-cubain Traditionnel/Gospel World/Fusion Classique/Contemporain Film/Bande Son Compilation/Multi‑Genre Inclassables...
Communiquer !
 
Inscription à la Newsletter
 
Désinscription
Annonces Concerts
Petites Annonces
Forum
Amb France
  Aide
Contact
Webmaster
Liens
  Artistes
Labels
Radios Online
Resources Musiciens
Sites mp3
Structures
Studios
Webzines
Ajouter un site
Ajouter un studio
Partenaires
  COLUMBIA
EMI
EPIC
F COM
LABELS
NAIVE
PIAS
WAGRAM
WARNER JAZZ
WEA
...
Publicité/Promo
  Devenir Annonceur Opérations Promotionnelles

Fiona Apple ‑ Extraordinary Machine

Fiona Apple - Extraordinary Machine


L'histoire de la musique est pleine d'anecdotes transformées en fables, voire en légendes. La pop et le rock sont friands de contes cachés derrière un album. Les Beatles, Rolling Stones ou autres Pink Floyd doivent presque autant leur succès à ces histoires qu'à leurs chansons. Car le public aime quand la musique est humanisée. Des personnes derrière les sons… Et quand le destin s'en mêle, c'est encore mieux.

Fiona Apple peut se targuer d'être entrée dans le club fermé des artistes qui ont écrit des albums que l'histoire a rattrapés. En ce qui la concerne, ce sont ses fans qui l'ont rejointe et même sauvée des eaux torrentielles de l'industrie du disque. On plonge dans cette rocambolesque aventure.


Nous sommes en 2000. La tournée de promotion de l'album au nom le plus long de l'histoire de la pop (et peut-être même de la musique tout court) vient de se terminer. Miss Apple décide de faire un break en laissant venir les chansons à elle sans trop y réfléchir, prête à tout laisser tomber si l'inspiration ne vient pas. Elle rencontre de temps en temps Jon Brion, son producteur, pour travailler sur un titre ou deux. Ils finissent tout de même par se mettre au travail au printemps 2002. Extraordinary Machine commence à voir le jour. La chanteuse a cependant l'impression que l'album lui échappe. Pas assez de temps pour s'approprier ses compositions, trouver une véritable direction artistique. Devant cette indécision, Brion décide de faire appel à un producteur plus connu dans le milieu du hip-hop que dans celui de la pop.

Mike Elizondo arrive face à Fiona qui va lui demander de refaire les arrangements de ses chansons en lui laissant le champ libre. La chanteuse est emballée par ces nouvelles versions et se tourne tout naturellement vers Epic, son label. Mais sa demande de crédit pour l'enregistrement des ces nouveaux titres est tout simplement refusée. La filiale de Sony Music va plus loin en lui posant des conditions dignes d'un dictateur. Fiona ne peut enregistrer qu'un titre à la fois et doit obtenir l'accord des directeurs artistiques pour aller plus loin. C'en est trop pour la chanteuse qui décide sans détours d'arrêter la chanson.

Fiona Apple est aux abonnés absents quand on lui parle de musique. Elle vit chez sa mère sans savoir vraiment quoi faire. Jusqu'à un coup de fil de son manager qui lui indique que des fans internautes ont appris l'histoire et qu'un groupe de protestation commence à voir le jour. La Machine commence à renaître de ses cendres sur le net. Pas question de laisser les quelques extraits issus des sessions de Brion rester orphelins en se baladant sur la toile. Un DJ de Seattle parvient même à passer l'ensemble de l'album (version Brion) à la radio. La pression grandit au point que Fiona s'en trouve mal à l'aise. Elle est en partie responsable de l'enterrement du disque. Epic décide cependant de donner le feu vert au réenregistrement des titres en juin 2005.

Extraordinary Machine voit enfin le jour grâce aux fans. Qu'en est-il de la musique ? Telle qu'on peut l'attendre d'une artiste qui a su créer un univers qui lui est propre. La production parfois musclée vient contrebalancer la mélancolie latente contenue dans tous les titres. Les arrangements (trois viennent des anciennes bandes) servent le talent de la belle. Les compositions sont désormais très bien maîtrisées. Cinquante minutes de bonheur qui ont failli rester dans les cartons. David a encore gagné. Et quand Goliath prend des airs de multinationale voulant rentabiliser l'art, on se réjouit d'autant plus.

Site officiel : http://www.fionaapple.com


Si vous souhaitez réagir à cet article, cliquez ici !

Semaine du Lundi 14.11.2005

Avertissement | Partenaires | Recrutement | Contact | Confidentialité des Données Personnelles
1999 - 2017 © Amb France Music - GROUP. IMAGES 2. Tous droits réservés